Petit lexique du monde de la recherche

Honoré Daumier, « Le Souffleur », Actualités, lithographie, 1870

Comme tout domaine de spécialistes, le monde de la recherche en littérature comparée possède son propre vocabulaire. Un jargon qui peut rebuter et facilement perdre le nouveau doctorant non encore familiarisé avec le milieu. Voici donc un petit lexique de termes fréquemment utilisés qui méritent un bref éclaircissement.

Vous y trouverez aussi bien les définitions des acronymes et petits surnoms les plus fréquemment utilisés que celles des différentes instances auxquelles tout doctorant est un jour confronté, sans oublier les sites internet indispensables au travail de recherche.

Quelques petits conseils pratiques agrémentent les définitions quand cela a été jugé nécessaire. Pour obtenir davantage d’informations sur les sujets les plus problématiques, n’hésitez pas à consulter les autres articles de méthodologie présents sur le site.


A

ACTES : Les actes d’une journée d’étude ou d’un colloque regroupent toutes les publications qui ont été tirées de cette journée d’étude ou de ce colloque.

AILC / ICLA : Association Internationale de Littérature Comparée / International Comparative Literature Association. Créée en 1955, adhérente de la FILLM (Fédération internationale des langues et littératures modernes), elle a pour vocation de réunir toutes les équipes comparatistes du monde. Association internationale de droit français, elle est bilingue (anglais/français). Son congrès se tient tous les trois ans.

APPEL : L’appel à contribution est le texte posté sur des sites tels que Fabula ou Calenda dans le but de recruter des participants pour une journée d’étude/un colloque ou pour la rédaction d’un numéro de revue. Il se constitue d’un argumentaire et peut également proposer des axes de recherche et/ou une bibliographie indicative pour guider les futurs participants. Il indique également la date d’échéance avant laquelle la proposition de communication, la proposition d’article ou l’article rédigé doivent être envoyés, ainsi que les modalités à respecter pour cet envoi.

ARGUMENTAIRE : L’argumentaire est un texte qui résume les enjeux d’une journée d’étude ou d’un colloque. Il fait généralement un état de la recherche sur le sujet retenu pour la journée d’étude ou le colloque, expose la nécessité de travailler sur ce sujet et propose quelques premières pistes de réflexion.

ARTICLE : L’article est une publication courte, généralement de 30 000 à 40 000 signes (espaces comprises), qui permet au chercheur de proposer le résultat de ses travaux sur un point très précis. Il peut soit être publié directement dans une revue scientifique dans le cadre d’un appel sur Fabula, soit être le résultat d’une communication et fait alors partie des actes d’une journée d’étude ou d’un colloque. Dans ce dernier cas, il peut alors correspondre à une version retravaillée ou amplifiée de la communication.

ATER : Attaché Temporaire de l’Enseignement et de la Recherche. Ces contrats d’un an renouvelables soit une fois, soit trois fois (selon que vous êtes ou non fonctionnaire) comprennent 192h de cours à assurer dans l’année. Ils sont généralement réservés aux étudiants en fin de thèse (et en sortie de contrat doctoral) mais il est aussi possible d’en bénéficier une fois la thèse terminée. Ils sont plus ou moins pratiques, selon le lieu de domicile du doctorant et l’université dans laquelle il exerce son contrat. De nombreux doctorants recrutés dans des universités loin de chez eux sont amenés à effectuer de longs trajets pour donner cours, voire à dormir sur place, dans un hôtel ou un airbnb, pendant une partie de la semaine. Les déménagements se font rarement étant donné la durée limitée du contrat. À noter qu’il existe des contrats à l’année dits de “demi-ATER”, qui sont souvent très intéressants dans la mesure où la charge de cours n’est que de 96h pour un salaire équivalent au ⅔ d’un temps plein ; néanmoins, ces contrats deviennent plus rares car ils coûtent plus cher aux universités. À l’inverse, on trouve aujourd’hui des contrats de “demi-ATER” qui ne sont étalés que sur quelques mois et qui sont utilisés afin de ne pas payer les périodes de vacances (ce qui les rend – bien évidemment – très peu attractif d’un point de vue financier).


