Didactique du corpus

Ce texte est le résultat d’une journée de réflexion du Collectif qui a eu lieu le 24 novembre 2016.

Le corpus et les étudiant.e.s

Le corpus constitue la fondement même de la littérature comparée. Dans l’enseignement, il correspond souvent au point de départ du cours.

Jamais exempt d’un certain arbitraire, le corpus comparatiste pose toujours question. Pour les étudiant.e.s, il est toujours important de se demander : « Quelle question le corpus pose-t-il exactement ? Pourquoi construire un tel objet littéraire ? ».

Cependant, alors que la démarche comparatiste requiert de penser ensemble les différentes œuvres du corpus, il s’avère souvent difficile de les traiter conjointement avec les étudiant.e.s. En effet, les obstacles sont d’un double ordre :

  • Chaque œuvre doit être replacée dans un contexte spécifique et être comprise dans sa spécificité. Dans le cas contraire, les étudiant.e.s risquent de procéder à des amalgames ;
  • Chaque œuvre doit avoir été lue par les étudiant.e.s. Or, en début de semestre, il est plus que probable que tout le corpus n’ait pas encore été lu. Si ce problème se pose moins longtemps pour les textes courts (pièces de théâtre, nouvelles, etc.), il est très prégnant dans le cas de l’étude de textes romanesques longs.

Cette quasi-obligation pédagogique de traiter les œuvres les unes après les autres pose la question du moment de la comparaison :

  • D’un côté, la définition de la littérature comparée fait de la comparaison le processus même de l’analyse des textes littéraires ;
  • De l’autre, pour des modalités pratiques, il est courant de faire de la comparaison l’aboutissement de la maîtrise des œuvres par les étudiant.e.s.

Etude du corpus

Lorsque l’on étudie les œuvres séparément, il est fréquent de se fonder sur l’ordre chronologique. Cela permet de dresser un bilan du contexte historique de chaque texte, tout en consolidant la connaissance qu’ont les étudiant.e.s de l’histoire de la littérature. Mais attention : la littérature comparée n’est pas une pratique documentaire ! Le but n’est pas de tirer des leçons de l’histoire à partir des textes !

Si l’on veut envisager les textes simultanément, il est toujours possible d’avancer dans lecture des œuvres en les fragmentant. Une séance pourra alors porter sur le premier chapitre ou le premier acte des textes au programme, et ainsi de suite. Pour des raisons pratiques, il est alors conseillé d’imposer un calendrier de lecture aux étudiant.e.s.

Pédagogie de la comparaison

Il peut être intéressant de former les étudiant.e.s à la pratique de la comparaison. Un premier outil pourrait être la construction d’une grille rassemblant les différents types de comparaisons avec leurs avantages et leurs limites (contexte, repérage thématique, etc.).

Une autre piste à explorer serait la construction de corpus par les étudiant.e.s. Cela peut être fait sous la forme d’un exposé ou d’un mini-dossier à rendre. Plusieurs modalités sont alors envisageables :

  • Distribuer un texte aux étudiant.e.s en leur demandant de trouver d’autres textes afin de constituer un corpus (en proposant une problématique sur ce corpus). Un tel travail peut se faire dès la L1, même si cela supposera de guider un minimum les étudiant.e.s : méthode de construction du corpus, liste de textes potentiels, etc ;
  • Dès la L2, toujours en guidant les étudiant.e.s, il est possible de leur demander de former un corpus autour d’un thème ;
  • En L3, la formation à la construction de corpus peut constituer une excellente préparation pour le passage en Master Recherche.
Pour citer cet article : Sébastien Wit, "Didactique du corpus" dans Collectif LIPOthétique [en ligne], 18/12/2016. Url : https://lgcdoc.hypotheses.org/activites/didactique-comparatiste/didactique-du-corpus (consulté le 17/06/2019).

Sébastien Wit

Au hasard de la fourchette.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn