Episode I : billet d’humeur.

Penser le comparatisme à partir du livre de Marcel Detienne, Comparer l’incomparable, Paris, Seuil, 2009 (2000 pour la première édition). 

Sans aucun doute, Marcel Detienne l’annonce, cet ouvrage est-il moins un exposé scientifique de travaux anthropologiques qu’un plaidoyer en faveur d’un comparatisme débarrassé des préjugés qui le hantent. Le sous-titre du livre nous en donne la couleur et le ton : « Oser expérimenter et construire ». Le comparatisme sera courageux ou ne sera pas. Il est, selon le manifeste de Detienne, une méthode d’interprétation dont les résultats sont aussi dans la pratique elle-même, c’est-à-dire dans les moyens et les critères choisis pour élaborer des hypothèses. Ce n’est pas que l’intention compte davantage que le résultat. C’est que l’intention elle-même, dans sa capacité à produire du contenu intellectuel, est profondément questionnée. Défendre un comparatisme audacieux, c’est donc considérer avec ambition l’idée que la forme conditionne le fond. En cela, l’ouvrage de Marcel Detienne, bien que tissé de fiel, est salvateur : il fait retour, historiquement et conceptuellement, sur le comparatisme et les idéologies qui le guident, notamment dans les disciplines que sont l’histoire et l’anthropologie.

L’ouvrage s’attache ainsi à déconstruire cet indécrottable a priori des historiens français qui depuis un siècle, selon Marcel Detienne, ne cessent de répéter : « on ne peut comparer que ce qui est comparable ». A priori auquel même certains anthropologues, « rentrés au village » selon la formule employée par l’auteur, n’ont pu échapper, à l’instar de Jean-Pierre Vernant, si pourtant acquis au départ au comparatisme expérimental en faveur duquel Detienne plaide. Ce constat initial implique la question qui va guider le propos : « (c)omment décider d’emblée ce qui est comparable sinon par un jugement de valeur implicite qui semble déjà écarter la possibilité de construire ce qui peut être « comparable » ? ». A partir de là, Marcel Detienne montre en quoi l’histoire en France, depuis le XIXème siècle, alors même que l’anthropologie en Angleterre et en Amérique n’hésitait déjà pas à mettre en parallèle des ensembles de relations issues de civilisations différentes, s’est constituée en une science nationale et une science du national, et comment la Grèce est devenue elle aussi, comme la Nation française, «Incommensurable». Ce faisant, Marcel Detienne décrit différents écueils de la pensée historienne et anthropologique : la croyance en l’exception grecque, par suite française, le mythe de la souche, des racines et de l’autochthonie, la singularité de la démocratie athénienne, etc.

Le moyen d’échapper à une telle fermeture d’esprit réside en l’expérimentation d’hypothèses au sein d’un espace qui «exige de travailler ensemble », de « monnayer les catégories du sens commun », de « construire des comparables qui ne sont jamais immédiatement donnés et qui ne visent nullement à établir des typologies non plus qu’à dresser des morphologies.» Et c’est en cela que ce manifeste de Detienne a ceci d’éminemment enthousiasmant qu’il recrée le désir, souvent perdu au milieu des logiques institutionnelles qui l’empoisonnent ou l’annihilent, d’engager le dialogue avec des civilisations, des textes, des disciplines dont nous ignorons tout ou presque, et plus largement, de penser les liens entre société et recherche, entre le réel et une Science qui avance en zombie, molle et inconsciente des dogmes qui la régissent. C’est le désir de s’engager en somme, de prendre des risques intellectuels, que fait naitre ce livre, dont les résultats, les moyens, le contenu épistémologique sont évidemment discutables, c’est-à-dire à discuter. Car l’enjeu de ce livre est bien celui-ci : offrir un espace de réflexion qui redynamise la pensée, produire les conditions d’un échange au sein duquel la dissonance n’est pas arbitrairement exclue.