B

BIO-BIBLIOGRAPHIE : Celle-ci est demandée en accompagnement d’une proposition de communication pour une journée d’étude ou un colloque. Il s’agit alors généralement de se présenter en quelques mots (avancement dans le doctorat, université de rattachement, directeur de thèse, sujet de la thèse) et d’indiquer les éventuelles publications que l’on aurait déjà faites.

BOURSE : Terme générique désignant tout un ensemble de dispositifs financiers, souvent privés, auxquels peuvent prétendre les doctorants et les jeunes docteurs. Très souvent, ces bourses sont décernées pour des projets spécifiques : séjour à l’étranger, projet de publication, prix de thèse, etc.


C

CAIRN : (prononcer [kern], puisque c’est une référence aux cairns des alpinistes !) Ce site français recense des revues et des ouvrages en sciences humaines qu’il est possible de lire en ligne. L’accès aux documents dans leur intégralité étant cependant payant, il est nécessaire de passer par les abonnements des bibliothèques pour pouvoir les consulter.

CALENDA : Ce site français propose le calendrier des différents événements scientifiques organisés par les chercheurs en lettres et sciences humaines.

CNU : Conseil National des Universités. Il décide de la qualification du jeune docteur dans différentes sections. C’est également lui qui gère l’avancement de carrière de tous les enseignants-chercheurs. Créé à la Libération, le CNU symbolise le principe d’évaluation par les pairs au fondement du système universitaire. Par son biais, ce sont les enseignants-chercheurs eux-mêmes qui conduisent de manière collégiale la gestion des carrières à l’université. Souvent décrié en raison de sa lourdeur administrative (par exemple, le “doublon” de la soutenance et de la qualification), le CNU est régulièrement menacé de disparition.

CODIRECTION : Le doctorant a deux directeurs de recherches qui sont rattachés à des universités françaises. À ne pas confondre avec la “cotutelle”, dans laquelle les deux directeurs de recherche exercent dans des universités de pays différents. La codirection peut être envisageable à partir du moment où le doctorant souhaite se spécialiser dans des domaines différents (par exemple la littérature et la musicologie).  

COLLOQUE : Un colloque réunit sur deux jours ou plus des chercheurs autour d’un sujet commun qu’ils sont invités à étudier ensemble. S’il se compose pour l’essentiel de communications individuelles, il s’ouvre généralement par une conférence inaugurale et peut également accueillir tables rondes ou performances. À une échelle individuelle, le colloque permet au chercheur de faire connaître son travail tout en lui donnant l’occasion d’aborder ses propres recherches sous un angle nouveau. À l’échelle collective, le colloque permet de faire avancer la recherche en faisant se conjuguer sur un même sujet les efforts de chercheurs aux méthodes et aux axes disciplinaires différents.

COMITÉ DE SUIVI : Mis en place en 2017/2018 suite à la réforme du doctorat, le comité de suivi est une structure pensée pour permettre au doctorant de dialoguer sur sa situation avec des personnes autres que son directeur ou sa directrice de recherche, cela dans le but de veiller au bon déroulement des années de thèse. Ainsi, le comité de suivi doit offrir l’opportunité au doctorant de signaler le cas échéant des situations problématiques ou d’éventuels abus (difficultés matérielles, conflit, harcèlement moral ou harcèlement sexuel dans les cas les plus graves) sans que cela puisse se retourner contre lui. Les modalités d’organisation des comités de suivi diffèrent d’un laboratoire à l’autre, il faut donc se renseigner auprès de son laboratoire de rattachement pour obtenir des informations plus précises.

COMMUNICATION : Il s’agit de la présentation orale que fait un chercheur à l’occasion d’une journée d’étude, d’un colloque ou d’un congrès. D’une durée de 15 à 20 minutes, elle permet d’exposer le résultat de recherches sur un point précis. Elle donne parfois lieu à publication d’un article.

