Hercule Poirot dans les gender studies : le comparatisme peut-il aller trop loin ?

David Suchet en Hercule Poirot dans l’épisode “Death in the Clouds” (1992) de la série télévisée britannique éponyme.

Le 11 juillet prochain le site Lipotexte fêtera ses trois mois d’existence. Conduit actuellement par une équipe de 12 contributeurs, il compte déjà près de 150 articles portant sur plus de 120 livres. 150 articles, cela représente pas loin de 1000 thèmes répertoriés qui permettent d’opérer des rapprochements entre diverses œuvres, en abordant ces dernières par le biais de leur contenu, de leur langue d’écriture ou encore de leur date de publication, entre autres.

La question s’est très vite posée de savoir quels thèmes prendre en considération pour chaque œuvre. Fallait-il s’imposer des limites, dans un souci à la fois de cohérence du dictionnaire et de respect du politiquement correct ? Pouvait-on se permettre d’être subjectifs et de faire preuve, parfois, d’un peu de fantaisie dans l’intitulé des thèmes ?

La liberté pour laquelle nous avons opté s’est avéré payante pour trois raisons. La première, c’est qu’elle inspire les contributeurs du dictionnaire, qui ne manquent pas d’imagination pour créer constamment de nouvelles fiches. La deuxième, c’est qu’elle transforme Lipotexte en véritable générateur de sujets de recherche possibles, et ce bien au-delà des espérances de départ de ses créateurs. L’outil informatique, qui permet à tout moment corrections et améliorations, encourage l’audace : les contributeurs du dictionnaire n’hésitent pas ainsi à aller chercher dans les textes le détail auquel on ne prête habituellement pas attention, et qui pourtant devient riche de signification une fois entré en résonance avec ses équivalents dans d’autres œuvres. De là découle la troisième raison qui rend pertinent le choix que nous avons fait de nous accorder toute liberté dans les thèmes enregistrés : cette liberté déclenche la discussion sur ce que nous voulons faire de notre discipline, nous, comparatistes.

Les Vacances d’Hercule Poirot : doit-on recenser pour cette œuvre le thème « écrivain femme » et faire ainsi entrer le roman d’Agatha Christie dans le corpus des gender studies ? Le recensement des moustaches dans la littérature est-il pertinent ? Faut-il même faire entrer dans le dictionnaire ce roman policier sympathique mais au titre français bien ridicule ?

Ce type de questions peut faire sourire, mais elles nous renvoient en réalité à des interrogations sérieuses sur le comparatisme, ses enjeux et ses éventuelles limites. Telles sont les raisons pour lesquelles nous nous proposons de poursuivre durant l’année à venir notre réflexion sur la démarche comparatiste, que l’on retrouvera sous la forme d’articles publiés sur ce site.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.