Le contrat doctoral

Le contrat doctoral offre un confort certain pour se lancer dans une thèse : il finance les recherches du doctorant durant trois ans, tout en lui permettant d’acquérir de l’expérience dans l’enseignement supérieur.

Comme toute denrée précieuse, cependant, il est rare. À l’heure où la recherche, et encore plus la recherche en littérature comparée, intéresse peu le politique, qui n’y voit pas une priorité, les contrats doctoraux sont de plus en plus difficiles à obtenir.

Voici, malgré tout, tout ce qu’il y a à savoir ou presque sur le contrat doctoral.

Le contrat doctoral, qu’est-ce que c’est ?

Le contrat doctoral est un contrat à durée déterminée qui vous offre la possibilité d’être financé-e durant trois ans pour effectuer vos travaux de recherche. En contrepartie, vous dispensez souvent des heures de cours dans l’université qui vous a recruté-e.

Les différents types de contrats doctoraux

Selon votre profil, vous ne pourrez pas prétendre au même type de contrat.

  • Contrat doctoral d’université : si vous êtes titulaire d’un master ou d’un diplôme équivalent, une université peut financer vos recherches durant trois ans, à hauteur d’un peu plus de 1400 euros net par mois. Le plus souvent, elle vous proposera d’assurer également des heures de cours (TD) durant au moins une partie du contrat doctoral. Avant la réforme du doctorat de 2016, le service d’enseignement était obligatoirement de 64h ; votre rémunération montait alors à environ 1650 euros net par mois. Depuis la mise en place de la réforme, c’est-à-dire depuis 2017, le mode de calcul est différent et les cours sont payés à l’heure. Votre rémunération est plutôt de 1550 euros net, à condition qu’on vous ait donné 64h de cours.
  • Contrat doctoral spécifique normalien (CDSN) : si vous êtes normalien ou auditeur à l’ENS et que vous êtes titulaire d’un master, l’ENS peut vous délivrer un contrat doctoral. C’est l’ENS qui financera durant trois ans vos recherches, même si cela n’apparaîtra pas directement sur vos fiches de paie, du fait que le financement transitera par l’université. Pour le reste du contrat (montant de la rémunération, service d’enseignement), le principe est le même que celui du contrat doctoral d’université.
  • Contrat région : les établissements du supérieur ne sont pas les seules instances susceptibles de proposer un contrat doctoral. Les régions peuvent également accepter de financer vos recherches. Voyez directement auprès de chacune les modalités de recrutement.

