Devenir ATER

Honoré Daumier, Locataires et propriétaires n°12, 1847

Statistiquement, vous avez plus de chances d’obtenir un poste de maître de conférences qu’un contrat d’ATER.

Il est tout à fait probable qu’après l’envoi de plus d’une cinquantaine de candidatures à travers toute la France, vous n’obteniez aucune réponse. La campagne d’ATER est en effet extrêmement aléatoire et le résultat n’aura aucun rapport avec la qualité de votre CV, vos compétences (ou votre “talent”, votre “génie”, si c’est ainsi que vous les appelez) : les procédures de recrutement sont très obscures.

Si vous êtes prêt-e à affronter cette dure réalité, voici tout ce qu’il y a à savoir, ou presque, sur l’ATER.

 

Le contrat d’ATER, qu’est-ce que c’est ?

Le contrat d’Attaché-e Temporaire d’Enseignement et de Recherche vous offre la possibilité d’être financé-e durant un an pour effectuer vos travaux de recherche. En contrepartie, vous dispensez des heures de cours dans l’université qui vous a recruté-e.

Les différents types de contrat d’ATER

Trois types différents de contrat existent. Selon les cas, ils peuvent vous offrir des avantages non négligeables ou, à l’inverse, se révéler particulièrement défavorables.

  • ATER complet (100%) : vous avez 192h de cours à assurer durant l’année universitaire et êtes payé-e un peu plus de 1700 euros net par mois. Contrat le plus confortable financièrement, il présente le désavantage de ne pas vous permettre de semestrialiser vos cours (18h de cours de licence par semaine, ce n’est pas vraiment envisageable !) et donc de bénéficier d’un semestre libre pour avancer dans vos recherches.
  • ATER à mi-temps (50%) : on vous demande d’assurer 96h de cours durant l’année universitaire, ce qui correspond exactement à la moitié des heures d’un ATER complet, et pourtant vous êtes payé-e 1100 euros par mois, ce qui équivaut aux deux-tiers du salaire d’un ATER complet. Si vous pouvez vous permettre de ne vivre qu’avec 1100 euros net par mois, ce contrat de “demi-ATER” est intéressant en ce qu’il vous laisse suffisamment de temps à côté de vos heures de cours pour avancer dans vos recherches ; vous pouvez ainsi essayer de semestrialiser votre enseignement pour travailler exclusivement à votre thèse durant la moitié de l’année.
  • Le faux ATER à mi-temps : ce contrat ressemble à s’y méprendre au précédent, mais c’est un véritable piège. Il s’agit d’un contrat de demi-ATER qui ne couvre que quelques mois de l’année universitaire. Vous n’êtes donc pas rémunéré-e durant les périodes de vacances. Pour l’instant, ce genre de contrat précaire ne semble pas être proposé aux comparatistes, mais la méfiance est de mise.

Dans le cas des deux premiers types de contrat, qui sont les plus anciens et les plus éthiques, vous bénéficierez également d’une prime de recherche. Le montant de celle-ci équivaut à peu près à un salaire mensuel, qui vous sera versé en une ou deux fois (vers les mois de décembre et juillet).

L’ATER en théorie

  • Durée du contrat et renouvellement : il s’agit d’un contrat à durée déterminée d’un an. Pour les fonctionnaires, le contrat est renouvelable trois fois (vous avez donc le droit d’exercer les fonctions d’ATER durant maximum 4 ans) ; pour les non-fonctionnaires, il n’est renouvelable qu’une fois (vous ne pouvez donc pas être ATER plus de 2 ans).
  • Qui peut postuler ? Tout le monde, que vous soyez fonctionnaire ou non, que vous apparteniez ou non à l’université auprès de laquelle vous candidatez, que vous ayez obtenu ou non un contrat doctoral auparavant, que vous soyez en début, en fin de thèse ou que vous l’ayez déjà soutenue. Rappelons qu’il ne s’agit que de la théorie.
  • À quels postes peut-on candidater ? Le comparatiste peut présenter sa candidature à des postes de littérature comparée (section 10), de langue et littérature françaises (section 9), de sciences de l’information et de la communication (section 71), de sciences du langage (section 7), de langues et littératures anciennes (section 8), mais également à des postes correspondant aux différentes sections de langues et littératures étrangères (sections 11 à 15).

