Démarches conseillées

Les démarches proposées ici sont autant de solutions à explorer afin de mettre toutes les chances de son côté pour réussir son doctorat de littérature comparée.

 

1) Réfléchir à votre manière d’aborder le comparatisme. La littérature comparée est une discipline qui soulève autant de problèmes qu’elle ouvre de perspectives et est à ce titre souvent décriée. Il ne faut donc pas la considérer comme un champ de recherche stable et universellement reconnu au sein duquel vous allez pouvoir effectuer votre thèse, mais comme une discipline que vous devez défendre. Pour cela, il vous faut consacrer du temps à la définition même de votre démarche comparatiste : qu’est-ce que la littérature comparée, exactement ? Dans lequel(s) de ses domaines de recherche ai-je choisi de m’inscrire ? En quoi ce(s) domaine(s) de recherche est (sont) l(es) angle(s) d’attaque le(s) plus pertinent(s) pour mon sujet ? Telles sont les questions auxquelles vous devrez pouvoir apporter des réponses à la fin de votre doctorat : la posture que vous adopterez à l’égard du comparatisme déterminera l’orientation de votre thèse mais aussi votre futur profil de chercheur.

Idées de lectures sur les écoles du comparatisme et les domaines de recherche de la discipline.

 

2) Participer (vraiment) à la vie de la recherche.  Les universités proposent suffisamment de formations disciplinaires et professionnalisantes pour que vous acquériez tous les crédits ECTS nécessaires à la validation du doctorat. En vous contentant de cela, vous resterez cependant coupé du vrai monde de la recherche. Afin d’apporter vraiment votre contribution aux études comparatistes, vous devez :

  • Participer aux activités de recherche proposées par votre laboratoire ou les autres laboratoires de votre université (séminaires, journées d’étude, colloques). En tant que jeune chercheur, vous êtes également en mesure d’organiser vous-même ce type d’événements.
  • Participer à des événements scientifiques organisés en dehors de votre université, soit en tant que public, soit en tant que communicant : le site Fabula recense tous les appels à contribution susceptibles d’intéresser les chercheurs en littérature, dans une liste actualisée quotidiennement. Il ne faut pas hésiter à envoyer des propositions de communication ou d’article lorsque les argumentaires ouvrent des pistes qui correspondent à vos recherches.
  • Veiller à publier au moins deux articles durant votre doctorat. Il peut s’agir d’articles tirés de communications faites lors de journées d’études ou de colloques, mais pour être considérés comme publications scientifiques, ils doivent avoir été validés par un comité de relecture.
  • Participer aux activités de relecture : thèses et articles doivent avoir été relus plusieurs fois avant d’être publiés et il est parfois difficile de trouver des relecteurs. N’hésitez donc pas à vous porter volontaire pour relire les travaux de vos collègues ; non seulement vous aurez moins de mal à solliciter à votre tour de l’aide quand le temps sera venu de faire relire vos articles et vos chapitres de thèse, mais cela vous permet en outre de vous familiariser avec la rédaction scientifique.

Vous pouvez également :

  • Vous tenir informé de l’actualité des études comparatistes en vous abonnant à des Newsletter, en fréquentant assidument les sites internet des associations comparatistes (voir ci-dessous, le point 3), en consultant régulièrement les revues comparatistes (RLC par exemple) ou les revues de recherche en littérature.
  • Participer à d’autres projets montés par des équipes de chercheurs ou de jeunes chercheurs.

 

3) Se familiariser avec les grandes instances du comparatisme. Si le laboratoire dans lequel on effectue sa thèse est l’élément le plus visible et le plus directement accessible du monde de la recherche en littérature comparée, il est indispensable de savoir par ailleurs que le comparatisme s’est organisé à l’échelle nationale et internationale. Les principaux groupements de chercheurs à connaître sont les suivants :

  • La SFLGC (Société française de littérature générale et comparée) : fondée en 1956, elle réunit les comparatistes français, les représente et coordonne leurs activités. Elle travaille également aux programmes de littérature comparée de l’agrégation de Lettres modernes. Son congrès se tient tous les ans, sauf les années de congrès de l’AILC. L’adhésion revient actuellement à 30 euros pour les doctorants (montant par année civile) et permet de participer aux assemblées générales, de communiquer lors des congrès et de recevoir le bulletin d’informations de l’association.
  • La SELC/ESCL (Société européenne de Littérature comparée / European Society of Comparative Literature), anciennement REELC (Réseau européen d’études littéraires comparées/ European Network for Comparative Literary Studies) : créée en 2001, elle met en relation les différentes sociétés comparatistes européennes et sert de relais dans les relations de celles-ci avec l’AILC. Association de droit français, elle est bilingue (anglais/français). Son congrès se tient tous les deux ans, lors des années impaires.
  • L’AILC/ICLA (Association internationale de littérature comparée / International Comparative Literature Association) : créée en 1955, adhérente de la FILLM (Fédération internationale des langues et littératures modernes), elle a pour vocation de réunir toutes les équipes comparatistes du monde. Association internationale de droit français, elle est bilingue (anglais/français). Son congrès se tient tous les trois ans.

 

4) Ne pas hésiter à intégrer d’autres groupes de jeunes chercheurs en littérature ou en sciences humaines qui accueilleront avec plaisir vos travaux comparatistes.

Cela vous permet non seulement de rompre l’isolement qui guette souvent les doctorants, mais aussi de faire connaître vos recherches. Vous pouvez ainsi échanger sur vos pratiques avec d’autres chercheurs, multiplier les occasions de proposer une communication/un article en lien avec vos recherches ou encore vous familiariser avec vos futurs collègues non comparatistes.

 

5) Anticiper l’après-thèse. Là encore, les formations proposées par les universités sont utiles, mais pas nécessairement suffisantes. Les années de doctorat doivent être mises à profit pour étoffer votre CV. Pour cela, vous pouvez notamment :

  • Participer à des projets en lien avec le monde de la recherche et qui seront valorisants sur votre CV.
  • Essayer de faire un séjour à l’étranger. Une expérience dans un autre pays peut être très appréciée de la part d’un comparatiste.
  • Tenter de publier au moins une fois un article dans une langue autre que le français.