CONFÉRENCE : Les événements scientifiques comportent généralement une conférence (ou davantage si l’événement dure plusieurs jours). Il s’agit d’une communication assurée par un ou une invité(e) de marque, d’une durée plus conséquente que celle des autres communications. Elle est cependant elle aussi suivie d’une séance de questions.

CONTRAT DOCTORAL : Il finance durant trois ans les recherches d’un doctorant. En contrepartie, le doctorant est très souvent amené à dispenser des cours en licence, à hauteur de 64 heures maximum par année.

COTUTELLE : Le doctorant a deux directeurs de recherche qui exercent dans des pays différents.

CVEC : Contribution Vie Étudiante et de Campus. Depuis la rentrée 2018, suite à la promulgation de la loi ORE visant à réformer l’université, il est obligatoire de payer tous les ans les 90 euros de la CVEC pour avoir le droit de procéder à son inscription ou à sa réinscription administrative. Le paiement doit s’effectuer sur le site de la CVEC ; on obtient alors l’attestation à présenter aux services administratifs pour pouvoir s’inscrire ou se réinscrire en doctorat.


D

DÉTACHEMENT (MISE EN) : Ce terme concerne exclusivement les fonctionnaires de l’Éducation Nationale. La mise en détachement est à peu près l’équivalent d’une mise en disponibilité, mais présente un avantage de taille qu’il est bon de ne pas négliger : les années de détachement dans le supérieur sont comptabilisées pour calculer l’ancienneté dans l’Éducation nationale. En d’autres termes, le fonctionnaire qui réintègre l’enseignement dans le secondaire après une mise en détachement peut avoir progressé dans les échelons.

DISPONIBILITÉ (MISE EN) : Lorsqu’un enseignant du second degré (collège ou lycée), qui est fonctionnaire, souhaite se lancer dans un doctorat ou poursuivre un travail de thèse, il peut demander à être mis en disponibilité : sans charge de cours dans le secondaire, il a alors la possibilité de se consacrer à la recherche à temps plein. La disponibilité entraîne l’arrêt du versement du salaire par le ministère de l’Éducation nationale et correspond à une parenthèse dans la carrière : le jour où le fonctionnaire réintègre l’enseignement dans le second degré, il retrouve le même avancement (échelon) que celui qui était le sien avant la disponibilité.

DOCTORIALES : Groupe rassemblant des doctorants et, parfois, de jeunes docteurs rattachés à un laboratoire ou à une société. Exemple : les Doctoriales comparatistes de Nanterre regroupent les doctorants de Nanterre qui mènent une thèse en littérature comparée. Les Doctoriales de la SERD (Société des Études Romantiques et Dix-neuviémistes) regroupent des doctorants de diverses universités qui sont rattachés à la SERD et ont tous pour point commun de travailler, entièrement ou partiellement, sur le dix-neuvième siècle. Les Doctoriales de la SERD bénéficient à ce jour d’un statut associatif.

DROITS D’INSCRIPTION (À L’UNIVERSITÉ) : Quelle que soit sa situation, il est obligatoire de procéder tous les ans à son inscription puis sa réinscription administrative en doctorat. On peut avoir tendance à l’oublier quand on a obtenu un contrat doctoral et que l’on a déjà rempli bien d’autres papiers ! Le montant annuel de l’inscription en doctorat est actuellement de 380 euros. Selon les universités, on peut ou non être exonéré des droits d’inscription quand on est recruté dans le cadre d’un contrat doctoral. À Nanterre, il est nécessaire de payer ces frais d’inscription chaque année, mais le doctorant contractuel peut obtenir un remboursement partiel ou total à partir de la 2e année en déposant un dossier auprès du Service d’Action Sociale.


