Préparer une communication

Une fois la proposition de communication acceptée par le comité organisateur de l’événement scientifique, le participant doit préparer sa communication. La préparation soulève diverses questions, et peut être réalisée en plusieurs étapes :

  1. Déterminer la durée de la préparation 

Pour cela, il est bon de tenir compte du temps de parole accordé à la communication, et du lien entre le sujet de la communication et le sujet de thèse, car ce dernier va déterminer le temps accordé aux recherches. Le sujet repose-t-il sur des recherches préétablies, ou bien les recherches sont-elles récentes et méritent-elles d’être complétées par divers ouvrages ?

Le temps de préparation varie ensuite selon les emplois du temps et/ou les tempéraments de chacun : un mois, une semaine, une nuit ? Pour une première communication, il peut être rassurant de réserver un temps assez long à la préparation.

2. Définir et problématiser son sujet 

C’est le moment de reprendre la proposition de communication et de faire les premières recherches. C’est aussi l’occasion de consulter à nouveau les ouvrages bibliographiques qui ont permis de rédiger la proposition de communication, et de compléter cette bibliographie.

3. Présenter le corpus 

Étape indispensable de l’introduction, la présentation du corpus, déjà mentionnée dans la proposition de communication, peut être faite assez tôt. Lorsque sa présentation est rapportée au sujet de la communication, elle peut donner des éléments de problématisation.

C’est aussi le moment de relire certains passages du corpus et de relever des citations qui apparaissent intéressantes pour le sujet de la communication.

Il est recommandé de bien noter les références du corpus ainsi que toutes les références bibliographiques, car cela évitera un travail supplémentaire en cas de publication.

4. Définir des axes de réflexion et noter ses idées 

Cette étape essentielle se situe entre les premières recherches et la rédaction. Une première prise de note permet de lancer la rédaction, même si certaines idées seront remaniées ou supprimées par la suite.

Cette étape permet aussi de voir si d’autres recherches sont nécessaires avant la rédaction finale de la communication.

5. Rédiger ou ne pas rédiger ? 

Faut-il rédiger entièrement sa communication ?

Une rédaction partielle, avec la mention des axes de réflexion et des différentes idées sans développement  complet, permet de donner plus de liberté à la parole, et donc à la réflexion au moment de la communication. De ce point de vue, ce type de rédaction serait a priori plus adapté à une prise de parole en public.

Mais si rédiger la communication, ou du moins une grande partie de celle-ci, peut apparaître comme une perte de temps ou un frein à la prise de parole pendant le colloque, elle permet d’anticiper une publication de la communication.

Il est aussi possible de faire une rédaction complète sans qu’elle soit vraiment aboutie, de manière à pouvoir la modifier ou la compléter, soit à l’oral, soit en prenant des notes, au moment des questions, par exemple.

La préparation de la communication constitue la première étape d’une réflexion sur un sujet proposé. Le participant sera donc amené à nuancer et à compléter sa rédaction par la suite.