La littérature comparée, entre Digital Humanities et Comparative Media Studies

  • Article tiré d’une communication à la journée d’études “La littérature comparée face à la transition numérique” (Université de La Rochelle, mars 2017)
  • Version PDF de l’article

Résumé

Sans corpus propre durant l’ère de l’imprimé, la littérature comparée se retrouve dans la même situation lors du passage au numérique. Car comment penser une littérature comparée au numérique ? En quoi le corpus de travail de la littérature comparée différerait-il de celui d’une simple « littérature au numérique » ? La diffusion des bases de données relationnelles ne transforme-t-elle pas de facto toute étude numérique des textes en approche comparatiste ? Exactement de la même manière qu’auparavant, la littérature comparée doit parvenir à se démarquer, et ce en dépit de deux facteurs qui demeurent inchangés : l’universalité de sa méthode (le lien logique de comparaison) et la non-exclusivité de son corpus de travail.

Plan

  1. La littérature comparée et le défi des humanités ;
  2. Penser une “littérature comparée des médias comparées”.

Article

Malgré – ou à cause de – son institution en tant que discipline universitaire, la littérature comparée semble perpétuellement en crise. Constamment repris et cité, l’article d’Ulrich Weisstein écrit en 1984 fait partie de ces textes dont on peut dire qu’ils ont fait date1. Le titre du papier de Weisstein pose une série d’interrogations : « D’où venons-nous ? » (origine du comparatisme), « Que sommes-nous ? » (identité actuelle de la discipline), « Où allons-nous ? » (imaginaire d’avenir). Par ces trois questions, le critique soulève la fragilité de la littérature comparée, incapable de se donner une assise que ce soit dans son passé, son présent ou son futur ; d’où le fait que le titre de l’article se poursuive par ce qui deviendra un diagnostic presque indépassable : « The Permanent Crisis of Comparative Literature ». Comme le rappelle Yves Chevrel dans le Que sais-je ? consacré à la littérature comparée, l’identité problématique d’une approche comparatiste des textes réside dans le fait qu’elle « ne peut se fonder ni sur un corpus préalablement défini ni sur un simple croisement de divers discours provenant de différents lieux »2. Il n’y a pas d’objets culturels relevant spécifiquement de la littérature comparée, et la comparaison (le « simple croisement ») ne saurait – non plus – être vue comme une spécificité. Il existe effectivement une histoire comparée, une grammaire comparée ou une anthropologie comparée ; simplement, la littérature comparée correspond au champ où le comparatisme est parvenu à se faire reconnaître en tant que tel. D’où, sans doute, la crise permanente qui en découle : comment justifier institutionnellement l’exception de sa propre existence institutionnelle ? Face à une telle question qui apparaît insoluble tant l’épistémologie y rencontre le politique, la plupart des comparatistes adoptent un positionnement à mi-chemin entre l’exaltation de la valeur éthique de la comparaison (que l’on pense au texte de Françoise Lavocat sur le comparatisme comme expérience de défamiliarisation3), et le pur esprit de corps (la défense de la 10e section dans le milieu académique français4).

En vérité, pour nous comparatistes, la crise de la comparée est devenue un poncif qui – nous le savons – est voué à ressurgir à intervalles réguliers. Transformé en marronnier, un phénomène s’émousse : il perd de son acuité et de sa pertinence. Or, afin de comprendre les enjeux que recouvre le numérique pour la littérature comparée, il est nécessaire de réactualiser l’ensemble des débats quant à l’identité de la discipline. Sans corpus propre durant l’ère de l’imprimé, la littérature comparée se retrouve dans la même situation lors du passage au numérique. Car comment penser une littérature comparée au numérique ? En quoi le corpus de travail de la littérature comparée différerait-il de celui d’une simple « littérature au numérique » ? La diffusion des bases de données relationnelles ne transforme-t-elle pas de facto toute étude numérique des textes en approche comparatiste ? Exactement de la même manière qu’auparavant, la littérature comparée doit parvenir à se démarquer, et ce en dépit de deux facteurs qui demeurent inchangés : l’universalité de sa méthode (le lien logique de comparaison) et la non-exclusivité de son corpus de travail.

I. LA LITTÉRATURE COMPARÉE ET LE DÉFI DES HUMANITÉS

A] Digital Humanities 1.0 ou la littérature numérisée

Si l’absence de corpus proprement comparatiste est éminemment problématique, c’est notamment en raison du fait que, dans le cas des humanités numériques, la question du corpus joue un rôle central. Au moment où les humanités numériques ont commencé à se constituer en tant que véritable domaine universitaire, les enjeux étaient surtout de numériser les textes littéraires afin de les rendre accessibles au plus grand nombre. Héritières des sciences sociales « assistées par ordinateur » et autres « traitements automatiques du langage naturel »5, ces humanités numériques se confondaient avec un travail quantitatif de curation. Il ne s’agissait pas tant de réfléchir aux conséquences de la transition numérique sur la nature de la littérature que de passer d’un medium éditorial à un autre. Totalement tourné vers la numérisation de corpus, cet âge – que l’on a appelé celui des Digital Humanities 1.06 – ne laissait que peu de place à la spécificité de la littérature comparée. L’une des premières raisons en est que les bases de données textuelles ne se prêtent que peu au travail des comparatistes. Dans la plupart des cas, les projets de numérisation se concentrent sur les écrits d’un auteur en particulier7 ; ce qui aboutit à des corpus numérisés très souvent monolingue. On devine alors pourquoi le comparatisme est longtemps demeuré en marge de ces entreprises d’archivage numérique. Point de départ du geste comparatiste, la constitution du corpus correspond à un moment d’arbitraire où la décision critique devient, en même temps, la clé de l’interprétation. Il n’y a pas de littérature comparée sans liberté de choix dans le corpus, sans possibilité de créer des écarts qui seront par la suite porteurs de sens. Autrement dit, parce qu’il est par essence pluri-auctorial et plurilingue, il y a – dès le départ – une résilience du corpus comparatiste à la numérisation.