E

ECTS : Acronyme pour European Credits Transfer System. Il faut accumuler 180 de ces crédits durant son doctorat pour pouvoir valider le diplôme. Les modalités de calcul des ECTS pouvant différer d’une université à l’autre, il est nécessaire de demander des renseignements à ce sujet directement auprès de son école doctorale.

ED : École Doctorale. Il s’agit de la structure de recherche dont dépendent les doctorants à l’université. Une École Doctorale regroupe plusieurs laboratoires, ce qui fait d’elle une structure interdisciplinaire. À Nanterre, l’ED 138 “Lettres, Langues, Spectacles” réunit les chercheurs (enseignants et doctorants) en littératures française, francophone et comparée, en langues, littératures et civilisations anglophones, romanes, slaves, germaniques et slaves, en arts du spectacle et en esthétique. C’est l’ED qui propose des formations permettant de valider des crédits ECTS, qui gère le budget alloué aux activités de recherche (organisation d’événements scientifiques, terrains, etc.) et qui, plus généralement, s’occupe de la partie administrative du doctorat (inscription, décompte des ECTS).


F

FABULA : Site incontournable du chercheur en littérature, Fabula recense les actualités du monde de la recherche tout en proposant également des documents en ligne. C’est là notamment que sont publiées les annonces des colloques et des journées d’étude à venir.


H

HAL : Ce site internet pluridisciplinaire propose l’archivage d’articles scientifiques et de thèses. Il permet ainsi de faire un dépôt légal afin de voir son droit d’auteur respecté.

HDR : Habilitation à Diriger des Recherches. Il s’agit du plus haut diplôme qu’il est possible d’obtenir dans le système français. Elle s’obtient après le Doctorat. Elle permet de diriger les recherches d’étudiants de Master ou d’un doctorant. Elle est obligatoire pour diriger un ou plusieurs doctorants, et constitue une pièce indispensable afin d’obtenir sa qualification aux fonctions de professeur des universités.


J

JOURNÉE D’ÉTUDE : Comme son nom l’indique, il s’agit d’une journée lors de laquelle des chercheurs se réunissent autour d’un sujet commun qu’ils étudient ensemble. Chacun propose une communication de manière à apporter un éclairage nouveau sur la question posée. La journée d’étude s’apparente ainsi à une version brève du colloque.

JSTOR : Ce site américain propose l’accès à un nombre très important de revues scientifiques numérisées. Uniquement disponible en accès payant, il est souvent accessible depuis les bibliothèques, qui y sont généralement abonnées.

JURY DE SOUTENANCE : Le jury de soutenance doit être composé d’au moins quatre personnes, directeur/trice de thèse inclus(e). Chacun des membres du jury doit détenir une HDR, ou équivalent. Dans la mesure du possible, le jury doit également être paritaire. La constitution du jury est toujours un exercice délicat. Outre les contraintes logistiques (toujours importantes dans la mesure où la plupart des soutenances se déroulent à l’automne), il s’agit de parvenir à équilibrer finement la pertinence scientifique (avoir tel spécialiste dans son jury), l’ouverture à l’international (faire venir un universitaire étranger pour postuler ensuite dans le pays en question) et des considérations plus pratico-pratiques (éviter d’être associé à tel nom en prévision des futures procédures de recrutement).


L

LABORATOIRE : Structure de recherche rattachée à l’École Doctorale. Une École Doctorale de Lettres et Langues peut comprendre des laboratoires d’Études Anglophones, de Littérature Comparée, d’Études italiennes, etc. À l’université de Nanterre, les doctorants qui font une thèse de Littérature Comparée sont rattachés au laboratoire LIPO : Littérature et Poétique Comparées.

M

MCF : Maître de conférences. Il s’agit du premier des deux corps d’enseignants-chercheurs que compte l’enseignement supérieur français. Le second est celui des professeurs et professeures d’université.