Subtilités et non-dits du contrat doctoral

  • Au sujet de l’obtention du contrat d’université : selon quels critères les candidats à un contrat doctoral sont-ils départagés ? La législation récente incite les universités à plus de transparence dans ce domaine, mais force est de constater que ce n’est pas le cas. Les recrutements se font toujours dans des conditions obscures et les résultats laissent penser que la qualité du dossier d’un candidat n’est de loin pas le premier critère pris en compte.
  • Au sujet de la candidature au CDSN : les auditeurs de l’ENS ont le droit de postuler à un contrat doctoral spécifique normalien. Cela ne signifie pas qu’ils l’obtiennent. Hiérarchie oblige, les normaliens passent en premier. Si vous êtes auditeur, vous pouvez donc toujours tenter votre chance, mais soyez prêt-e à faire face à une déconvenue.
  • Au sujet de la rémunération : dans le cas où vous auriez une charge d’enseignement, sachez que vous ne pouvez pas, légalement, effectuer plus de 64h de cours par an. Ou plus exactement, vous ne pouvez pas, légalement, être payé-e pour plus de 64h de cours par an. Ce qui signifie qu’il est tout à fait possible que l’on vous propose un service qui excède ce nombre d’heures ; dans ce cas, vous serez amené-e à effectuer des heures supplémentaires qui ne seront tout simplement pas rémunérées. Les contractuels de l’université étant déjà suffisamment précaires par ailleurs, il n’est sans doute pas utile de faire preuve de zèle en acceptant ce bénévolat imposé. La vigilance dans le calcul des heures est donc de mise. À noter que la pratique est malheureusement si fréquente (du fait de la difficulté qu’éprouvent les UFR à répartir les services) qu’a fini par s’instaurer un principe tacite : on tolère que les doctorantes et doctorants contractuels effectuent 2h supplémentaires non rémunérées. Vous ne pourrez donc pas protester si votre service est de 66h payées 64.
  • Au sujet du service d’enseignement : celui-ci n’est pas obligatoire sauf dans le cas où vous seriez fonctionnaire stagiaire. Si vous venez de passer un concours de l’enseignement (CAPES ou agrégation), les heures de cours que vous donnerez en licence constitueront en effet votre stage de titularisation. Dans tous les autres cas, vous pouvez, si cela vous arrange, ne pas assurer d’heures d’enseignement afin d’avancer plus vite dans votre thèse. Gardez cependant à l’esprit que si vous souhaitez un jour être recruté-e en tant que titulaire dans le supérieur, on vous demandera d’avoir déjà un peu d’expérience.
  • Au sujet des cours que vous dispenserez : certaines universités jouent le jeu et vous confient des TD de licence en rapport avec votre discipline. Si vous êtes comparatiste, vous aurez prioritairement des TD de littérature comparée, associés sans doute à des TD de littérature française. D’autres, en revanche, n’auront aucun scrupule à vous faire complètement sortir de votre zone de confort et vous laisseront découvrir en même temps que vos étudiants les subtilités d’une matière dont vous ignoriez jusque-là l’existence. En tant que contractuel, rappelez-vous que vous n’êtes que le dernier maillon de la chaîne alimentaire : tous vos collègues se serviront avant vous et vous risquez fort d’hériter ainsi des TD dont personne ne veut.

Démarches pour obtenir (peut-être) un contrat doctoral

Les démarches diffèrent d’un type de contrat à l’autre ainsi que d’un établissement à l’autre. La première chose à faire est donc de vous renseigner par vous-même auprès des instances concernées pour obtenir le plus d’informations possibles, tout en gardant à l’esprit le fait que vous envisagez de vous lancer dans une thèse à une époque particulièrement peu propice à la recherche. Si vous ne parvenez pas à décrocher de contrat doctoral, ce n’est donc nullement une remise en question de la qualité de votre travail ou de votre profil ; c’est une situation qui devient malheureusement de plus en plus la norme.

Passer les concours de l’enseignement

Du fait de la pénurie des contrats doctoraux, les universités peuvent se permettre de faire les difficiles. L’obtention de l’agrégation est ainsi devenue une condition sine qua non pour le dépôt d’un dossier de candidature auprès de certaines universités. Ailleurs, le concours d’enseignement ne sera pas nécessairement exigé, mais fortement recommandé : le candidat déjà agrégé ou certifié, ou le candidat admissible à l’agrégation, auront ainsi beaucoup plus de chances d’obtenir un contrat doctoral que le candidat uniquement titulaire d’un master 2.

Oser franchir le périph’

Si les universités parisiennes sont celles qui cumulent le plus de contrats doctoraux, ce ne sont pas nécessairement celles qui disposent du budget le plus conséquent pour la recherche : les contrats doctoraux peuvent donc être en réalité peu nombreux relativement au nombre des candidats, sans compter que les aides financières dont vous disposerez une fois recruté-e (enveloppe budgétaire pour faire des terrains, participer à événements scientifiques, organiser des événements scientifiques, etc.) pourront s’avérer décevantes. Il ne faut donc pas hésiter à passer de l’autre côté du périphérique pour voir ce qui s’y passe, car de bonnes surprises peuvent vous y attendre. Notez cependant que plus les universités seront petites, moins il y a de chances qu’elles aient les moyens de proposer des contrats doctoraux. Vous avez ainsi plus de chances d’obtenir un financement en région parisienne qu’en province.

Trouver un directeur ou une directrice de thèse

Vous ne pouvez déposer votre candidature à un contrat doctoral que soutenu-e par un directeur ou une directrice de thèse. La plupart du temps, vous ne saurez pas exactement à qui vous avez affaire, car vous n’aurez fait que très récemment sa connaissance. Son rôle sera cependant si important par la suite que vous devez autant que possible tenter de “bien le/la choisir”.