En outre, la place occupée par les traductions dans le travail des comparatistes complique encore davantage la participation à la numérisation des textes. Les lois régissant la propriété intellectuelle sur les œuvres traduites empêche notamment le traitement informatique de traductions récentes8. Ce n’est pas un hasard si ce sont les disciplines traitant des littératures anciennes qui ont été à l’avant-garde du mouvement de transition numérique9. Dans le cas de la littérature comparée, bien qu’il soit envisageable de constituer des corpus informatiques d’après des critères thématiques, le support numérisé présuppose toujours une contrainte juridique et – de ce fait – une limitation intellectuelle pour des raisons purement pratico-pratiques ; chose qui, avouons-le, n’est guère stimulante. En raison de ce manque de manière proprement comparatiste de numériser les textes, on comprend aisément pourquoi la littérature comparée ne s’est que peu engagée dans la voie des humanités numériques au début des années 2000, – moment où se démocratise l’accès à Internet. Du moins, est-ce là l’une des hypothèses que l’on peut avancer a posteriori. Dans les faits, le désintérêt de la littérature comparée pour la transition numérique s’explique aussi en grande partie par les féroces débats internes qui avaient lieu en son sein à la même époque.

B] Comparatisme et querelle de l’humanisme

Si, au milieu des années 2000, la littérature comparée n’a que peu d’attention à accorder au mouvement des Digital Humanities 1.0, c’est parce qu’elle doit affronter sa mort annoncée. Prophétisée en 2003 par Gayatri Spivak, la mort de la discipline n’a que peu à voir avec les mutations technologiques et les bouleversements épistémiques qu’elles induisent. Avec Death of a Discipline, Spivak veut mettre en évidence les impasses d’une approche qui traite le fait culturel selon des perspectives historiquement issues d’une pensée du fait national10. Dans un monde globalisé, quelle pertinence peut-on encore accorder à des comparaisons entre les littératures de différents pays ? La notion de littérature est-elle seulement transposable en dehors du domaine occidental ? Pour la théorie postcoloniale, la littérature comparée est prisonnière d’un double ethnocentrisme : son objet – la littérature – est un objet historique propre au monde occidental ; son approche – la comparaison nationale – n’a de sens que dans un monde d’États-Nations, c’est-à-dire dans le prolongement de la réalité géopolitique de l’Europe du xixe siècle11. Face à ces critiques, la littérature comparée a été appelée à se réformer. Plus de quinze ans après la parution du livre de Spivak, la discipline a fait la preuve de sa capacité à renouveler ses paradigmes théoriques ; mais, parfois, au prix d’une part de son identité. Ainsi, l’une des première conséquences de la remise en cause postcoloniale de la littérature comparée consiste-t-elle dans une mise à l’écart du terme « littérature ». Si l’approche comparatiste est conservée, elle est désormais étendue à l’ensemble des objets culturels, sans qu’il y ait restriction au seul domaine de la production littéraire12. Notamment dans le domaine anglo-saxon, la littérature comparée s’est rapprochée du cadre plus général des cultural studies13. Certes, une telle démarche a ses avantages. Elle permet notamment de décloisonner notre perception du champ culturel, et de revaloriser des formes d’expression habituellement considérées comme mineures. Cependant, cela contribue aussi à mettre de côté toute une tradition de pensée : celle des humanités. Si certains défendent la nécessité éthique d’une perpétuation de l’enseignement des humanités à travers une étude spécifique du fait littéraire, – considéré depuis l’écart qu’il cultive avec le reste des modes d’expression humains14, d’autres se revendiquent ouvertement anti-humanistes15. Sur le plan des idées, l’anti-humanisme se place dans la continuité de La Querelle de l’humanisme d’Althusser, texte publié en 1967 dans lequel le philosophe propose une critique marxiste de l’humanisme16. Longtemps élevé au rang de doctrine indépassable du Progrès, l’humanisme se trouve ramené à son historicité ; et aux rapports de pouvoir qu’il sert. Dans la perspective postcoloniale, l’humanisme apparaît comme le symbole d’une idéologie européocentrée et patriarcale, pour laquelle la référence de la connaissance est le mâle blanc hétérosexuel. Comme les autres carcans sociaux, l’humanisme est une prison à dépasser17.

Entre les tenants des humanités et ceux de leur déconstruction, la littérature comparée a dû faire un choix, ou du moins se donner un juste milieu. En d’autres termes, montrer le dialogue qu’il est possible d’instaurer entre une littérature de tradition humaniste et la diversité des productions culturelles. Une telle manière de faire n’est pas sans paradoxes : bien souvent, le comparatiste est contraint de se débattre avec la distinction – toujours porteuse de valeur sociale – entre culture populaire et culture savante18. Cependant, cela a aussi octroyé à la littérature comparée le moyen de refonder son approche de la littérature à partir des rapports de savoir et de pouvoir irriguant le champ de la création. Ainsi, remise en cause par des veines théoriques issues de sa propre épistémologie, la littérature comparée du début du xxie siècle a-t-elle rompu avec le cadre historique de sa pratique, celui des purs faits comparatistes censés démontrer l’influence d’une culture sur une autre19. Dès lors, on comprend encore mieux pourquoi la question des digital humanities n’a que peu percé dans le champ comparatiste. Les raisons n’en sont pas uniquement pratiques, mais également épistémologiques. Sur le plan institutionnel, le medium numérique a d’abord été investi par les media studies, sous-branche des cultural studies20. Pour la littérature comparée, penser le numérique revient à se confronter de nouveau au risque d’une assimilation pure et simple aux études culturelles. En vérité, les termes du débat autour du numérique sont quasiment identiques : spécificité du fait littéraire, acceptation d’une culture façonnée par un marché globalisé, abandon de la notion d’« humanités ».

C] Les Digital Humanities 2.0 : les humanités comme herméneutique critique

Ne serait-ce que par le biais de leur formulation, les humanités numériques se revendiquent comme le prolongement technologique du monde de l’imprimé. Elles paraissent ainsi reprendre sans distance critique la vieille notion d’« humanités »21 ; chose peu confortable pour la littérature comparée. D’un côté, cela arrange le versant des comparatistes soucieux de maintenir la littérature comme source d’un rapport éthique au monde ; de l’autre, cela oblige à un retour en arrière vis-à-vis des apports des études culturelles. Il faudrait revenir à un rapport humaniste au savoir, après être parvenu à le mettre à distance. Mais faut-il en déduire que des domaines de recherche tels que les études postcoloniales sont incompatibles avec les humanités numériques ? Bien sûr que non. Dans les faits, il existe des branches des études postcoloniales qui ont investi la question des humanités numériques. Néanmoins, elles ne cherchent pas à constituer un champ de savoir numérisé, mais plutôt à interroger la praxis gouvernant le support numérique. Pour les Postcolonial Digital Humanities, l’objectif consiste avant tout à étudier les conséquences politiques de la transition numérique22 : quels rapports de force dans la production du savoir ? comment les Big Data peuvent-elles servir d’instrument discriminatoire entre différentes catégories de population ? etc. Le but n’est donc pas tant de prolonger un humanisme multiséculaire, que d’interroger les modalités de résurgence d’un idéal humaniste du savoir23.

