Après le doctorat : le temps des questions

Au soulagement d’avoir obtenu le doctorat succède aussitôt une impression de vide. Le travail quotidien que constituait la rédaction de la thèse, souvent intense quelques mois avant la soutenance, laisse une place concrète, celle du temps de faire autre chose, mais aussi une place mentale, celle du sens donné à la trajectoire effectuée et au parcours à venir.

I. Temps du doctorat et temps de l’écriture

Pour la jeune docteure ou le jeune docteur qui voudrait continuer la recherche une fois son diplôme obtenu, c’est le moment de reprendre voire de terminer des projets de recherche commencés pendant la rédaction mais dont la réalisation a dû être ralentie à cause de l’approche de la soutenance. Ainsi, l’après-thèse peut naturellement laisser place à différentes écritures d’articles, voire à l’organisation d’événements scientifiques ou à l’édition d’actes de ces mêmes événements. De la même manière, c’est l’occasion de répondre à de nouveaux appels à communication ou à contribution afin de présenter les résultats de la recherche effectuée pendant le doctorat. Pour les comparatistes en particulier, c’est aussi le moment de parfaire un profil avec l’apprentissage d’une nouvelle langue ou la rédaction d’articles dans une langue étrangère.

C’est aussi l’occasion de reprendre des projets créatifs commencés avant ou pendant le doctorat puis laissés de côté à cause de la rédaction, comme la pratique de l’écriture sous différentes formes, plus ou moins fictionnelles. Il s’agit ainsi de porter un regard nouveau sur l’écriture créative après la rédaction d’un travail beaucoup plus académique, et de constater d’éventuels changements dans le rapport à l’écriture.

II. La question du sens 

Mais l’après-thèse est surtout un moment de questionnement qui engage une reconfiguration du rapport à la recherche sous la forme de plusieurs questions. Par exemple, comment envisager après coup les années passées à travailler la thèse ? Le temps du doctorat était-il un moment isolé ou bien le début d’une trajectoire qui se dessine sous une forme nouvelle, et parfois inattendue ?

Cette réflexion sur le sens donné aux années de doctorat est essentielle car c’est à partir de celle-ci que peuvent émerger des éléments de réponse à des questions plus concrètes comme celle de l’activité salariée. Pour le jeune chercheur, cette période engage donc la reconfiguration des rapports entre réflexion et quotidien.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search