L’ATER en pratique

  • Durée du contrat : le contrat peut durer moins d’un an si vous avez la malchance de tomber sur un faux ATER à mi-temps (voir ci-dessus “Les différents types de contrat”) ; dans ce cas, il sera tout de même comptabilisé comme ATER complet au moment où vous demanderez un renouvellement : même si vous n’avez été recruté-e que pour 4 mois, vous n’aurez pas droit à un nombre plus élevé de renouvellements pour autant.
  • Renouvellement : vous seriez déjà tellement chanceu-x-se d’obtenir un contrat d’ATER, ne rêvez pas pour le faire renouveler. À Nanterre, les doctorants comparatistes ne demandent pas le renouvellement de leur contrat d’ATER par principe, afin de laisser aux autres la chance de bénéficier d’un financement à leur tour. Les postes sont si rares qu’il est bon de se montrer solidaires.
  • Qui peut postuler ? Année après année, voici ce que l’on peut observer : le contrat d’ATER s’adresse avant tout à des doctorants en sortie de contrat doctoral (il est donc prioritairement obtenu par des doctorants préalablement financés, qui arrivent à leur 4e année de thèse). Il est par ailleurs quasiment impossible d’obtenir un contrat d’ATER dans une université autre que celle dans laquelle on a déjà travaillé en tant que doctorant contractuel. Toutes les universités ne pratiquent cependant pas la même politique de recrutement (favoriser les candidats en interne/laisser leur chance aux candidats de l’extérieur) ; de même, il n’y a pas nécessairement de candidats en interne dans chaque université. À vous de voir, en fonction du temps que vous avez à consacrer à la campagne d’ATER (activité très chronophage !), à quel point vous avez envie de tenter votre chance.
  • À quels postes peut-on candidater ? Si les francisants (doctorants en langue et littérature françaises) parviennent à obtenir des postes d’ATER en littérature comparée, l’inverse ne s’observe pas. La section 10 demeure la seule issue possible pour le comparatiste à la recherche d’un contrat d’ATER.
  • Comment les candidats sont-ils classés ? Bonne question. Les critères appliqués par les universités pour recruter les ATER ne sont pas communiqués. Cuisine interne basée sur le réseautage, sur fond de jeux de pouvoir et de faveurs à se rendre entre personnes intéressées ? Démarche plus respectueuse de la déontologie ? Il faut garder à l’esprit qu’un excellent CV, une expérience solide de l’enseignement, un profil adéquat pour le poste et autres qualités ne constituent en rien une garantie ; si vous n’êtes pas recruté-e, ce n’est donc nullement une remise en question de vos compétences ou de votre travail.
Honoré Daumier, Gens de justice, 1845

Démarches à effectuer

Vous trouverez ci-dessous l’ensemble des démarches à effectuer pour espérer obtenir un contrat d’ATER. Pour certaines d’entre elles il ne s’agit que de conseils, d’autres sont en revanche obligatoires.

Du point de vue du calendrier, la campagne d’ATER est très longue. Les premiers postes ouvrent dès février ; quant aux derniers, ils peuvent être proposés jusqu’au mois de septembre.

Préalablement à la campagne d’ATER

  • Se renseigner sur sa propre université : une fois que vous avez commencé votre thèse, renseignez-vous très rapidement sur les possibilités qui existent dans votre université pour obtenir un contrat d’ATER. Combien l’université propose-t-elle généralement de contrats d’ATER ou de demi-ATER dans votre discipline ? Les chiffres évoluent évidemment d’une année sur l’autre en fonction des besoins des UFR et de l’enveloppe budgétaire octroyée au département dont vous dépendez, mais cela peut vous donner une première idée de vos chances. Idem pour le profil des personnes recrutées. Vous trouverez sans doute ces renseignements précieux auprès des doctorants plus expérimentés que vous, puisqu’ils sont déjà passés par là ou qu’ils sont précisément en train de participer à la campagne de recrutement.
  • Anticiper la campagne : vous vous en rendrez vite compte, participer à la campagne de recrutement des ATER est une activité extrêmement chronophage. Pour gagner du temps le moment venu, rien ne vous empêche de commencer déjà à préparer certains documents qui sont systématiquement demandés, comme en mettant à jour votre CV académique ou en numérisant les pièces justificatives permettant de prouver votre identité et votre statut (carte d’identité, arrêté de titularisation pour les fonctionnaires, …).
  • Se tenir informé-e des ouvertures de postes : en début de 3e année de thèse, inscrivez-vous à la Newsletter de Galaxie, la plateforme sur laquelle s’opère le recrutement des ATER. Cela vous permettra d’être informé-e de l’ouverture de chaque poste correspondant à vos critères.
  • [Si vous êtes fonctionnaire] Informer le rectorat (impératif) : pour pouvoir exercer vos activités d’ATER, il vous faudra être placé-e en détachement dans le supérieur. Or la disponibilité ou le détachement que vous aviez pu obtenir durant vos trois premières années de thèse s’achève. Pour éviter que le rectorat ne vous refuse ce nouveau détachement, vous devez impérativement le prévenir de vos projets, et ce le plus rapidement possible. Dans le cas où vous participez au mouvement inter-académique, vous devez informer le rectorat de votre nouvelle académie d’affectation dans la semaine qui suit l’obtention des résultats de la mutation. Comment procéder ? Il faut envoyer, par mail et/ou par courrier, une lettre officielle de demande de préavis de détachement pour exercer les fonctions d’ATER ; celle-ci, adressée au recteur ou à la rectrice de l’académie, est à faire parvenir à votre gestionnaire au rectorat. Il est assez facile de trouver sur internet les coordonnées de la DPE qui s’occupe de vous.
  • [Si vous êtes fonctionnaire] Se faire muter sur un poste de TZR (impératif) : les rectorats exigent, pour vous accorder le détachement dans le supérieur, que vous ayez la qualité de TZR (remplaçant) – cela évite que vous ne laissiez un poste vacant dans le secondaire. Lors du mouvement de mutation intra-académique, vous devez donc impérativement ne faire que des vœux pour des zones de remplacement (ZR).
Honoré Daumier, “O Lune”, 1844

