Survivre au doctorat

Splendeurs et misères du doctorat

Être doctorant-e, c’est avoir l’insigne plaisir d’entrer dans le monde de la recherche, d’entreprendre une stimulante aventure intellectuelle avec la sensation que tou-te-s n’auront pas nécessairement cette chance. Le sentiment d’élection est même décuplé lorsque l’on a eu l’opportunité de décrocher un financement doctoral, précieux sésame afin de mener à bien son travail de thèse dans des conditions optimales.

Que l’on ne se mente pas : aujourd’hui en France, seuls 2 % des étudiant-e-s sortent du système universitaire avec un doctorat1. Obtenir une thèse demeure un privilège, et il ne s’agit pas ici de déplorer la condition de doctorant-e.

Pourtant, derrière le glamour du prestige social et culturel que représente le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche, il n’empêche que les jeunes thésard-e-s ne sont pas toujours à l’abri de quelques déconvenues. Bien que les problématiques psycho-sociales du doctorat aient longtemps été considérées comme un non-sujet, la littérature récente commence à s’y intéresser.

Publié en 2016, l’ouvrage au titre plus qu’évocateur : La thèse : un guide pour y entrer… et s’en sortir2 n’emploie aucun artifice rhétorique destiné à dissimuler l’aspect Hunger Games du doctorat. En thèse, il faut réussir à survivre, tout en montrant que l’on est le ou la meilleur-e.

Cette transformation d’un parcours universitaire (le doctorat) en une épreuve psychologique n’est pas limitée à un pays en particulier, mais correspond à une tendance globale. La thèse : un guide pour y entrer… et s’en sortir traite de la situation de l’université canadienne, or les taux d’abandon en France (60% en lettres et sciences humaines3) suggèrent une situation similaire.

Désormais célèbre dans le milieu, le roman graphique Carnets de thèse de Tiphaine Rivière relate – sur un mode léger – les désillusions d’une jeune thésarde confrontée au monde impitoyable de l’Université4. Que l’on trouve ces Carnets de thèse proches de la réalité doctorale ou – au contraire – trop caricaturaux, il n’en demeure pas moins que l’expérience relatée par Tiphaine Rivière est symptomatique d’un désarroi que connaîtront vraisemblablement tou-te-s les thésard-e-s au cours de leurs années de doctorat. Cet affect socialement partagé explique sans doute le succès – transdisciplinaire – des espaces en ligne à vertu cathartique, tels que le tumblr cielmondoctorat.

Si l’on connaît bien les faisceaux de relation existant entre, d’un côté, la dramatisation de la survie parmi les productions de la littérature pour la jeunesse et, de l’autre, la victoire de la culture néolibérale au sein de nos sociétés5, les conséquences d’un management de la recherche par la mise en concurrence des jeunes générations de chercheuses et de chercheurs ne semblent pas encore avoir fait l’objet d’un regard attentif de la part des institutions6.

Quelques principes survivalistes

À ce titre, les initiatives des doctorant-e-s jouent un rôle central afin de constituer des réseaux de solidarité aptes à briser un isolement, certes indissociable des conditions de travail qui font la recherche, mais devenu aujourd’hui un vecteur important de risques psycho-sociaux chez les aspirant-e-s au titre de docteur.

Dès l’entrée en première année de thèse, les doctorant-e-s sont confronté-e-s à la diversité des situations de financement (ou de non-financement) de la thèse. Difficile alors de s’y retrouver, et de trouver sa place lorsque l’on ne comprend pas forcément que tout le monde n’a pas suivi les mêmes démarches (certains financements sont pris en charge par les universités, d’autres par les écoles normales supérieures, d’autres encore par des entreprises privées, etc.). On ne saisit pas toujours pourquoi telle personne assure une charge de cours, et pas telle autre. On ne sait pas forcément que telle personne en première année vient – en réalité – de réaliser une année de pré-thèse.

En d’autres termes, le vocable de « doctorant-e » englobe d’une manière indifférenciée une grande variété de situations socio-professionnelles, chose qui est typique du monde du travail mais que l’on ne s’attend pas forcément à retrouver à l’intérieur de l’Université. Si les études jusqu’en Master ne différencient jamais – pour la grande majorité des formations – statutairement les étudiant-e-s, ce n’est plus le cas du doctorat. Et il vaut mieux en avoir rapidement conscience.

Extrait de “La recherche, c’est aussi avoir le sentiment d’être un imposteur…” du blog Emile, on bande ?

Le danger d’une méconnaissance des distinctions entre doctorant-e-s réside dans le fait que cela favorise – chez les individus – une naturalisation de la réalité sociale du travail. Face à la reconnaissance dont certain-e-s semblent jouir de la part de l’institution, les autres peuvent se réfugier derrière une croyance (naïve) en une idéologie du talent. L’Autre a alors toujours un meilleur CV que soi, est davantage apte à mettre en œuvre une « vraie » démarche de recherche, etc. Formulé différemment : l’Autre est toujours plus légitime que soi.

Au vu de l’état actuel de la recherche, entreprendre un projet doctoral revient à se projeter dans un avenir à l’horizon barré. Les places seront chères, tout le monde le sait. Effet collatéral de cette réalité sociale, les stratégies de compensation déployées par les individus oscillent entre modestie pathologique7, et conviction d’être un-e génie (parfois incompris-e).

Dans ce type de contexte, le bon équilibre psychique des thésard-e-s dépend en grande partie de leur capacité à se rappeler le rôle du milieu socio-professionnel dans l’activité de recherche. Parce que l’on ne pense jamais seul-e, l’on ne réussit ou n’échoue jamais seul-e non plus.

Ainsi, le doctorat correspond-il à une expérience scientifique, mais également à l’accumulation d’un capital social et symbolique. Pour mener à terme sa thèse, il est sans doute essentiel de ne pas l’oublier. La science ne fait pas tout ; le talent non plus.


1 Voir Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, « 20.03 Répartition des sortants de formation initiale en fonction de leur diplôme le plus élevé (en milliers, en %) » dans L’État de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche en France, 2017. Étude disponible en ligne : https://publication.enseignementsup-recherche.gouv.fr/eesr/10/EESR10_ES_20-le_niveau_d_etudes_de_la_population_et_des_jeunes.php (consulté le 3 novembre 2018).

2 Emmanuelle Berheim et Pierre Noreau, La thèse : un guide pour y entrer… et s’en sortir, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2016.

3 Voir Héloïse Lhérété, « La solitude du thésard de fond » dans Sciences Humaines, no 230, 2011, p. 10. Article disponible en ligne : https://www.cairn.info/magazine-sciences-humaines-2011-10-page-10.htm (consulté le 3 novembre 2018).

4 Tiphaine Rivière, Carnets de thèse, Paris, Seuil, 2015.

5 Cf. Frédérique Leichter-Flack, Qui vivra qui mourra. Quand on ne peut pas sauver tout le monde, Paris, Albin Michel, 2015.

6 Exception faite de quelques ouvrages comme celui d’Yves Dupont : L’Université en miettes. Servitude volontaire, lutte des places et sorcellerie, Montreuil, L’Échappée, 2014.

7 Cf. Kevin Chassangre ; sous la dir. de Stacey Callahan, La modestie pathologique : pour une meilleure compréhension du syndrome de l’imposteur, thèse, Université Toulouse 2, 2016.