En cela, ces Postcolonial Digital Humanities s’inscrivent dans le mouvement amorcé par le manifeste des humanités digitales de 2008, à savoir proposer une réflexion critique autour de la question du numérique24. Comme l’exprime très bien ce manifeste 2.0, il s’agit de sortir de la numérisation purement quantitative qui a guidé la première vague des humanités numériques. Face à ce qui n’est qu’un traitement scientifique assisté par ordinateur, il est possible d’imaginer une réflexion humaniste portant sur les technologies numériques25. Si, dans sa pétition de principe, un tel projet ne peut qu’être approuvé, encore faut-il s’accorder sur le sens à donner à cet humanisme. Face à la logique computationnelle des pures sciences de l’informatique, la perspective humaniste serait un moyen d’humaniser la machine. Plusieurs théoriciens défendent un tel point de vue. Lorsqu’il rédige la préface à la traduction française de How We Think de Nathalie K. Hayles, Yves Citton appelle explicitement les études littéraires à faire valoir leur savoir-faire analytique afin de ramener le numérique dans la sphère des hommes26. Rejetant la partition scientifique entre le politique et la technique (caractéristique de la modernité si l’on se réfère aux thèses de Bruno Latour27), Citton veut faire de la littérature le fer de lance d’une science des interactions entre les hommes et les objets constituant leur environnement cognitif28. Le terme « humanités » semble alors désigner davantage un angle de vue, et non un contenu spécifique. Les humanités numériques ne seraient pas tant l’extension des études du livre imprimé dans le domaine de l’informatique, que la transposition d’une distance critique, d’un régime herméneutique particulier, au domaine des machines et des algorithmes. À la fois royaume associé à un medium (l’imprimé) et procédure interprétative, ce que l’on nomme les humanités demeure bien difficile à définir avec précision. Toute tentative de théorisation des humanités numériques apparaît de ce fait encore plus complexe.

II. PENSER UNE « LITTÉRATURE COMPARÉE DES MÉDIAS COMPARÉS »

A] La naissance des Comparative Media Studies

En raison de sa démarche d’analyse, la littérature comparée se rapproche davantage de la dynamique des humanités numériques 2.0. Dans le manifeste de 2008, les auteurs proposent la mise en place d’une nouvelle topographie des savoirs. Ils appellent à un dépassement des partitions disciplinaires afin de battre en brèche toutes les formes de conservatisme, qu’il soit corporatiste ou cognitif. Parmi les propositions de nouveaux lieux d’élaboration du savoir, on compte un « Centre pour la Littérature et les Media Comparés » défini de la manière suivante :

Le but de ce centre est d’étudier les media acoustiques, visuels, tactiles, textuels et immersifs au sein du cadre comparatif sensible à la spécificité de chaque medium. Il approche la littérature du point de vue de sa phénoménologie et de son histoire en tant que medium, retraçant son évolution de medium depuis ses linéaments oraux jusqu’à la culture manuscrite, puis le monde de l’imprimé. Ce centre remplace la division des départements d’humanités distribués selon la forme du medium considéré (histoire de l’art, littérature, musicologie, cinéma, etc.).29

Comme l’indique son appellation, ce nouveau centre de recherches mêle la littérature à l’ensemble des autres formes artistiques. Néanmoins, cette dernière continue à jouer le rôle de medium de référence. Elle sert de fondement épistémologique à l’étude de toutes les autres formes médiatiques. Mais pourquoi la littérature, et non pas la musique ou les arts plastiques ? Après tout, l’art pariétal de Lascaux est la preuve que la littérature n’est pas le premier art anthropologique. En vérité, le manifeste des humanités numériques 2.0 fait de la littérature la transposition historicisée de l’« oralité », c’est-à-dire de la capacité humaine à utiliser un medium en vue de transmettre un message. Bien qu’une telle vision des choses soit éminemment contestable (notamment du point de vue de disciplines qui ont dû historiquement se battre contre la littérature afin de s’autonomiser), elle se révèle particulièrement féconde pour la littérature comparée. Certes, l’idée de Comparative Media Studies n’est pas neuve. Dès les années 1980, les travaux de Friedrich Kittler posent l’idée d’un continuum entre les différents supports médiatiques30. À la même époque, l’étude de la matérialité que proposent Hans Gumbrecht et Karl Pfeiffer ouvre potentiellement la voie à une analyse du support médiatique de la littérature31. Pourtant, force est de constater que la littérature comparée ne s’est pas pleinement emparée de ces outils. Prise dans des considérations purement théorico-politiques, elle n’a pas su tirer parti du nous n’avons jamais été modernes de Latour afin de montrer comment la forme – et les circuits économiques – du livre imprimé participaient pleinement à l’élaboration du tissu social. Or, à la fin des années 1990, le M.I.T. se lance officiellement dans les Comparative Media Studies, popularisant ainsi cette expression hybride entre Comparative Literature et Media Studies. Derrière une telle locution, il faut entendre une extension de la démarche herméneutique propre à la littérature à l’ensemble du champ médiatique. Pensé comme une forme d’humanités appliquées, le cursus de Comparative Media Studies décline quatre axes majeurs, détaillés dans le rapport 1998-1999 adressé au président du M.I.T. : « Interactivité/Narrativité/Hypertextualité », « Enfants et adolescents dans la culture médiatique », « Information des citoyens et culture démocratique », et enfin « Médias en transition »32. Faisant la part belle à la prise en compte de l’environnement technique, les Comparative Media Studies fondent leur spécificité sur l’analyse des interactions entre des pans du social (précis : les jeunes ; ou plus globaux : l’ensemble des citoyens) et les formes émergentes des médias numériques. Cependant, dans leur mise en application, ces Comparative Media Studies peuvent parfois avoir tendance à verser dans un certain présentisme, bien loin des préoccupations historiques et phénoménologiques auxquelles appellera, près de dix ans plus tard, le manifeste des humanités numériques 2.0.

