Le comparatiste comme maître-relieur

La littérature comparée tire sa spécificité du fait qu’elle est un lieu de confrontation entre différents langages. Lors de sa constitution en tant que discipline au cours du XIXe siècle, cette confrontation prenait la forme d’une comparaison entre des littératures relevant d’aires nationales différentes. Aujourd’hui, la littérature comparée ouvre son domaine de travail à la pluralité des langages qui font le monde. Il s’agit autant des ensemble de signes que constituent les mots, langages nationaux, régionaux, dialectes ou sociolectes, que des langages artistiques comme la musique ou la production d’images, pour lesquels il est possible d’étudier l’adaptation du matériau textuel à l’écran ou sur scène, ou bien d’analyser la représentation d’une figure dans la littérature d’une certaine époque et un autre médium. La littérature comparée peut aussi analyser ensemble une littérature nationale et une autre discipline, comme la sociologie, la philosophie ou la psychanalyse. Dans tous les cas, il s’agit de confronter différents domaines préalablement définis dans leur unité pour en interroger la représentation.

Parce que le langage est une interface entre l’homme et la réalité, la confrontation des langages se confond avec la mise en rapport de différents pans du réel.

Mais que fait exactement un comparatiste ? Le comparatiste confronte, compare, met en lien. Il trouve les points communs, met au jour les différences et les récurrences. Il repère les codes, les confronte et les interroge. Il facilite la conception de passerelles symboliques. Son expertise est celle de la maïeutique. À la manière d’un Socrate, le comparatiste s’adonne à la pratique du dialogue entre différentes informations, différents objets de connaissance qui renvoient à des conceptions diverses du monde. En comparant les réalités entre elles, il fait advenir des possibles et crée de nouvelles formes de réalité.

Le motto du comparatisme est de faire entendre une voix, tout en proposant une voie. Cela nécessite une implication personnelle de la personne qui crée les comparables, ainsi qu’une démarche visionnaire. Si le comparatiste est un maître-relieur, c’est notamment parce qu’il produit, à partir des représentations, une vision du monde capable de reconfigurer notre manière de voir les choses. Le comparatisme est donc à la fois un geste analytique et un geste créatif dont le travail de déconstruction vise à construire une pensée nouvelle. Il s’agit de s’engager intellectuellement à se diriger vers la création de nouveaux objets de connaissance.

L’approche comparatiste s’inscrit dans la pratique de la déconstruction issue de la théorie critique. En tissant des liens, elle entend parvenir à une compréhension – plus – fine des phénomènes qui nous entourent. Face aux lieux communs et aux représentations figées, elle rassemble des éléments épars afin d’éveiller les esprits et de bouleverser les conventions du monde des idées. Alternant sans cesse penser avec et penser contre, le comparatisme se fonde sur la recherche de solutions collaboratives capables d’aboutir à la formalisation de nouveaux systèmes de représentation.

La dimension collaborative du comparatisme se manifeste sous deux dimensions. D’un côté, le comparatisme est intrinsèquement dialogique. Il relie ce qui est différent afin d’instaurer des liens de sens, de créer une collaboration dans laquelle le tout dépasse la somme des parties. De l’autre, le dialogue ainsi créé peut l’être entre des objets, mais également entre des individus. C’est en s’aidant de la variété des personnalités, des points de vue et des fonctionnements mentaux que le comparatisme peut créer du nouveau. S’érigeant contre l’indifférence aux différences, la tâche du comparatisme est de redonner au différent la valeur heuristique qui est la sienne. C’est grâce à la diversité du matériau et des individualités que de nouvelles possibilités peuvent se dessiner.

Manon Amandio et Sébastien Wit