  • Axes de recherche de votre directeur/directrice : selon le domaine d’étude que vous souhaitez explorer, ce ne seront pas les mêmes personnes qui seront aptes à vous encadrer. Vous trouvez facilement sur internet les axes de recherche des uns et des autres. Si vous n’avez aucune idée de nom, le site thèses.fr vous offrira une aide utile car vous pourrez y effectuer une recherche par mots-clefs. Dans la mesure du possible, une fois que vous avez des idées d’enseignants-chercheurs à contacter, essayez de vous familiariser avec leurs travaux, par exemple en lisant leurs articles publiés en ligne ou en assistant à leurs séminaires. Cela vous permettra de vous assurer que votre projet est bien compatible avec leurs propres recherches.
  • Statut de votre directeur/directrice : seuls les enseignants-chercheurs qui ont le grade de professeur d’université ou de maître de conférences HDR (habilité-e à diriger des recherches) peuvent encadrer une thèse. Essayez autant que possible de vous renseigner auprès des doctorant-e-s ayant obtenu un contrat doctoral dans l’université que vous visez sur le statut de leurs directeurs et directrices de thèse ; vous pourrez ainsi obtenir des informations précieuses.
  • Entente avec votre directeur/directrice : il est difficile de juger de la compatibilité de vos caractères et de vos points de vue au moment de l’élaboration du projet de thèse car, le plus souvent, vous ne connaissiez pas cette personne auparavant. Il est cependant absolument primordial que vous vous sentiez à l’aise et que vous ayez le sentiment qu’un terrain d’entente est possible. Les doctorant-e-s qui vivent mal leur doctorat trouvent généralement l’origine de leurs problèmes dans un rapport compliqué avec leur directeur ou directrice de thèse. Gardez à l’esprit qu’il s’agit de la personne à laquelle vous poserez vos questions, qui relira vos travaux, qui défendra votre thèse le jour de la soutenance ; si vous ressentez un malaise au début, celui-ci ne fera que s’accentuer au fil des ans et de vos échanges.

Il vous faudra sans doute tenter à plusieurs reprises votre chance car vous risquez d’essuyer des refus. Certaines personnes ne s’estimeront pas compétentes pour encadrer votre thèse ou n’auront tout simplement pas de temps à vous consacrer – elles ont peut-être déjà trop de doctorant-e-s. Ne vous découragez pas si des PU ou des MCF ne sont pas intéressés par votre sujet. Cela ne signifie pas que votre projet n’est pas valable, mais peut-être simplement que vous avez frappé à la mauvaise porte : tous les chercheurs et chercheuses n’ont pas la même approche de la littérature, c’est d’ailleurs ce qui fait la diversité et l’intérêt de la recherche.

Présenter un projet de thèse

Selon votre profil, le type de contrat pour lequel vous postulez et l’université dans laquelle vous présentez votre candidature, les modalités changent : il peut s’agir uniquement d’un dossier écrit ou d’un dossier écrit assorti d’un oral devant une commission de recrutement. Dans tous les cas, en plus des traditionnelles pièces justificatives indiquant quel a été jusque-là votre parcours (CV, etc.), vous présentez un projet de plusieurs pages exposant les grandes lignes de votre sujet. Parmi les éléments que l’on attend de vous : une présentation des enjeux de votre sujet (sorte d’ébauche vraiment embryonnaire de problématique), une idée de corpus (celui-ci peut être arrêté ou encore ouvert, mais il doit comporter des auteurs/titres précis), une justification de ce corpus (pourquoi telle œuvre/tel genre/telle époque/telle zone géographique, par exemple), un état des lieux de la recherche (sur quels fondements critiques vous vous appuyez et en quoi votre thèse va apporter un regard neuf sur la question). Renseignez-vous auprès de l’établissement dans lequel vous postulez pour trouver les modalités de candidature et, une fois que vous avez trouvé un directeur ou une directrice pour vous soutenir, voyez avec lui/elle quelles sont les attentes.