B] De l’analyse littéraire à l’étude des praxis médiatiques

À bien des égards, les Comparative Media Studies à l’américaine participent à l’impression qu’ont certains universitaires littéraires d’une spoliation organisée. Dans les nouvelles humanités numériques, l’attention particulière portée aux nouveaux médias semble le signe avant-coureur d’un règne du code et de l’algorithme. Néanmoins, des voix contraires s’élèvent et proposent une autre conception de ce que l’on appelle encore indifféremment en France les « études de médias comparés » ou bien les « études comparées de médias ». Toujours dans la préface de Lire et penser en milieux numériques, Citton formule une définition des « études de médias comparés » comme une reconfiguration du champ d’expertise des humanités, tout en maintenant la distinction de ces dernières avec les études des nouveaux médias : « Bien au-delà d’une meilleure compréhension de l’impact des nouveaux media, les humanités se repositionnent comme des spécialités de la médiation, à la fois sur le plan de son étude analytique et sur celui de ses modulations pratiques »33. En jouant sur la dérivation entre média et médiation, Citton sort les études de médias comparés de la simple analyse des évolutions médiatiques. Conformément à la tradition des humanités, le propos n’est pas de se contenter de penser le passage d’un média à un autre, mais de revenir sur le caractère médiateur de tout support. Autrement dit, Citton propose de combiner l’étude de la matérialité des Comparative Media Studies au temps long de l’archéologie des médias. Tout comme les Comparative Media Studies, l’archéologie des médias trouve son origine dans la théorie des médias de Kittler34. Cependant, à la perspective des Media Studies, l’archéologie des médias adjoint une démarche inspirée de la méthode archéologique de Michel Foucault, pour qui l’« archéologie » consiste à analyser les discours dans leur dimension de praxis, c’est-à-dire en se positionnant au point où l’objet rencontre le sujet35. Au sens foucaldien, une archéologie des médias revient à mettre au jour des pratiques conditionnées par la matérialité du support médiatique. En s’intéressant à des formes de media passées, l’archéologie des médias se donne pour objectif de faire sortir le présent de sa gangue d’évidence36. Par la distance qu’elle crée, la diachronie est un moyen efficace afin de permettre une réflexion critique sur des médias autrefois dominants. Par exemple, dans Lire et penser en milieux numériques, Hayles revient sur l’influence qu’a eu l’invention du télégraphe sur les pratiques de communication. Parce qu’au moment de son apparition le télégraphe était le seul medium capable de transporter des messages sur de longues distances, il était difficile d’évaluer la manière dont la contrainte technique influait sur les modes de pensée et de rédaction des courriers. Or, une fois que d’autres moyens de communication à grande distance se développent, les spécificités liées au télégraphe peuvent être analysées avec plus d’acuité en procédant de manière comparative37. D’où la place que se doit de prendre la littérature comparée dans ce champ intellectuel en pleine émergence.

Aujourd’hui, en raison de la transition numérique, la littérature papier se voit ramenée au même niveau que le télégraphe. En tant que littéraires, il est très rare que nous considérions la matérialité des textes. Parfois, il nous arrive de récolter des données tirées du monde de l’édition et portant sur l’économie du livre. Cependant, en soi, nous considérons la forme du livre comme la forme par défaut de la littérature. Effectivement, il n’y a rien à dire d’une forme par défaut : elle ne porte aucune valeur significative dans la mesure où elle ne résulte pas d’un choix. Du moins, si l’on en reste à une critique herméneute envisageant un texte pur et désincarné. À l’inverse, quand naît une littérature numérique, le livre papier cesse d’être la seule forme de la littérature. Par la même occasion, l’imprimé dévoile les contraintes qu’il a imposées à la création littéraire depuis la révolution Gutenberg. En cela, il est fondamental de distinguer une littérature numérisée d’une littérature numérique. Lorsque les Digital Humanities 1.0 convertissent le contenu des livres papier au format numérique, elles n’interrogent à aucun moment les propriétés intrinsèques du régime médiatique de l’imprimé. Elles considèrent qu’il existe une continuité du medium, uniquement perçu comme un support de l’information. Or, le medium structure l’organisation de l’information : il ne se contente pas de la recevoir.

Afin de faire de la littérature comparée une exploration médiatique du régime du livre, Citton pose trois grands principes. Primo, considérer l’aspect proprement médiatique des objets d’investigation des études littéraires, c’est-à-dire leur manière de plier le temps et l’espace, de façonner une agentivité (ici, les gestes du lecteur), etc.38 Deuxio, reconnaître la spécificité intrinsèque à chaque medium : « Si le premier mouvement consiste à redécrire nos objets d’étude en faisant apparaître ce qui les qualifie comme media (en général), le deuxième mouvement consiste à identifier et à faire reconnaître ce qui distingue les propriétés médiologiques d’un poème latin de celles d’un roman postcolonial, d’une série télévisée, d’une chorégraphie, ou d’un autre poème latin »39. Tertio, contribuer à une archéologie des media qui replace la prétendue nouveauté des media numériques dans le temps long des régimes de médiation40. Véritable trinité médiatique, ces trois orientations méthodologiques ouvrent la perspective d’une nouvelle littérature comparée, qui demeure littéraire tout en étant capable de marier Digital Humanities et Comparative Media Studies.

C] Étude de cas : littérature comparée et Game Studies

Pour illustrer les domaines de recherche que couvre potentiellement cette nouvelle littérature comparée, je terminerai cet article sur une étude de cas consacrée aux expériences proto-hypertextuelles de la seconde moitié du xxe siècle. Généralement, on regroupe sous l’appellation de proto-hypertextualité un ensemble d’œuvres dont la forme papier adopte un fonctionnement hypertextuel. Forgé en 1965 par Theodor Nelson, le terme « hypertexte » désigne initialement l’organisation en réseau des données informatiques41. Aujourd’hui, le mot a pris une signification plus souple. Lié à l’univers des internets, il renvoie globalement au fait de structurer l’information en nœuds non centralisés, chaque nœud renvoyant à un autre pan informationnel42. Ainsi, les proto-hypertextes sont-ils des textes papier privilégiant la forme du rhizome à celle, traditionnelle, de la linéarité. Bien que ce concept de proto-hypertextualité ne fasse pas l’unanimité43, la critique s’accorde généralement pour reconnaître comme des proto-hypertextes des objets textuels tels que les Cent mille milliards de poèmes (1961) de Raymond Queneau44, Composition n° 1 (1962) de Marc Saporta45, ou encore Marelle [Rayuela en espagnol] (1963) de Julio Cortázar46. Pour la suite de mon propos, je me focaliserai uniquement sur ce dernier roman. Le dispositif de Marelle est assez connu. L’œuvre commence par un « MODE D’EMPLOI » qui fixe les règles du jeu :

