Été 2019

Pour la quatrième année consécutive, nous sommes partis en résidence d’écriture. Cette fois-ci, nous avons choisi de quitter Paris en plein été, du 20 au 27 juillet, pour nous rendre près de Montpellier.

Été dans le Sud oblige, nous ne pouvions nous passer d’une villa avec piscine.

Chacun a travaillé selon son avancée dans le Doctorat : tandis que certains rédigeaient des chapitres entiers pour le dernier été passé sur leur thèse, d’autres travaillaient sur différents projets d’écriture. Mais tous les jeunes chercheurs étaient réunis par une préoccupation commune, celle du fonctionnement de la recherche en littérature, qui a suscité de nombreuses discussions à différents moments.

Puisque nous en sommes à notre quatrième année de résidence, les avantages de celle-ci sont désormais connus de tous : possibilité d’avancer sur son travail sans obligation aucune (pas d’effrayantes « sessions collectives » pendant lesquelles personne n’aurait le droit de faire un geste hors du clavier : chacun travaille à son rythme, à l’endroit et au moment qui lui conviennent) tout en ayant l’opportunité d’avoir des discussions intéressantes au bord de (ou dans) la piscine, de faire part de ses inquiétudes pendant et après la thèse, ou bien, simplement, de se changer les idées pendant une douce soirée d’été ou au cours de lectures moins académiques.

Où partirons-nous en 2020 ? La question d’une résidence d’écriture à l’étranger s’est posée…