Faire un doctorat ou faire une thèse ?

Pourquoi faire un doctorat, ce n’est pas faire une thèse

 La thèse représente une part si importante du travail effectué en doctorat – en témoigne le nombre important de crédits ECTS alloués à sa rédaction – qu’on finit par oublier que les deux ne se recoupent pas : faire un doctorat, ce n’est pas faire une thèse. Le doctorat ne se limite pas, en effet, à un travail décomposé en trois temps : recherches préalables, structuration de la pensée et rédaction de la thèse. Il est avant tout une entrée dans le monde de la recherche, dont la thèse est une – ou n’est qu’une – première expérience.

Or la recherche n’a de sens que si elle apporte des connaissances réellement nouvelles à l’ensemble de la communauté des chercheurs. Les années de doctorat doivent donc permettre d’entrer dans une réflexion collective et collaborative, tout en s’inscrivant dans une démarche critique sur la discipline elle-même : le choix de la littérature comparée n’est pas anodin quand on tient compte du fait qu’il s’agit d’une discipline en crise, régulièrement attaquée sur sa finalité ou ses méthodes. Il est par conséquent important de se questionner sur sa propre démarche et de sortir de l’isolement qui guette tout chercheur ; cela donne du sens non seulement à la thèse mais à la littérature comparée elle-même, discipline que nous nous devons de défendre.

 

Pourquoi la thèse n’est pas un long mémoire

La thèse apparaît souvent comme un bel exercice, sorte de long mémoire qui va permettre de tester l’endurance du doctorant. La principale difficulté de la thèse serait de réussir à trouver la force de poursuivre de mêmes recherches durant un minimum de trois ans et de rédiger plusieurs centaines de pages sur un sujet somme toute très limité.

Avoir une telle vision de la thèse conduit à croire qu’il suffit de se discipliner pour réussir et s’avérera très ennuyeuse car les tâches à effectuer seront alors répétitives – sans compter qu’en allant jusqu’au bout de cette démarche, on risquera fort de produire effectivement un long mémoire et non une thèse.

Inutile par conséquent de culpabiliser si on ne parvient pas à s’astreindre à des horaires de bureau et si la réflexion progresse de manière irrégulière ; tout cela est normal. Les trois années que durent officiellement le doctorat ne sont pas identiques. Elles sont faites de questionnements, de doutes et d’erreurs qui sont autant d’occasion de progresser. Il peut être effrayant et/ou déprimant de constater qu’un travail effectué durant plusieurs semaines n’est qu’une impasse ; ce travail aura cependant été utile malgré tout, car on avance rarement aussi vite dans ses recherches que lorsqu’on découvre que telle ou telle piste doit être abandonnée.

Il est indispensable de prendre du recul par rapport à son propre travail, ce qui peut être fait au cours de bilans qu’on dresserait à intervalles réguliers. À ces occasions il faut parfois accepter de sacrifier une partie de nos résultats pour en privilégier d’autres : la durée du doctorat et la longueur de la thèse ne permettent pas d’aborder un sujet de manière exhaustive et cela n’est d’ailleurs pas souhaitable, car l’objectif n’est pas de produire une simple compilation de notes de lectures. Seuls des choix éclairés sur la posture que l’on adopte face à son sujet et sur les axes de recherche que l’on privilégie aboutiront à une thèse dynamique et pertinente.