Organiser un CV de recherche

L’étape de l’organisation du CV de recherche est importante pour le chercheur en Littérature Comparée : elle est la première pièce constitutive de son dossier de candidature, et donc le premier élément qui permet de présenter son parcours et son travail universitaire.

1. Quelles catégories ? 

Quel que soit le type de CV, après les essentielles coordonnées du candidat et l’indispensable entrée “formation universitaire et diplômes”, on peut retenir deux grandes catégories à détailler, celles de l’expérience d’enseignement et celle des activités de recherche.

On peut séparer l'”enseignement universitaire” des “autres expériences d’enseignement” afin de souligner l’activité dans l’enseignement du supérieur et de la recherche tout en montrant le parcours qui la sous-tend ou l’accompagne.

Concernant la recherche, il est possible de diviser en “publications”, “communications”, et “organisation d’événements scientifiques”.

Concernant les articles, il est préférable de toujours indiquer le titre de l’article, nom de la revue, et de préciser si ce sont des actes de colloque (avec le titre, la date, le lieu de l’événement scientifique et le nom des organisateurs), et il est possible de mentionner l’URL si l’article est disponible en ligne.

Pour le chercheur de Littérature Comparée, une catégorie supplémentaire, “langues vivantes” est essentielle. Si une aire culturelle ou linguistique est privilégiée dans les travaux du chercheur (la langue d’un des auteurs du corpus, par exemple) il est bon de mentionner la durée de l’apprentissage et le nom de l’établissement dans lequel elle est apprise.

Pour le reste,Les modalités d’organisation du CV dépendent du poste auquel candidate le chercheur. Ici, nous retiendrons deux types de CV pour lesquels nous donnerons quelques conseils généraux : le CV synthétique et le CV analytique.

2. Le CV synthétique

Il est généralement demandé avant les auditions pour certains contrats doctoraux, et il peut être accompagné d’un dossier de recherches pour les postes d’ATER. il est très court : il tient idéalement sur deux pages, trois maximum.
Le chercheur doit présenter sa formation et son parcours de la manière la plus synthétique possible. Les expériences professionnelles sont résumées en moins d’une phrase avec des mots-clés, en précisant le lieu de travail et la période de l’activité.

 3. Le CV analytique

Il est plus courant dans les appels à candidature pour des postes de recherche qui succèdent au contrat doctoral, et notamment pour les postes de Maître de Conférences. Plus long que le CV synthétique, Il comporte un résumé des articles publiés d’environ une quinzaine de lignes et, si besoin des cours donnés à l’Université.

Même si ce modèle de CV est plus développé, faut savoir rester succinct : un petit paragraphe pour le descriptif de chaque cours et le résumé de chaque article suffit.

Pour plus de clarté, il est préférable que toutes les descriptions de cours et d’articles soient de taille à peu près égale.

D’autres documents peuvent accompagner le CV du chercheur : une liste des communications avec des résumés de celles-ci, ou une liste des projets en cours. Un chapitre de la thèse ou une description du projet de recherche est parfois demandé.