Vous avez dit « comparatisme » ?

La littérature comparée, qu’est-ce que c’est ?

La question revient d’une manière presque systématique dès que l’on essaie de présenter notre discipline. D’ailleurs, il ne s’agit pas tant d’une question que d’une série de questions. Qu’est-ce que l’on compare exactement ? Est-ce que faire de la littérature comparée, c’est uniquement travailler sur des textes en langue étrangère ? Et pourquoi comparer ? A quoi cela sert-il ? Au bout du compte, comparer, mais pour quoi faire ?

Dans un article de 1984, devenu historique, Ulrich Weisstein pose une série d’interrogations : « D’où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? », avant de prendre acte de : « The Permanent Crisis of Comparative Literature ». Plus de trente plus tard, la situation n’a guère évolué. Pourtant, aujourd’hui, plus personne ne viendrait remettre en question la pertinence de l’ouverture interculturelle et transnationale sur laquelle s’est fondée – historiquement – la littérature comparée. A l’ère de la globalisation, tout le monde est devenu comparatiste. En un sens, la littérature comparée a gagné, mais paradoxalement ceci la met en danger en la privant de sa spécificité méthodologique et épistémologique (sur ce point, nous renvoyons à l’article de 2012 de Françoise Lavocat).

Dans un souci de contribution à cette réflexion, toujours en cours, sur la place du comparatisme dans le partage disciplinaire et sur le discours que la littérature comparée peut tenir sur le monde, vous trouverez sur le site un essai de définition à partir d’une métaphore : celle du maître-relieur.

Pour lire ce texte, c’est par ici.


Sébastien Wit

Au hasard de la fourchette.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Sébastien Wit

Au hasard de la fourchette.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.