MODÉRATION : Lors d’une journée d’étude, d’un colloque ou d’un congrès, les communications des différents intervenants sont regroupées en sessions qui font chacune l’objet d’une modération. Le rôle du modérateur est alors de présenter les différents intervenants, de diriger la séance de questions et de veiller à respecter le programme fixé, en surveillant notamment l’heure. Son rôle est fixé en amont et figure dans le programme aux côtés de ceux des participants.

P

PAUSE CAFÉ : Pas de journée d’étude, de colloque ou de congrès sans ses pauses café ! Les différentes sessions d’un événement scientifique sont entrecoupées de pauses café, durant lesquelles sont proposées boissons et petites douceurs aux intervenants et au public venu les écouter. Il ne faut pas oublier que ces personnes viennent parfois de loin, et que le programme chargé de ce type de journées rend celles-ci particulièrement épuisantes. Loin cependant d’être seulement un moment de détente qui permet à chacun de se dégourdir les jambes, cet entracte offre aux chercheurs l’opportunité de prolonger les séances de questions et de discuter entre eux de leurs recherches. Lorsqu’on organise un événement scientifique, il est donc de tradition de ménager des moments conviviaux qui contribueront à la réussite de la journée.

POST-DOC : Un contrat post-doctoral est délivré au jeune docteur qui doit mener un nouveau projet de recherches financé. Généralement assez bien payés, ces contrats ne comportent presque jamais de mission d’enseignement. Néanmoins, en lettres et sciences humaines, ce type de financement est assez difficile à obtenir en France mis à part dans le cas d’un financement de l’ANR (Agence Nationale pour la Recherche, chargée de financer des projets de grande envergure). Il faut donc souvent se tourner vers l’international.

PRAG : PRofesseur AGrégé à l’université. Le PRAG n’a pas de fonction recherche officielle et effectue à peu près 14h de cours par semaine, avec souvent des heures supplémentaires et un travail d’accompagnement des étudiants qui doivent, par exemple, effectuer un rapport de stage. À noter qu’un PRAG peut connaître des difficultés pour trouver un laboratoire au sein duquel poursuivre ses éventuels travaux de recherche.

PRCE : PRofesseur CErtifié à l’université. Il effectue le même nombre d’heures que le PRAG et est amené à s’investir dans les mêmes activités pédagogiques et administratives. Comme le PRAG, le PRCE peut connaître des difficultés pour trouver un laboratoire au sein duquel poursuivre ses éventuels travaux de recherche.

PRÉ-RAPPORT : Envoyé quelques semaines avant la soutenance (généralement 2 semaines avant), le pré-rapport est un document contenant les premières remarques du jury de thèse. S’il comporte des remarques générales sur le travail du doctorant, il donne aussi des indications sur les points de la thèse qui seront discutés pendant la soutenance. C’est notamment sur la foi de ces deux pré-rapports que l’on autorise la tenue de la soutenance. Pour l’aspirant docteur, la réception des pré-rapports représente souvent un événement très émouvant dans la mesure où ces derniers livrent une lecture attentive de la thèse par un œil extérieur. À noter que les pré-rapports demeurent importants après la soutenance. Beaucoup de prix de thèse demandent de joindre une copie des pré-rapports, tout comme certaines sections du CNU dans le cadre de la procédure de qualification.

PROPOSITION DE COMMUNICATION : Il s’agit du document que l’on envoie lorsque l’on souhaite intervenir dans une journée d’étude, un colloque ou un congrès.

PR/PU : Professeur ou professeure d’université. Il s’agit du second des deux corps d’enseignants-chercheurs que compte l’enseignement supérieur français. Le premier est celui des maîtres de conférences.