Pendant la campagne d’ATER

  • S’inscrire à la Newsletter de Galaxie : si vous ne l’avez pas déjà fait, inscrivez-vous le plus tôt possible à la Newsletter de Galaxie, plateforme de recrutement des personnels du supérieur. N’hésitez pas à enregistrer des critères de sélection assez larges (par exemple choisir plusieurs sections différentes ou ne pas restreindre la recherche à une zone géographique), vous pourrez toujours faire le tri plus tard.
  • Créer son profil de candidat (impératif) : pour postuler, il vous faut vous inscrire sur Galaxie afin de disposer d’un profil de candidat. Cela se fait dans la rubrique Connexion au domaine applicatif de Galaxie > Accès qualification/recrutement. La page vous propose alors soit de vous connecter, soit de vous inscrire. En cas de besoin, le site propose un guide d’utilisation.
  • Candidater sur un poste (impératif) : une fois que vous êtes connecté-e, vous trouvez les offres de postes dans l’onglet Nouvelle candidature. Il vous suffit de suivre les différentes étapes proposées pour déposer votre candidature, en veillant à renouveler la démarche pour chaque nouveau poste auquel vous candidatez. Il vous faudra également fournir des pièces justificatives et peut-être remplir certains documents à imprimer : tout cela vous est indiqué au cours de la procédure. Là encore, si vous êtes perdu-e, vous pouvez vous reporter au guide d’utilisation.
  • Obtenir les résultats : consultez très régulièrement votre boîte mail pour vérifier ce que donne la campagne d’ATER. Si votre candidature a été retenue par une université, celle-ci vous contactera avec une “Proposition de poste” ; vous ne disposerez alors que de quelques jours pour répondre et ainsi confirmer que vous êtes toujours intéressé-e. Si votre candidature n’a pas été retenue, vous ne recevrez généralement aucune nouvelle : un silence obstiné est souvent, malheureusement, la réponse que choisissent les universités pour signifier aux candidats qu’ils n’ont pas été sélectionnés. Aussi déplorable cela soit-il, une boîte mail muette est donc une situation tout à fait normale. N’hésitez pas non plus à consulter les sites internet des universités, sur lesquels vous pouvez trouver le classement des candidats ; être classé-e en première position sur liste d’attente vous laisse une chance d’obtenir un contrat d’ATER, dans le cas où l’université parviendrait tardivement à obtenir un poste supplémentaire.
Honoré Daumier, Impressions et compressions de voyage, 1843

Une fois l’ATER obtenu

  • Signer le contrat (impératif) : après avoir confirmé à l’université qui vous proposait un poste que celui-ci vous intéresse toujours, vous signerez le contrat d’ATER selon les modalités que l’on vous indiquera.
  • [Si vous êtes fonctionnaire] Confirmer la situation auprès du rectorat (impératif) : dans la mesure où vous devez être détaché-e dans le supérieur pour exercer les fonctions d’ATER, il vous faut prévenir le rectorat que vous êtes bien recruté-e par l’université à la rentrée. Pour obtenir l’avis de détachement définitif (vous n’aviez logiquement reçu jusque-là qu’un avis provisoire), envoyez dès que possible à votre gestionnaire du rectorat une copie du contrat d’ATER. Dans le cas où la signature du contrat traînerait, n’hésitez pas à écrire tout de même à votre gestionnaire pour le/la prévenir de la situation, en l’informant que vous lui transmettrez le document dès que possible. Il se peut inversement que l’université exige l’avis de détachement pour vous faire signer le contrat : comme vous ne le possédez pas encore, c’est l’avis favorable provisoire que vous communiquez.
  • Se réinscrire en 4e (ou 5e, 6e) année de doctorat (impératif) : cela peut paraître évident, mais il ne faut pas oublier de le faire ! Comme pour le contrat doctoral, la signature d’un contrat d’ATER, notamment dans sa propre université, ne dispense pas de procéder à sa réinscription administrative en tant que doctorant. Rappelons qu’à partir de la 4e année de thèse, la réinscription ne peut pas se faire sans demande d’une dérogation.