Faire un post-doctorat

Quid des post-docs

Érika Wicky, Marie Sklodowska-Curie Fellow, Université Lumière – Lyon 2

En dépit du travail qu’elle demande, la thèse joue souvent, dans le parcours du·de la chercheur·se, un rôle apéritif : loin d’épuiser un sujet, elle soulève de nouvelles problématiques, révèle de nouveaux enjeux, dévoile de nouveaux corpus et d’autres espaces à explorer… Les études postdoctorales peuvent alors offrir l’opportunité de poursuivre ses recherches et d’acquérir de nouvelles compétences.

On distingue deux types de post-docs : ceux qui consistent à rejoindre un groupe de chercheur·se·s travaillant sur un sujet précis et ceux qui permettent de se consacrer à son propre projet de recherche.

Rejoindre une équipe de chercheurs

De nombreux financements tels que les subventions ANR, ERC, AHRC, etc. permettent à leurs détenteur·trice·s de recruter des chercheur·se·s postdoctoraux pour compléter leur équipe. Dans ce cas, les canditat·e·s sont évalué·e·s en fonction soit de la spécialisation acquise en thèse, soit de l’apport qu’il·elle·s offrent au projet.

Ces post-docs sont généralement affichés sur EURAXESS, on peut aussi obtenir des informations sur des sites tels que jobs.ac.uk (Angleterre) ou en s’abonnant à des listes de diffusion comme francofil ou H-France.

Avant de se lancer, il est prudent de vérifier ou de négocier le salaire (après s’être renseigné·e sur le prix des loyers dans la ville convoitée), la possibilité d’être logé·e, l’attribution d’un bureau, etc. La nature des tâches à accomplir mérite aussi d’être tirée au clair, car on demande parfois aux chercheur·se·s post-docs de remplir les fonctions d’ingénieurs de recherche.

Financer ses propres recherches

Plusieurs organes de financement de la recherche proposent des post-docs en sélectionnant les candidat·e·s sur projet (approche bottom-up). Les critères d’éligibilité limitent la période de candidature de deux à dix ans après la thèse. Discriminantes, les limites d’âge tendent à disparaître. Ces contrats postdoctoraux (1 à 5 ans) sont généralement salariés (rarement rémunérés sous forme de bourse) et s’accompagnent souvent de fonds de recherche destinés au financement des déplacements, achats de livre, etc. Ils n’impliquent ni d’enseignement ni de charges administratives.

Voici une petite liste des organismes offrant de tels post-docs : Humboldt Foundation (Allemagne), British Academy et Leverhulme Trust (Angleterre), FNRS (Belgique francophone), FWO (Belgique flamande), CRSH (Canada), FNS (Suisse), etc. Très complet, le site fundit.fr les répertorie plus précisément.

Le programme européen Marie Sklodowska-Curie Actions Individual Fellowship n’est pas un post-doc à proprement parler, car il s’adresse à tout·e·s les chercheur·se·s, quel que soit leur statut. Cependant, rien n’empêche d’y présenter une candidature juste après la thèse.

Certains instituts d’études avancées accueillent aussi des chercheur·se·s junior (thèse soutenue depuis moins de 10 ans) en sciences humaines. Ils offrent généralement d’excellentes conditions de travail et sont répartis partout en Europe (Aarhus, Amsterdam, Edinburg, etc…). Là encore, fundit.fr, constitue la meilleure ressource en la matière.

Comment postuler ?

Avant toute chose, il est nécessaire d’avoir un projet de recherche original et, si possible, pluridisciplinaire ainsi qu’une idée du contexte (université, groupe de recherche, etc.) dans lequel on souhaite le développer. Le choix du centre de recherche d’accueil doit se justifier par la nature des recherches qui y sont menées soit parce qu’elles portent sur un sujet connexe soit parce que la discipline, l’approche ou la méthodologie qu’elles convoquent constitue un apport pour la recherche projetée. À ce stade-ci, il est important de contacter, voire de rencontrer, les personnes avec qui on souhaite travailler. Habituellement, les professeur·e·s répondent à leurs courriels.

Le projet de recherche doit être rédigé de façon claire et concise de manière à faciliter le travail des évaluateur·trice·s. Après avoir dressé un bref état de la question, il s’agira de montrer comment le projet le dépasse, mais aussi, si cela se justifie, comment il s’inscrit dans l’actualité de la recherche. Sans négliger les enjeux théoriques et méthodologiques, il est important d’aborder les aspects concrets de la réalisation du projet en montrant, par exemple, que l’on a anticipé les obstacles susceptibles de se présenter, car la faisabilité du projet est généralement un critère majeur d’évaluation. Les réalisations attendues peuvent mêler des formats traditionnels (articles scientifiques, monographies, anthologies critiques, bases de données) et des modes plus ouverts de diffusion de la recherche (blogues, expositions, etc.). Il peut être très utile de se procurer des exemples de candidatures financées.

Si le projet de recherche est central, le dossier de réalisations des candidat·e·s est également évalué, mais en fonction des années d’expérience du candidat. Ainsi, repousser une candidature jusqu’à l’obtention de publications supplémentaires n’est pas forcément un bon calcul.

Enfin, les post-docs de ce type font habituellement l’objet de concours assez difficiles, mais, à l’issue du processus de sélection, les candidat·e·s reçoivent généralement un rapport d’évaluation qui permet, à coup sûr, d’améliorer leur dossier de candidature pour postuler l’année suivante.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.