Q

QUALIFICATION MCF (DU CNU) : Généralement abrégée en “qualif’”, la “qualification aux fonctions de maître de conférence” est nécessaire pour toute personne désirant être recrutée en tant qu’enseignant-chercheur en France. La littérature comparée correspond à la 10e section du CNU. À partir d’un dossier comprenant – entre autres – le rapport de soutenance de la thèse, le CNU évalue la qualité scientifique d’un dossier ainsi que la capacité du candidat à être recruté dans telle ou telle section. Autrement dit, le CNU sert très souvent à vérifier l’intégrité scientifique de la soutenance de la thèse. Cette évaluation se fait sur la base de deux rapports, rédigés par des membres de la section CNU. Les dossiers sont envoyés aux rapporteurs en fonction des “mots-clés” des domaines de recherche renseignés par le candidat sur le portail Galaxie ; c’est pourquoi il est très important de remplir l’intégralité du champ correspondant avec des “mots-clés” pertinents. Ces rapports de qualif’ ne sont pas consultables par les candidats ; hormis dans le cas où il s’agit d’un 2e refus de qualification dans une même section. Quoi qu’il en soit, sans “qualif’”, il n’est pas possible de participer à la campagne de recrutement des maîtres de conférence. À noter qu’il n’est pas nécessaire d’être qualifié dans une section pour pouvoir postuler à des postes relevant de ladite section : une qualif’ en section 10 est suffisante pour concourir sur des postes en section 9 (langue et littérature françaises) ou 71 (sciences de l’information et de la communication). Cependant, cette non-qualification dans la section visée peut nuire aux chances d’être auditionné.


R

RÉSIDENCE D’ÉCRITURE : Le principe d’une résidence d’écriture est de se réunir durant plusieurs jours entre chercheurs afin d’avancer dans la rédaction de sa thèse, d’un ouvrage, d’articles, etc. La résidence d’écriture prend alors des allures de vacances studieuses, puisqu’elle mêle moments de travail et moments de détente.

RAPPORTEUR : Terme générique désignant quelqu’un dont la fonction est d’écrire un “rapport”. Dans le cadre du doctorat, le vocable renvoie généralement aux deux personnes chargées de rédiger les pré-rapports autorisant la tenue de la soutenance de thèse. La procédure de qualification par le CNU passe également par la désignation de deux rapporteurs chargés de vérifier la qualité du dossier du jeune docteur. Il en va de même pour les auditions aux postes de maître de conférences : chaque dossier papier envoyé est évalué par deux rapporteurs.

RAPPORT DE SOUTENANCE : Avec le diplôme de doctorat, le rapport de soutenance est la preuve de l’obtention du grade de docteur. Il est rédigé par le président du jury, dont la fonction est de rassembler et d’articuler les contributions de tous les autres membres du jury. Il s’agit d’une pièce très importante pour le dossier du jeune docteur. Un “mauvais” rapport de soutenance peut en effet ralentir un début de carrière.

RÉMUNÉRATION : Un contrat doctoral, un contrat d’ATER ou une vacation permettent d’être rémunéré durant son doctorat, mais dans des conditions bien différentes. Le versement de la rémunération du vacataire ne se fait qu’à la toute fin du contrat, et même souvent plusieurs mois après l’échéance dudit contrat. À l’inverse, le versement du salaire du doctorant contractuel ou de l’ATER se fait selon les modalités de versement du salaire des fonctionnaires : on touche son revenu chaque mois, le jour de paie correspondant au troisième jour ouvrable avant la fin du mois (donc le 29 du mois si le 31 est un vendredi, mais le 27 du mois si le 31 est un dimanche), avec une exception pour le mois de décembre : le salaire est versé aux alentours du 20 décembre pour permettre les achats de Noël… À noter que, comme c’est le cas dans l’Éducation nationale, on ne reçoit le bulletin de paie correspondant que 4 à 5 mois plus tard.


S

SECTIONS (du CNU) : La section 9 correspond à la discipline “Langue et littérature française” ; elle comporte tous les siècles. La section 10 correspond, elle, à la discipline “Littératures comparées”. Quant à la section 71, il s’agit de la discipline “Sciences de l’information et de la communication”.