À sa façon, ce livre est plusieurs livres mais en particulier deux livres. Le lecteur est invité à choisir entre les deux possibilités suivantes :
Le premier livre se lit comme se lisent les livres d’habitude et il finit au chapitre 56, là où trois jolies petites étoiles équivalent au mot Fin. Après quoi, le lecteur peut laisser tomber sans remords ce qui suit.
Le deuxième livre se lit en commençant au chapitre 73 et en continuant la lecture dans l’ordre indiqué à la fin de chaque chapitre. En cas d’incertitude ou d’oubli il suffira de consulter la liste ci-dessous.47

S’ensuit une liste de numéros, renvoyant à l’ordre alternatif des chapitres que le lecteur peut suivre afin de lire le deuxième livre. Concrètement, ce second sens de lecture correspond à une alternance entre les chapitres du « premier livre » (c’est-à-dire les chapitres 1 à 56), et ceux de la section « De tous les côtés » (numérotés de 57 à 155). Pour les outils traditionnels de la critique, la forme d’un proto-hypertexte comme Marelle pose problème. Très souvent, le roman est abordé comme une expérience – plus ou moins réussie – de déconstruction de la linéarité romanesque48. En effet, d’un point de vue purement narratologique, l’histoire de Marelle ne semble en rien affectée par les variations du récit : l’ordre du « deuxième livre » suit toujours la trame narrative du « premier livre ». Comme le note Marie-Laure Ryan dans un article de 2016, l’« hypertexte imprimé » (« print hypertext » en anglais) se conforme toujours à un déroulement séquentiel49. Dès lors, quel est l’intérêt de ces proto-hypertextes ? Quand on réduit la dimension littéraire à la textualité, il est vrai que le proto-hypertexte semble bien fade. Dans la mesure où l’analyse de la narrativité prend le texte comme un vaste tout, un absolu dématérialisé, une expérimentation purement formelle sort des cadres interprétatifs usuels. Dès lors, soit l’on en déduit l’inanité de l’exploration des potentialités du medium textuel, soit l’on adopte un regard comparatiste sur les propriétés médiatiques du livre.

S’intitulant Marelle et s’ouvrant sur des règles du jeu adressées au lecteur, le roman de Cortázar constitue un objet hybride entre littérature et jeu. C’est pourquoi il est possible de le rapprocher d’autres objets médiatiques dans lesquels la narration se combine à une pratique de joueur. Dès son apparition au début des années 1980, le jeu vidéo a été un terrain d’expérimentation privilégié en ce qui concerne l’articulation entre jeu et récit. À la suite d’Olivier Caïra, je distinguerai dans le jeu narratif ce qui relève de la fonction mimétique (la narrativité) et ce qui correspond à la fonction axiomatique (la résolution des problèmes)50. En appliquant au roman de Cortázar cette grille d’analyse empruntée aux Game Studies, on peut analyser l’axiomatique de Marelle c’est-à-dire la manière dont le roman construit ce que Citton nomme une « agentivité » littéraire spécifique. Par le biais d’une confrontation des supports médiatiques, notre perception du medium livre se modifie et s’enrichit de nouveaux outils d’analyse. Dans « Game Design as Narrative Architecture », Henry Jenkins (le fondateur du cursus de Comparative Media Studies du M.I.T.) insiste sur la manière dont l’organisation spatiale d’un jeu porte une construction spécifique de la narrativité. En raison de la manière dont ils sont articulés, les niveaux d’un jeu sont autant d’unités narratives non diégétiques : ce sont des espaces qui font naître l’histoire, et non des lieux dans lesquels l’histoire vient prendre place51. Si l’on interroge l’articulation des chapitres de Marelle sous cet angle spatial, les chapitres occupent une fonction narrative spécifique qui n’est pas celle des niveaux de jeu vidéo, sans être pour autant réductible à celle du roman traditionnel. À travers les règles du jeu de son roman, Cortázar forge une agentivité lectoriale qui diffère de la lecture linéaire, et qu’il est impossible de reconnaître si l’on n’accepte pas la nature profondément incarnée de la littérature. Les textes ne migrent pas depuis le monde des idées jusque dans l’esprit du lecteur : ils sont le fruit d’un passage à travers un medium les inscrivant dans une praxis. De la même façon, le fonctionnement matriciel de Marelle peut être reconsidéré à partir des niveaux textuels médiat et immédiat que Julian Kücklich utilise pour modéliser le fonctionnement du jeu vidéo52. Caché à l’utilisateur, le texte médiat (le code) s’actualise sous la forme d’un texte immédiat : l’interface de jeu. À partir de cette génération du texte vidéoludique par un sous-texte codé, il devient possible de proposer une analyse du dispositif matériel qu’est le roman de Cortázar. Et il ne s’agit là que d’un autre exemple – parmi beaucoup d’autres – des apports d’un comparatisme médiatique à l’analyse de la littérature.

*

Dans Nous n’avons jamais été modernes, Latour présente la modernité comme un renversement perpétuel d’une pensée de l’immanence et de la transcendance53. Dans leur approche de la littérature, les études littéraires ont tendance à faire du texte un objet transcendant, – au mieux historicisé mais toujours dans un rapport dialectique garantissant une autonomisation de la littérature vis-à-vis de ses conditions de production. La transition numérique n’est pas un abandon de la littérature dans sa dimension imprimée. Au contraire, les études de médias comparés offrent des paradigmes nouveaux afin de reconsidérer effectivement ce qu’est l’objet livre, ce qu’il crée comme esthétique54. En somme, pour nous comparatistes, organiser la confrontation de la littérature avec les humanités dites numériques constitue un moyen de rappeler la part jouée par le medium dans toute expérience esthétique.


1 Voir Ulrich Weisstein, « D’où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? : The Permanent Crisis of Comparative Literature » dans Canadian Review of Comparative Literature, vol. 11, no 2, juin 1984, p. 167-192.

2 Voir Yves Chevrel, La Littérature comparée, Paris, Presses Universitaires de France, « Que sais-je ? », 1989, rééd. 2009, p. 23.

