Révolte et réaction : la littérature face à l’événement

Argumentaire

Au moment de commémorer le cinquantenaire de Mai 68, nous aimerions nous interroger sur la puissance heuristique qu’un événement – social, politique, littéraire, etc. – est capable d’exercer sur la littérature. Entre réactions à chaud et réactions maturées (périodisations de l’événement), entre réactionnisme antimoderne et apathie oblomoviste, quelle(s) réaction(s) la littérature offre-t-elle face aux soubresauts de l’Histoire et quelle(s) révolte(s) est-elle capable de porter ? Quelle(s) représentation(s), reconstruction(s), mises en forme construit-elle des événements qui l’agitent et la mettent en branle ? La littérature a-t-elle déjà su enflammer les masses jusqu’à faire éclater l’événement et infléchir le cours de l’Histoire ? Il s’agira également de s’interroger sur le caractère réactionnaire que peut avoir la littérature face à un événement, dont elle peut réduire la portée ou qu’elle peut chercher à occulter.

Cette journée d’études cherchera à interroger les nombreux liens entre littérature et événement. Dans un contexte de mondialisation économique et culturelle, l’approche comparatiste permettra de penser l’événement dans sa dimension transnationale.

Le programme est disponible ici.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.