Le “Kitsch onirique” de Walter Benjamin. Paraphrase explicative.

Le « Kitsch onirique » de Walter Benjamin (Œuvres II). Paraphrase explicative.

La circulation ininterrompue des biens produit la disparition des objets. Sous l’effet de la (re)production technique en effet, l’enveloppe extérieure d’un objet s’évanouit dans la masse informe de ses semblables. La perte de sa valeur symbolique lui confère paradoxalement un surcroit de vie. Ordinaire mais éphémère, il est dès lors commun et précieux. L’objet matériel peut devenir objet rêvé. Par le rêve, ou par des pratiques qui imitent le travail du rêve comme la poésie et la conversation, l’être humain intériorise l’objet, qui risque de disparaitre, pour s’en approprier les forces. Le kitsch est par conséquent, selon Benjamin, « le côté par lequel la chose s’offre au rêve » dans les sociétés industrielles.

Poursuivant sa réflexion par l’analyse de phrases et d’images surréalistes, dont la forme serait la manifestation la plus exemplaire du kitsch, Walter Benjamin fait de celui-ci le propre de ce qu’il appelle « l’homme meublé », c’est-à-dire l’homme nouveau en tant qu’il est peuplé par des formes anciennes. Le kitsch est dès lors un totem ; il est « le dernier masque pour nous incorporer la force du monde disparu des objets. »

Une telle incorporation modifie en retour le rapport aux objets, notamment aux œuvres d’art. Comme le kitsch consiste à intégrer en nous les objets qui peuplent notre environnement, les œuvres ne jouissent plus du statut d’intouchables : «avec le kitsch, le monde des objets se rapproche de l’homme ; il se laisse toucher, et dessine finalement ses figures dans l’intériorité humaine. » L’art ne consiste plus à sublimer la réalité matérielle pour l’enfermer dans une forme close à l’écart de l’humain dont elle commanderait l’élévation de l’âme. Bien au contraire, l’art trahit le désir de l’objet et rend désormais possible la fusion entre esprit et objet, chair et matière.

A l’instar de la notion de mana chez Durkheim ou de celle de force contraignante chez Mauss, le kitsch onirique permet de réfléchir à la force de l’objet dans les sociétés industrielles et de comprendre dans quelle mesure la littérature en est la manifestation sensible des effets.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.