Le jargon de la recherche

Un collègue vous a demandé de rédiger un argumentaire pour l’appel à communications d’un colloque à publier sur Fabula et Calenda et vous n’avez pas compris ce qu’il attendait de vous ? Vous êtes perdu quand on vous dit que si vous ne parvenez pas à vous inscrire, c’est parce que vous avez oublié la CVEC ? Vous opinez du chef quand on vous raconte que deux MCF HDR et un PU ont donné des conseils à un ATER sur la qualif’ du CNU pendant le congrès de la SELC, et pourtant vous ne comprenez pas  un traître mot à ce type de phrases ?

Bienvenue dans le monde merveilleux de la recherche !

Honoré Daumier, “Le Souffleur”, Actualités, lithographie, 1870.

Toute personne qui a un jour commencé un doctorat en littérature comparée est passée par là : par ce moment délicat où on vous a demandé si vous avez adhéré à la SFLGC et où vous ne saviez pas de quoi il retournait, par cet autre moment difficile où on vous a conseillé un article sur “kern” et où vous n’aviez pas fait le lien avec ce formidable site, CAIRN, que vous connaissiez pourtant, tout simplement parce que vous n’aviez pas compris qu’il ne se prononçait pas “Cé-a-i-èr-ène”.

Entrer dans le monde de la recherche peut très vite donner l’impression d’être perdu, tant le milieu raffole des acronymes et communique avec un jargon dont il a le secret.

Pour qu’un simple problème de vocabulaire ne rende pas plus difficiles qu’elles ne le sont déjà les années de doctorat, voici donc une nouvelle rubrique méthodologique : un petit lexique du monde de la recherche en littérature comparée, pour offrir des repères et des conseils à tous, nouveaux doctorants ou doctorants chevronnés.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.