SELC / ESCL : Société Européenne de Littérature comparée / European Society of Comparative Literature, anciennement REELC (Réseau européen d’études littéraires comparées/ European Network for Comparative Literary Studies). Créée en 2001, elle met en relation les différentes sociétés comparatistes européennes et sert de relais dans les relations de celles-ci avec l’AILC. Association de droit français, elle est bilingue (anglais/français). Son congrès se tient tous les deux ans, lors des années impaires.

SÉMINAIRE : Il se déroule sur une ou plusieurs années et consiste en une série de conférences sur un thème de réflexion général.

SFLGC : La Société Française de Littérature Générale et Comparée est la société savante des comparatistes français. Elle est l’organe institutionnel principal de la littérature comparée en France. Ses missions sont extrêmement variées. Elle s’assure notamment du rayonnement mondial du comparatisme “à la française”, propose les programmes de littérature comparée aux concours de l’agrégation, et offre aux membres de la 10e section du CNU une tribune afin de rendre compte de leur activité. La SFLGC organise par ailleurs des événements réguliers : congrès, doctoriales, etc. Tout le monde – les doctorants comme les titulaires – peut adhérer à la SFLGC.

SOUTENANCE : Véritable rite de passage pour le doctorant, c’est le grand moment à l’issue duquel il se verra attribuer le titre de docteur. La soutenance mériterait un article à part entière, tant sa préparation et son accomplissement sont complexes.

STEP : Signalement des Thèses En Préparation. Il s’agit du site internet qui permet de modifier les données apparaissant sur theses.fr.


T

TERRAIN (FAIRE UN) : Faire un terrain consiste à se rendre dans un autre espace que celui de l’université, souvent un pays étranger, afin d’y consulter des sources spécifiques et importantes pour le déroulement de la thèse. L’expérience peut s’avérer très intéressante pour le doctorant en Littérature Comparée, qui peut généralement profiter de cette opportunité pour améliorer ses compétences linguistiques et connaître une expérience interculturelle enrichissante. Les Écoles Doctorales peuvent fournir des financements pour les recherches en terrain, il ne faut donc pas hésiter à les solliciter. La demande se fait généralement par le biais d’un formulaire à télécharger sur le site de l’École Doctorale et d’un dossier à remplir et à déposer au secrétariat de l’ED. Attention à bien se renseigner sur les dates des commissions à l’issue desquelles le doctorant se voit attribuer l’intégralité ou une partie du financement.

THESES.FR : Ce site internet recense toutes les thèses soutenues depuis 1985 ou en préparation depuis 2008 en France. Toute thèse en cours doit en effet obligatoirement y être inscrite, la démarche étant effectuée par l’administration de l’École Doctorale en début de doctorat. D’un point de vue pratique, le site offre ainsi un aperçu des travaux déjà effectués ou en préparation sur un sujet, tout en constituant un répertoire de directeurs et directrices de thèse ainsi que de jeunes chercheurs et chercheuses.

TITULAIRE : Si beaucoup de personnes interviennent à l’université pour assurer les heures d’enseignement, notamment les doctorants contractuels, les vacataires et les ATER, seuls les maîtres de conférences, professeurs et professeures d’université sont titulaires de leur poste.


V

VACATAIRE : Un vacataire est un intervenant externe qui est amené à effectuer des vacations à l’université. Il n’est rémunéré que pour ces heures d’enseignement, qui ne lui permettent d’ailleurs pas d’accéder à une mutuelle ou une quelconque protection sociale. Il est censé avoir une activité à plein temps par ailleurs et ne venir enseigner que quelques heures à l’université. À ce jour et dans la plupart des universités, le vacataire est payé au mieux deux fois par an, lorsqu’il a réclamé plusieurs fois l’argent qui lui est dû. Cette définition masque bien sûr une réalité plus complexe et ô combien plus précaire. Aujourd’hui, surtout dans les sciences humaines, de nombreux vacataires sont des doctorants ou d’anciens docteurs qui effectuent des heures dans plusieurs universités et rencontrent de nombreux problèmes pour faire valoir leur statut et leurs droits.

Hélène DUBAIL, Manon AMANDIO et Sébastien WIT