Rédiger une proposition de communication 

Dès le début de la thèse, le doctorant est amené à rédiger des propositions de communication. Si elles ne sont pas toujours en lien direct avec les recherches pour sa thèse, elles peuvent lui permettre d’intervenir dans des événements scientifiques, et ainsi de faire connaître son travail auprès d’autres chercheurs.

Les principaux sites recensant des appels à contributions en lettres et sciences humaines sont « fabula » (pour la littérature générale et comparée) et « calenda » (pour les sciences humaines).
Ces appels concernent principalement des journées d’étude ou des colloques et demandent à quiconque voudra intervenir d’envoyer une proposition de communication. Il est conseillé, pour le doctorant qui n’est encore jamais intervenu dans un événement scientifique, de commencer par répondre à un appel à contributions pour une journée d’étude, car celles-ci sont généralement organisées par de jeunes chercheurs et laissent prioritairement la parole aux doctorants, ce qui permet de débuter dans un cadre plus convivial.

La proposition de communication demandée doit souvent avoisiner les 300 mots. Elle comporte un titre, un ou deux paragraphes de rédaction, et peut être accompagnée d’une bibliographie provisoire et d’une présentation de l’intervenant (également appelée « bio-bibliographie »).

La proposition de communication

Elle ne doit pas être trop détaillée. Elle consiste à expliquer simplement le sujet de la communication et à justifier le choix du corpus dans le cadre de la question posée. Il est important de montrer comment la communication proposée s’inscrit dans les axes d’étude de la journée, comment elle fera avancer la réflexion sur le sujet de l’appel à contributions. Ainsi, si plusieurs axes précis sont proposés dans l’appel à contributions, il est possible de rappeler explicitement celui dans lequel le doctorant s’inscrit.

La proposition de communication se veut claire, sans formule allusive. Elle peut commencer par « j’expliquerai comment… », « je montrerai que… » etc. Si le sujet de la journée d’étude est une notion, la proposition peut remanier le champ lexical de celle-ci. Elle peut aussi comporter une ou deux questions rhétoriques. Mais elle doit surtout montrer que son sujet vaut d’être traité et que la communication sera stimulante. Le jeune chercheur doit donner envie d’être écouté.

Dans la mesure du possible, il est important de se faire relire avant d’envoyer sa proposition, par son directeur ou bien par un camarade, qui ne travaille pas forcément dans le même domaine de recherche, mais qui pourra donner un avis sur la clarté de l’écriture et la compréhension du sujet.

La bibliographie

Elle est, bien sûr, nécessaire en cas de citation dans le titre ou dans le contenu de la proposition de communication.

Sinon, elle n’est pas obligatoire, mais permet de montrer que l’on a déjà fait des recherches avancées sur le sujet. Elle doit cependant être assez concise, et dépasse rarement la dizaine d’ouvrages. La présenter comme « provisoire » permet de montrer que ces recherches sont susceptibles d’évoluer.

La bio-bibliographie

Elle consiste en une brève présentation de l’intervenant, à la troisième personne du singulier. Elle permet de préciser le statut de celui-ci, l’université et l’école doctorale dans laquelle il prépare sa thèse, le nom du directeur de recherche et le titre de la thèse. Si des publications/communications scientifiques ont déjà été faites, il est bon de les mentionner également.