Lectures utiles

Les lectures suivantes seront utiles au doctorant de littérature comparée pour faire le point sur son travail. Il s’agit de textes récents donnant un aperçu de l’état de la recherche en France ; l’éclairage qu’ils apportent sur le comparatisme offre donc une aide précieuse au doctorant pour déterminer la manière dont il souhaite aborder son propre sujet.

La liste est volontairement brève car chacun des textes conseillés cible lui-même les lectures qui seront utiles selon l’approche comparatiste que l’on choisira d’adopter.

 

  • Yves Chevrel, La Littérature comparée, Presses universitaires de France, Que sais-je ?, 2006 : cet ouvrage constitue une bonne introduction pour ceux qui souhaitent se plonger ou se replonger dans l’histoire de la littérature comparée et dans les enjeux de cette dernière. Chevrel aborde différents domaines de recherche de la littérature comparée (histoire littéraire, mythocritique, études de réception ou études de traduction, notamment) et signale pour chacun d’eux les problèmes généralement rencontrés et les perspectives que cela ouvre. Du fait de son format très court, le livre reste cependant allusif sur de nombreux points. La principale et la plus gênante des lacunes de l’ouvrage, que Chevrel assume par conviction personnelle, réside dans l’absence de réflexion sur les domaines de recherche les plus récents de la littérature comparée. Chevrel fait le choix de s’inscrire dans la tradition comparatiste française et de ne pas évoquer autrement que sur le mode de l’allusion critique les champs explorés par l’école américaine : gender studies, études post-coloniales, etc. Pour combler ce manque, on aura donc tout intérêt à consulter également l’ouvrage ci-dessous.

 

  • Bernard Franco, La Littérature comparée. Histoire, domaines, méthodes, Armand Colin, 2016 : beaucoup plus complet que l’ouvrage précédent du fait de son format, ce manuel est un outil précieux pour qui veut faire un doctorat en littérature comparée. Après avoir retracé l’histoire de la discipline depuis ses origines jusqu’à ses développements les plus récents, Franco aborde point par point les différents domaines explorés par les écoles française et américaine. Il n’hésite pas à s’attaquer de ce fait aux débats qui secouent la sphère comparatiste : quand un axe de recherche divise les chercheurs, Franco prend le soin d’exposer les arguments des uns et des autres et laisse au lecteur le soin de se faire sa propre opinion. Autre point positif de cet ouvrage : le manuel entre suffisamment dans les détails pour familiariser le lecteur avec les grands noms de la littérature comparée (pionniers, représentants de telle approche critique, etc.) dont tout doctorant finit toujours par entendre parler au cours de ses années de thèse. Cet ouvrage peut dérouter les lecteurs non familiarisés avec les enjeux de la discipline tant les informations y sont foisonnantes ; il peut donc être intéressant de commencer par l’ouvrage de Chevrel.

 

  • Françoise Lavocat, “Le comparatisme comme herméneutique de la défamiliarisation”, Vox Poetica, 2012 : dans cet article à la fois didactique et engagé, Françoise Lavocat revient sur les divergences qui séparent l’école française et l’école américaine pour tenter d’en cerner les causes. Ce retour sur la « crise permanente » de la discipline – pour reprendre l’expression de Weissten ­­– lui permet d’argumenter en faveur d’un engagement du comparatiste, engagement éthique si ce n’est politique ; Lavocat fait comprendre de manière très limpide en quoi faire de la littérature comparée n’est pas un choix anodin. Elle termine l’article en se centrant sur les orientations que devrait prendre selon elle la discipline : elle défend la pratique de la défamiliarisation qui permet de changer notre regard sur ce que nous croyons connaître et milite pour une ouverture maximale de la littérature comparée. Un tel document ne permettra pas à lui seul de se faire une idée précise des contours de la discipline, mais il ouvre des pistes de réflexion intéressantes en interpelant notamment les doctorants ou futurs doctorants sur le choix de leur sujet de thèse. Il est en outre disponible in extenso en ligne.