Organiser son temps de recherche en Doctorat

Quelques conseils généraux sur l’organisation du temps de recherche en Doctorat.
Celle-ci est utile pour s’observer afin de gagner en visibilité sur son propre travail, et pour trouver un équilibre dans l’élaboration de la thèse.

I. Avoir une idée globale du travail à accomplir

Il est bon, en début de Doctorat, d’essayer d’estimer le nombre d’années que l’on va consacrer à sa thèse, et d’orienter chaque année vers un aspect de ce travail.

Par exemple, dans le cas du Contrat Doctoral, on peut déjà diviser le temps de recherche sur trois ans :

  • La première année est généralement consacrée à la lecture du corpus critique, et à la définition de certains axes
  • Au cours de la deuxième année, le Doctorant peut se concentrer sur un plan de thèse et des exemples à analyser
  • La troisième année marque le début de la rédaction

Cependant, le Doctorant est toujours amené à revenir en arrière : le plan change avec la rédaction, et il est tout à fait possible d’écrire en première année (c’est même conseillé, prendre des notes et analyser certains exemples, etc.). Planifier permet simplement d’avoir une première impression du travail à effectuer.

L’essentiel est ici d’avoir une idée globale du temps de travail consacré à la thèse.

II. Diviser son travail en plusieurs petites tâches

Le Doctorant peut tout à fait diviser cette immense tâche qu’est la thèse (ou même la préparation d’un colloque, ou d’une communication), en des étapes plus restreintes (un travail à faire sur six mois, par exemple), puis, progressivement, en plus petites étapes (sur un mois, deux semaines, une semaine).
Ensuite, il faut parvenir à se situer dans son travail et à se demander quelle est la prochaine étape (consulter tel ou tel ouvrage en bibliothèque, revoir la seconde partie du plan, écrire une page, etc.). Le mieux est de commencer par la plus petite étape possible pour avancer, celle qui prend le moins de temps et qui apparaît comme étant la plus facile à franchir.

III. Élaborer un planning hebdomadaire

Il est possible d’établir un nombre d’heures attribuées à la recherche, et de réajuster ce volume horaire au fil du temps si besoin, et autant de fois que nécessaire.

Il faut aussi estimer le temps que prennent les autres tâches : si le Doctorant a une charge d’enseignement à l’Université en plus de son travail de recherche, il faut estimer le temps de préparation des cours. Dans ce cas, il est par exemple possible de bloquer un jour par semaine pour préparer ses cours, et de consacrer d’autres créneaux à la recherche.

Le mieux est de faire un premier planning, puis de l’ajuster une seconde fois, au bout de quatre semaines par exemple, puis de recommencer si nécessaire.

Le Doctorant peut aussi essayer d’adapter le planning à ses habitudes de travail, en voyant à quel moment il est le plus productif. Par exemple, quelqu’un de plus concentré le matin peut rédiger sa thèse entre 9h et 13h, puis faire une tâche qui lui demande moins de concentration l’après-midi, etc.

IV. Faire des bilans 

Afin d’utiliser le planning de la manière la plus efficace possible, il est bon de faire un rapport de ses objectifs de six mois en six mois, en notant ce qui a été accompli et ce qui reste à faire, mais aussi les méthodes qui ont été efficaces et celles qui ont moins bien fonctionné.

Le tout est de pouvoir tracer à la fois ses résultats et la manière dont on a travaillé pour avoir une idée plus précise de ce qui est efficace.

Quelle que soit la fréquence de travail, il faut avoir à la fois des objectifs sur le court terme (un jour, une semaine, dix jours), sur le moyen terme (trois semaines, un ou deux mois) et sur le long terme (six mois, un an, deux ans).

V. Avoir plusieurs supports pour organiser sa recherche

Il est important de consacrer, en plus des divers carnets de citations et de notes, au moins deux supports, papiers ou numériques, à l’organisation de sa recherche.
Par exemple, un cahier pour les objectifs sur le long terme et un carnet pour les to do/done lists quotidiennes.

VI. Avancer par le dialogue 

L’organisation de la recherche peut se partager. Pendant les années de thèse, il est bon de se retrouver avec au moins un autre Doctorant/jeune chercheur pour discuter l’avancée de son propre travail. La fréquence est à choisir : une fois par semaine, deux fois par mois… Pour cela, le mieux est de se renseigner sur les autres Doctorants de son laboratoire (en demandant à son directeur de recherches, par exemple), ou bien de se rendre à des séminaires doctoraux dont les sujets de réflexion rejoignent certains aspects de sa propre recherche.