3 Cf. Françoise Lavocat, « Le comparatisme comme herméneutique de la défamiliarisation » dans Vox-Poetica. Lettres et sciences humaines [en ligne], 2012. URL : www.vox-poetica.org/t/articles/lavocat2012.html (consulté le 2 février 2019).

4 Par 10e section, j’entends ici la 10e section du Conseil National des Universités : « Littératures comparées » ; pour plus d’informations, voir la partie du site du CNU dédiée à la présentation de la 10e section : https://www.conseil-national-des-universites.fr/cnu/#/entite/entiteName/CNU/idChild/32 (consulté le 2 février 2019).

5 Ces techniques « assistées par ordinateur » apparaissent dès les années 1950-1960, au moment où se diffusent les premiers ordinateurs dans le monde universitaire. C’est ainsi, par exemple, que naissent les premiers travaux de sociologie assistée par ordinateur, – ou sociologie informatique ; sur cette ère des « Humanities Computing », voir Milad Doueihi, Pour un humanisme numérique, Paris, Seuil, 2011, p. 22-23. À noter que la locution « assisté(e) par ordinateur » se retrouve également dans de nombreux champs de la création artistique : littérature assistée par ordinateur (avec l’alamo issu des cercles oulipiens), musique assistée par ordinateur, etc. En ce qui concerne le traitement automatique du langage naturel, il se développe au cours de la même période. L’expérience Georgetown-IBM de 1954 correspond à l’un des moments fondateurs de cette nouvelle discipline : pour la première fois, une machine se révélait capable de produire une traduction automatisée. Sur cette expérience, voir Paul L. Garvin, « The Georgetown-IBM Experiment of 1954 : an Evaluation in Retrospect » dans On Machine Translation, The Hague, Mouton, 1972, p. 51-64.

6 Cf. Yves Citton, « Humanités numériques. Une médiapolitique des savoirs encore à inventer » dans Multitudes, n° 59, 2015, p. 173-174. Article disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-multitudes-2015-2-page-169.htm (consulté le 2 février 2019).

7 En cela, les premières humanités numériques littéraires se sont inscrites dans une politique d’informatisation du patrimoine. En France, la Bibliothèque Nationale se lance dans un tel projet dès les années 1990. Sur ce point, voir Florence Gillet, Simon Hengchen, Steph van Hooland, Max De Wilde, Introduction aux humanités numériques : méthodes et pratiques, Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur, 2016, p. 83. Actuellement, outre le portail Gallica de la BnF, on trouve divers fonds numérisés se rapportant à des textes écrits de main d’écrivains : par exemple le fonds Queneau (http://www.queneau.fr/, consulté le 2 février 2019), ou encore le projet HyperPaulhan de l’Observatoire de la vie littéraire (http://obvil.sorbonne-universite.site/corpus/paulhan/, consulté le 2 février 2019).

8 Sur la complexité juridique du statut de traducteur, voir Salah Basalamah, « Le droit du traducteur » dans Le Droit de traduire : une politique culturelle pour la mondialisation, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa, 2009, p. 311-357. Disponible en ligne : http://books.openedition.org/uop/1010 (consulté le 2 février 2019).

9 Parmi les premiers projets de numérisation, on compte ainsi PERSEUS, site lancé en 1987 et consacré à la littérature gréco-latine (http://www.perseus.tufts.edu/hopper/about, consulté le 2 février 2019). Cette base de données est notamment citée comme modèle par Michel Richard dans le programme de numérisation de la Bibliothèque Nationale en 1993 ; voir Michel Richard, « Le Programme de numérisation de la Bibliothèque de France » dans Bulletin des bibliothèques de France, n° 3, 1993, p. 53-63. Disponible en ligne : http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1993-03-0053-007 (consulté le 2 février 2019).

10 Voir Gayatri Chakravorty Spivak, Death of a Discipline, New York, Columbia University Press, 2003, p. 70.

11 Il est toutefois à noter que les études postcoloniales ne sont pas les premières à interroger les conséquences du choix du cadre national comme modèle théorique de la littérature comparée. Il s’agit exactement de l’objet du débat entre « littérature générale » et « littérature comparée » qui a eu lieu au cours de la première moitié du xxe siècle ; voir Tobin Siebers, Cold War Criticism and the Politics of Skepticism, Oxford, Oxford University Press, 1993, p. 71.

12 Il s’agit là d’une des positions théoriques les plus polémiques de la fin des années 1980 et du début des années 1990, dont la publicité a notamment été faite par le rapport de 1993 de l’Association internationale de littérature comparée ; voir Charles Bernheimer et al., A Report to the A.C.L.A. : Comparative Literature at the Turn of the Century, New York, Modern Language Association of America, 1994, p. 3 : « Literary phenomena are no longer the exclusive focus of our discipline. Rather, literary texts are now being approached as one discursive practice among many others in a complex, shifting, and often contradictory field of cultural production ».

13 Cf. Philippe Chardin, et al. (dir.), « Faut-il avoir peur des “études culturelles” ? Avant-propos polyphonique » dans Études culturelles : anthropologie culturelle et comparatisme (actes du xxxve Congrès de la SFLGC), Neuilly-les-Dijon, les Éditions du Murmure, 2010, t. i, p. 9-38.

14 Pour une synthèse des débats suscités par la rencontre entre les études littéraires et les études culturelles, voir Jan Baetens, « Une défense “culturelle” des études littéraires » dans Fabula-LhT [en ligne], n° 8, « Le Partage des disciplines », 2011. URL : http://www.fabula.org/lht/8/baetens.html (consulté le 04 février 2019).

15 Cf. Edward W. Said, Humanisme et démocratie, trad. Christian Calliyannis, Paris, Fayard, 2005, p. 33-34 : « Durant les années 1960 et 1970 l’introduction de la théorie française dans les départements des universités américaines et anglaises enseignant les humanités avait provoqué une défaite sévère, sinon mutilante, de ce que les forces du structuralisme et du poststructuralisme considéraient comme l’humanisme traditionnel, tous deux professant la mort de l’auteur en tant qu’homme et affirmant la primauté de systèmes antihumanistes comme ceux illustrés par les travaux de Claude Lévi-Strauss, Michel Foucault lui-même et Roland Barthes […] Ce groupe de pionniers a, en effet, mis en avant l’existence de systèmes de pensée et de perception qui transcendaient les pouvoirs des sujets individuels et humains se situant à l’intérieur de ces systèmes […] Cela, bien sûr, s’oppose catégoriquement à la pensée humaniste, et c’est ainsi que le cogito individuel fut déplacé ou rétrogradé au statut d’une autonomie illusoire ou d’une fiction ».

