Spectaculaire Second Empire

Spectaculaire Second Empire, 1852-1871

Cette exposition qui se tient au musée d’Orsay jusqu’au 15 janvier 2017 offre un itinéraire passionnant au cœur du règne de Napoléon III et d’Eugénie. Initié par un coup d’état en 1851, le Second Empire n’aura de cesse de se donner en spectacle pour légitimer un règne qui emprunte grandement aux fastes de Versailles ; dès lors, tout semble converger vers un seul objectif : à l’image de ces incroyables « devant de corsage » que vous pourrez admirer dans la salle consacrée aux bals des Tuileries, le Second Empire se donne à voir comme un bijou étincelant, fastueux et scandaleux.

Les fêtes nationales, telle que la fête du 15 août, commémorent les grands moments de l’Empire ; l’exposition nous permet d’admirer les gravures des nombreuses décorations éphémères qui s’invitent alors dans la capitale. Les demeures impériales témoignent également de ce règne de l’image. De l’Élysée vers les Tuileries, le pouvoir impérial entend renouer avec les traditions passées de la France monarchique : le couple impérial étend son pouvoir sur Fontainebleau, Saint-Cloud, Pierrefonds, etc. Les intérieurs sont alors redécorés, restaurés et les commandes aux Gobelins ou à la manufacture de Sèvres se multiplient ; la prédilection de l’impératrice pour la figure de Marie Antoinette conduit à privilégier le style Louis XVI mais l’exposition met aussi au jour la multiplication des styles et des influences qui caractérisent le Second Empire : goût pour le néogrec (en témoigne l’étrange villa pompéienne du cousin de l’empereur qui trône sur l’avenue de Montaigne), l’orientalisme, le japonisme, le gothique (si l’on pense notamment aux travaux de restauration de Viollet-le-Duc). Sur des toiles de Victor Giraud par exemple, on pourra ainsi appréhender l’éclectisme de ces intérieurs qui ne manquent pas d’évoquer les goûts, en matière de décoration, d’un Bouvard et d’un Pécuchet…

L’image, c’est aussi évidemment les portraits officiels qui la véhiculent ; et si Napoléon III et Eugénie multiplient les séances de pose, la bourgeoisie a aussi très bien compris le pouvoir de la représentation picturale comme vecteur de propagande sociale. La grande salle de l’exposition nous permet ainsi d’admirer cette galerie de portraits, de regards, de poses, d’intérieurs en représentation, où se donnent à lire une société profondément marquée par le culte du moi.

Plus généralement, c’est l’image de Paris à l’international que l’empire entend promouvoir : les bals aux Tuileries, qui réunissent jusqu’à 4000 personnes, l’ouverture de l’opéra Garnier où triomphent Verdi et Meyerbeer, la Gaité où chante La Belle Hélène d’Offenbach, les Vaudevilles et leurs spectateurs croqués par Daumier, autant de lieux de fêtes qui exaltent La vie parisienne et qui attirent les touristes du monde entier. La promotion de la France est assurée aussi par les Expositions universelles qui se tiennent à Paris en 1855 et 1867 et qui attirent près de onze millions de visiteurs ; le palais de l’Industrie s’affiche alors comme le lieu de la rivalité commerciale entre les nations et comme le spectacle de l’abondance des biens d’une société industrielle en plein essor.

Enfin, l’exposition mérite le détour parce qu’elle consacre une salle à la reproduction d’un Salon, dans les conditions d’affichage du XIXe siècle ; on y admirera ainsi le très audacieux Déjeuner sur l’herbe de Manet (qui fut en réalité exposé au Salon des Refusés) à quelques mètres de la très académique Naissance de Vénus de Cabanel… On y mesure en tout cas la difficulté de « voir » les tableaux dans une telle profusion !

On regrette cependant que l’exposition ne s’attache pas davantage à contextualiser la période du Second Empire. Aussi ne trouvera-t-on rien sur la Seconde République ni sur la Commune, mis à part le tableau de Meissonier qui représente Les Ruines du palais des Tuileries après l’incendie de 1871.

Le Musée d’Orsay organise à l’occasion de cette exposition plusieurs bals où vous pourrez apprendre à danser le quadrille, la polka et vous vêtir, si vous le souhaitez, d’une tenue de bal dans l’esprit du Second Empire… encore faut-il avoir ça dans vos placards !