L’automne dans la littérature

Si la chute des feuilles et la fin des beaux jours sont souvent associés dans l’imaginaire collectif à certains vers appris par cœur un jour de rentrée scolaire, les thèmes automnaux n’ont pas inspiré que les poètes. La pluie dégage certes une musique qui en fait un moyen privilégié pour exprimer la mélancolie, mais elle représente en même temps un formidable ressort romanesque pour l’écrivain qui a besoin de retarder une action ou de dramatiser une scène.

Ivan Chichkine, Pluie dans une chênaie, huile sur toile, 1891

Parmi les thèmes automnaux recensés dans Lipotexte, on trouve donc tout naturellement certains objets associés au mauvais temps : parapluie ou thermomètre qui, au-delà de leur trivialité, peuvent devenir des clefs invitant à une interprétation symbolique. On trouve également –  rentrée oblige – des références à l’école ou au monde de l’université, que ce soit par le biais de scènes retraçant des journées de classe ou des fresques plus vastes dépeignant la vie estudiantine à une époque donnée. Enfin, certains personnages ou lieux littéraires sont aisément associés à l’automne en raison du calendrier qui voit se succéder Halloween le 31 octobre et la Commémoration des morts le 2 novembre : fantômes, vampires, châteaux gothiques et autres cimetières avec leur lot de cercueils réservant des surprises…