16 Voir Louis Althusser, « La querelle de l’humanisme » dans Écrits philosophiques et politiques, éd. François Matheron, Paris, STOCK/IMEC, 1997, p. 449-551.

17 La question des impensés idéologiques enfouis derrière les termes « humain » et « humanisme » est posée dès le premier chapitre du livre de Spivak : voir G. C. Spivak, Death of a Discipline, op. cit., p. 23.

18 Historiquement, les Cultural Studies se sont constituées autour du refus de cette hiérarchisation entre « populaire » et « savant », avant de prendre un tournant ethnographique à partir des années 1980 ; sur ce point, voir Didier Souiller, « Études culturelles, anthropologie culturelle et comparatisme » dans Anne Tomiche et Karl Zieger (dir.), La Recherche en Littérature générale et comparée en France en 2007 : bilan et perspectives, Valenciennes, Presses Universitaires de Valenciennes, 2007, p. 222. De fait, le processus de légitimation des objets culturels en tant qu’objets d’étude s’est accompagné d’une mise à l’écart de la question sociale, – qui n’en continue pas moins de hanter le champ.

19 Sur le principe du « fait comparatiste », voir Pierre Brunel, « Le fait comparatiste » dans Pierre Brunel et Yves Chevrel (dir.), Précis de littérature comparée, Paris, Presses Universitaires de France, 1989, p. 29.

20 Les media studies sont nées au cours des années 1980, au sein d’institutions de littérature comparée reconverties en « Comparative Media Studies » ou en « Literature, Communication, and Culture » ; sur ce point, voir W. J. T. Mitchell et Mark B. N. Hansen (dir.), « Introduction » dans Critical Terms for Media Studies, Chicago, The University of Chicago Press, 2010, p. vii.

21 Sur la complexité des relations entre la notion d’humanités et la technologie informatique, cf. M. Doueihi, « Quelles humanités numériques ? » dans Critique, vol. 819-820, no 8, 2015, § 8 : « Revenir sur la genèse des humanités numériques conduit donc à réinscrire une partie essentielle de l’informatique dans son débat avec les Humanités les plus classiques et de penser les négociations constantes entre l’informatique, le numérique et les sciences humaines et sociales ». Disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-critique-2015-8-page-704.htm (consulté le 14 février 2019).

22 Sur ce point, voir notamment Roopika Risam, « Beyond the Margins : Intersectionality and the Digital Humanities » dans DHQ : Digital Humanities Quarterly, vol. 9, no 2, 2015, § 10. Article disponible en ligne : https://digitalcommons.salemstate.edu/english_facpub/4 (consulté le 14 février 2019).

23 Cf. E. W. Said, Humanisme et démocratie, op. cit., p. 36 : « Je croyais alors, et je crois toujours, qu’il était possible de critiquer l’humanisme au nom de l’humanisme et que, fort des abus que l’histoire de l’eurocentrisme et de l’empire nous a enseignés, on pouvait élaborer une forme différente d’humanisme qui soit cosmopolite et reliée au texte et au langage de manière à engranger les grandes leçons du passé ».

24 Voir « Manifeste pour des humanités numériques 2.0 », trad. Y. Citton et Quentin Julien-Saavedra dans Multitudes, n° 59, 2015, § 9 : « La seconde vague des humanités numériques est qualitative, interprétative, expérientielle, affective et générative. Elle exploite les boîtes à outils numériques pour les mettre au service des spécificités méthodologiques qui font le propre des humanités : une attention portée à la complexité, à la spécificité du medium, à la profondeur des analyses, à la critique et à l’interprétation. Une dichotomie dessinée de façon aussi crue n’exclut nullement le potentiel émotionnel voire sublime du quantitatif, tout comme elle n’exclut pas l’enchâssement d’analyses quantitatives au sein de cadres qualitatifs. Il s’agit plutôt d’imaginer de nouveaux appariements et de nouvelles échelles qui émanent simultanément de nouveaux modèles pour nos pratiques de recherche et de la disponibilité de nouveaux outils et technologies ». Disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-multitudes-2015-2-page-181.htm (consulté le 14 février 2019).

25 Voir ibid., § 22-24.

26 Voir Y. Citton, « Humanités numériques et études de media comparés » dans Nathalie K. Hayles, Lire et penser en milieux numériques. Attention, récits, technogenèse, trad. Christophe Degoutin, Grenoble, ELLUG, 2016, p. 31 : « L’apport des études littéraires pourrait se caractériser comme ce qu’il est indispensable d’introduire dans nos considérations et nos usages des appareils médiatiques pour humaniser le numérique — à savoir pour nous permettre de réfléchir activement à la façon dont de l’information électronique traitée par des machines en arrive à produire de la signification existentielle pour des sujets humains ».

27 Voir Bruno Latour, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte, 1991, p. 20-24.

28 Cf. Y. Citton, « Humanités numériques et études de media comparés », art. cit., p. 26.

29 « Manifeste pour des humanités numériques 2.0 », art. cit., § 56.

30 Voir Emmanuel Guez et Frédérique Vargoz, « Préface. Kittler et les machines d’écriture » dans Friedrich Kittler, Mode protégé, trad. E. Guez et F. Vargoz, Dijon, Les Presses du réel, 2015, p. 8.

31 Cf. Hans Ulrich Gumbrecht et Ludwig Pfeiffer (dir.), Materialities of Communication, trad. William Whobrey, Stanford, Stanford University Press, 1994.

32 Voir Henry Jenkins, « Comparative Media Studies » dans MIT Reports to the President 1998-99. Disponible en ligne : http://web.mit.edu/annualreports/pres99/12.11.html (consulté le 14 février 2019). Je traduis le nom des intitulés des différents axes.

33 Y. Citton, « Humanités numériques et études de media comparés » dans Nathalie K. Hayles, Lire et penser en milieux numériques. Attention, récits, technogenèse, op. cit., p. 35.

34 Voir ibid., p. 16.

35 Cf. Michel Foucault, L’Archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969, p. 220-221 : « Le discours, tel du moins qu’il est analysé par l’archéologie, c’est-à-dire au niveau de sa positivité, ce n’est pas une conscience venant loger son projet dans la forme externe du langage ; ce n’est pas une langue, plus un sujet pour la parler. C’est une pratique qui a ses formes propres d’enchaînement et de succession ».