Attention ! votre projet de thèse doit être original. Pensez à vérifier sur le site thèses.fr qu’une autre personne n’est pas déjà en train de préparer une thèse sur un sujet similaire au vôtre.

Anticiper l’après-contrat doctoral

Trois ans, cela semble long. Pourtant, la fin du contrat doctoral arrive rapidement, beaucoup plus rapidement qu’on ne s’y attendait. Dès la fin de la deuxième année, au plus tard, il est nécessaire de commencer à se préparer à l’après-contrat. Selon votre profil, différentes issues s’offrent à vous.

Postuler pour un contrat d’ATER

Le contrat d’ATER vous permet de continuer à travailler dans des conditions très proches de celles du contrat doctoral : vous êtes financé-e et, en contrepartie, vous assurez des heures de cours en licence. Le nombre d’heures de cours à donner sera cependant plus élevé (en cas de mi-temps) voire beaucoup plus élevé (en cas de temps complet) et vous serez moins bien payé-e. Le principal problème du contrat d’ATER demeure qu’il est encore plus rare que le contrat doctoral.

Voir l’article consacré à ce sujet.

Effectuer des vacations

Il est fort possible que l’université qui vous a embauché-e le temps d’un contrat doctoral vous propose, à l’issue de celui-ci, d’effectuer des vacations. Cela peut être une solution pour vous : vous continuez à percevoir des revenus tout en prolongeant votre expérience de l’enseignement dans le supérieur. Votre rémunération sera cependant extrêmement basse compte tenu du travail que vous fournirez ; de plus, vous n’avez pas le droit d’effectuer des vacations sans avoir une activité salariée principale. Il ne peut donc s’agir que d’un complément. Le statut de vacataire, extrêmement précaire, pose en outre des problèmes éthiques. L’université se repose en effet de plus en plus sur les vacataires pour assurer les heures de cours au lieu d’ouvrir des postes d’enseignant-chercheur, ce qui entraîne la précarisation de la profession.

Retourner dans le secondaire

Si vous êtes fonctionnaire, il est prévu que vous réintégriez le secondaire à la fin de votre contrat doctoral. De ce fait, au cours de la troisième et dernière année de votre contrat, vous êtes dans l’obligation de participer aux mouvements interacadémique (novembre-mars) puis intra-académique (mars-juillet) afin d’obtenir votre nouvelle affectation dans le secondaire. Poursuivre un doctorat tout en enseignant en collège ou en lycée n’est pas chose aisée, il vous faudra donc bien réfléchir à la manière dont vous vous organiserez. Si vous ne souhaitez pas retourner dans le secondaire, vous pouvez renouveler votre demande de mise en disponibilité ou en détachement ; cette démarche ne vous dispense pas, toutefois, de participer aux mutations.

Tenter de décrocher une bourse

Certaines fondations (Fondation Thiers, Fondation des Treilles, Fondation Napoléon en sont quelques-unes) accordent des bourses aux doctorant-e-s en fin de thèse ou aux post-doctorant-e-s afin de les aider à financer leurs recherches. Les montants des bourses sont très intéressants (jusqu’à 20 000 euros) mais les conditions, qui diffèrent d’une fondation à l’autre, relativement strictes. Il faut vous renseigner directement sur leurs sites internet pour vérifier que vous avez le bon profil pour candidater et également vous renseigner sur le type de dossier à fournir. Attention toutefois, pour la plupart des fondations vous ne pouvez déposer qu’une seule candidature : si votre dossier est refusé, vous ne pourrez plus jamais retenter votre chance auprès de cette fondation. Mieux vaut donc ne postuler que quand on a eu le temps de préparer un dossier solide.

Se mettre en disponibilité

Rien ne vous empêche de faire une demande de mise en disponibilité pour disposer de temps afin de finir votre thèse. Cela nécessite tout de même d’avoir par ailleurs des revenus suffisants pour vivre…

S’inscrire au chômage

Si vous êtes fonctionnaire, vous n’avez évidemment pas le droit d’opter pour cette solution. Dans les autres cas, le chômage peut vous apporter l’aide financière dont vous aurez besoin pour terminer votre doctorat.