La problématique de la thèse

Cette page est le résultat d’une réflexion collective en date du 16 avril 2019.

Mener un projet de recherche, et a fortiori une thèse, c’est s’engager dans le traitement d’une problématique à laquelle les résultats escomptés/obtenus devront permettre de répondre.

Si l’élaboration d’une problématique correspond à un exercice scolaire souvent bien connu des doctorant-e-s (ne serait-ce que par le biais des exercices du commentaire, de l’explication de texte ou de la dissertation), l’esprit d’une problématique de recherche est quelque peu différent. Par ailleurs, la problématique étant un élément culturel très français, les doctorant-e-s ayant suivi leur formation universitaire dans un autre pays ne comprennent pas forcément quels sont les attendus lorsqu’on leur demande de faire une problématique.

On peut définir une problématique comme une question qui aura pour fonction de diriger la réflexion. C’est un fil directeur, qui n’est pas obligatoirement synthétisé en une unique phrase mais peut correspondre à un faisceau de questions.

La problématique est ainsi un passage obligé, préalable à la mise en œuvre de toute démarche de recherche. Néanmoins, il est vrai que l’organisation du milieu de la recherche ne facilite pas toujours la bonne compréhension de ce que l’on entend par “problématique”. L’inscription en thèse réclame de présenter une problématique de travail, comme si cette dernière précédait la mise en œuvre de la démarche de recherche. Or, dans les faits, les doctorant-e-s découvrent la vraie problématique de leur thèse assez tardivement.

La problématique de la thèse émerge le plus souvent de la fréquentation du corpus d’étude que l’on a délimité. La proximité avec les textes induit la survenue d’une succession de problèmes concernant la manière dont il nous est possible – ou non – d’aborder ces derniers. Pendant de longs mois, l’on a souvent tendance à louvoyer, à chercher à éviter ces problèmes. Puis, l’on finit par formaliser cette difficulté que l’on a rencontrée : c’est cela, la problématisation.

Toutefois, bien que cela puisse paraître artificiel, la problématique demeure un point de départ nécessaire afin de pouvoir débuter le travail de recherche. Il faut bien poser quelque chose, se donner une première étape. En cela, la problématique relève d’abord de l’intuition formalisée, sans que cette dernière ne soit pour autant réductible à une pure hypothèse fantaisiste. Cette intuition tire généralement sa légitimité scientifique du fait qu’elle peut s’appuyer sur des références précises, sur un début de bibliographie critique (c’est un sujet dont d’autres “parlent”). Il s’agira ensuite de voir comment l’arbitraire de la problématique rencontre la réalité du corpus.

Dans le cas de la littérature comparée, la principale difficulté lors de l’élaboration de la problématique réside dans le fait que celle-ci couvre rarement tous les aspects présents dans les textes. Dans la mesure où les corpus de comparée sont par essence multiformes, il n’est pas toujours évident de choisir un angle qui convienne de manière univoque à chacun des objets littéraires en présence. De ce fait, dans le cas d’une thèse comparatiste, il vaut sans doute mieux fonder sa problématique sur le point commun autour duquel le comparable du corpus a trouvé sa cohérence, – plutôt que sur les différences entre les œuvres.

Il n’est pas vraiment possible de terminer une réflexion sur la problématique sans aborder la question du lien qui unit chaque doctorant-e avec son sujet de thèse. Si l’on écrit une thèse, c’est avant tout pour dire quelque chose, pour exprimer un propos fort sur un sujet. La problématique doit donc être quelque chose qui engage les doctorant-e-s en tant que chercheur-se-s. Cependant, l’on ne peut nier que ce qui ressemble parfois à un culte de la problématique est aussi indissociable du triomphe d’une logique du résultat dans la recherche actuelle. Proposer une problématique revient souvent à essayer de donner une justification utilitariste au travail de recherche que l’on entend mener à bien.

A la fois objet scolaire, outil de pensée et reflet d’un système socioéconomique, la problématique est donc l’une des cristallisations du métier de chercheur. Elle demeure de ce fait le point névralgique de toute démarche de recherche, mais nécessite aussi d’être démystifiée afin d’être abordée pour ce qu’elle est : une forme socialement construite de la pensée, qui n’a donc d’existence que dans son rapport au groupe qu’est le monde de la recherche.

Pierre Bourdieu, 1993 (photo : Leonardo Antoniadis)