36 Sur la fonction défamiliarisante du savoir archéologique, voir Sophie Wahnich, « La lutte des races comme savoir archéologique pour l’aujourd’hui » dans Damien Boquet et alii (dir.), Une histoire au présent. Les historiens et Michel Foucault, Paris, CNRS Éditions, 2013. Article en ligne sur : http://www.iiac.cnrs.fr/tram (consulté le 10 février 2015).

37 Notamment, le passage du code télégraphique au code informatique permet de mieux saisir les enjeux théoriques et cognitifs de la technologie du télégraphe ; voir N. K. Hayles, Lire et penser en milieux numériques. Attention, récits, technogenèse, op. cit., p. 263.

38 Voir Y. Citton, « Humanités numériques et études de media comparés » dans N. K. Hayles, Lire et penser en milieux numériques. Attention, récits, technogenèse, op. cit., p. 33.

39 Ibid., p. 34.

40 Id.

41 Voir Anaïs Guilet, « Petit recadrage terminologique et historique. Le proto-hypertexte et l’hypertexte », communication [en ligne], 2009, p. 1. URL : http://www.academia.edu/3302027/Petit_recadrage_terminologique_et_historique_Le_proto-hypertexte_et_l_hypertexte (consulté le 9 mars 2017).

42 Voir Jean Clément, « Hypertexte et complexité » dans Études françaises, « Internet et littérature : nouveaux espaces d’écriture », vol. 36, no 2, 2000, p. 50 : « L’hypertexte apparaît ainsi comme l’aboutissement d’un processus de complexification croissante de notre rapport à l’écriture et au savoir. Cette complexification trouve son expression dans deux caractéristiques essentielles. D’abord, l’hypertexte est constitué d’un ensemble non structuré a priori d’éléments (les nœuds) qui, étant reliés les uns aux autres, forment système : toute action sur un des éléments reconfigure la totalité. Ensuite, chaque activation de l’hypertexte par un utilisateur détermine un parcours singulier et provoque une structuration provisoire de l’ensemble ».

43 Sur ce point, voir Pablo Martín Sánchez, « Hypertextualité et pseudo-hypertextualité dans l’œuvre de Georges Perec » dans Le Cabinet d’amateur. Revue d’études perecquiennes [en ligne], 2011, p. 3.
URL : http://associationgeorgesperec.fr/IMG/pdf/PMartin.pdf (consulté le 9 mars 2017).

44 Raymond Queneau, Cent mille milliards de poèmes, Paris, Gallimard, 1961.

45 Marc Saporta, Composition n° 1, Paris, Seuil, 1962.

46 Julio Cortázar, Marelle, trad. Laure Guille Bataillon et Françoise Rosset, Paris, Gallimard, 1966.

47 Ibid., p. 9. Rayuela, México, Santillana Ediciones Generales, 2013, p. 9 : « A su manera este libro es muchos libros, pero sobre todo es dos libros. El lector queda invitado a elegir una de las dos posibilidades siguientes : / El primer lirbro se deja leer en la forma corriente, y termina con el capítulo 56, al pie del cual hay tres vistosas estrellitas que equivalen a la palabra Fin. Por consiguiente, el lector prescindirá sin remordimientos de lo que sigue. / El segundo libro se deja leer empezando por el capítulo 73 y siguiendo luego en el orden que se indica al pie de cada capítulo. En caso de confusión u olvido, bastará consultar la lista siguiente ».

48 Pour exemple, voir Ursula K. Heise, Chronoschisms. Time, Narrative, and Postmodernism, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 77.

49 Voir Marie-Laure Ryan, « Sequence, Linearity, Spatiality, or Why Be Afraid of Fixed Narrative Order ? » dans Raphaël Baroni et Françoise Revaz (dir.), Narrative Sequence in Contemporary Narratology, Columbus, Ohio University Press, 2016, p. 184-187.

50 Voir Olivier Caïra, « Théorie de la fiction et esthétique des jeux » dans Sciences du jeu [en ligne], no 6, 2016, § 32. URL : http://journals.openedition.org/sdj/671 (consulté le 14 février 2019).

51 Voir Henry Jenkins, « Game Design as Narrative Architecture » dans Noah Frup-Waldrop et Pat Harrington (dir.), First Person, Cambridge, MIT Press, 2002, p. 118-130.

52 Voir Julian Kücklich, « Perspectives of Computer Game Philology » dans Game Studies [en ligne], vol. 3, no 1, 2003. URL : http://gamestudies.org/0301/kucklich/ (consulté le 14 février 2019).

53 Voir B. Latour, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, op. cit., p. 64 : « Qu’est-ce en effet qu’un moderne qui ne s’appuierait plus sur la transcendance de la nature pour critiquer l’obscurantisme du pouvoir ? Sur l’immanence de la nature pour critiquer l’inertie des humains ? Sur l’immanence de la société pour critiquer la soumission des hommes et les dangers du naturalisme ? Sur la transcendance de la société pour critiquer l’illusion humaine d’une liberté individuelle ? Sur la transcendance de Dieu pour faire appel du jugement des hommes et de l’obstination des choses ? Sur l’immanence de Dieu pour critiquer les Églises établies, les croyances naturalistes et les rêves socialistes ? ».

54 Pour une synthèse sur ce material turn des études littéraires, voir Anne Isabelle François, « L’objet-livre et le lieu de l’œuvre : stratégies créatives et pratiques de lecture » dans Nouveaux mondes, nouveaux romans ?, actes du 40e congrès de la SFLGC, 2018, p. 156-169. Disponible en ligne : http://sflgc.org/acte/anne-isabelle-francois-lobjet-livre-et-le-lieu-de-loeuvre-strategies-creatives-et-pratiques-de-lecture/ (consulté le 14 février 2019).

Pour citer cet article : Sébastien Wit, "La littérature comparée, entre Digital Humanities et Comparative Media Studies" dans Collectif LIPOthétique [en ligne], 18/02/2019. Url : https://lgcdoc.hypotheses.org/activites/publications-en-ligne/journees-detudes/la-litterature-comparee-entre-digital-humanities-et-comparative-media-studies (consulté le 14/12/2019).

Sébastien Wit

Au hasard de la fourchette.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn