Colloque international : “La nation littéraire et l’épreuve du comparatisme”

Le colloque  international “La nation littéraire et l’épreuve du comparatisme (XIXe – XXIe) à partir du cas russe” se tiendra à l’Université Paris Nanterre les 30 et 31 mai 2018.

Présentation

Dans un essai de 1937 où elle s’attache à décrire le célèbre monument moscovite dédié à Alexandre Pouchkine, Marina Tsvetaïeva affirme : « Le poète russe est un nègre ». Les origines africaines de l’auteur d’Eugène Onéguine sont connues. Elles font partie du légendaire biographique de ce Protée des lettres russes qui fut l’arrière-petit-fils d’Abram Pétrovitch Hannibal, un esclave de naissance éthiopienne anobli par Pierre le Grand au début du xviiie siècle. Pouchkine revendique volontiers cette généalogie africaine qui participe de la construction de son propre ethos. En remettant en cause l’appartenance ethnique grand-russe du génie national, la phrase de Tsvetaïeva nous semble constituer une réponse au célèbre discours prononcé par Fédor Dostoïevski lors de l’inauguration de ce même monument en juin 1876. Au lieu de désigner celui-ci comme le symbole d’une synthèse des cultures rendue possible sous l’égide de l’empire russe, ne peut-on pas voir dans cette statue l’emblème d’une littérature inscrite dès les premières décennies du xixe siècle au cœur d’un processus de « créolisation » (Glissant) des identités nationales ?

À partir de la Russie, il s’agira de nourrir les parallèles comparatistes et d’ouvrir sur d’autres espaces nationaux ou régionaux. Il importe en effet de nous demander quel peut être le rôle de la littérature comparée dans la définition de la « nation littéraire ». Conçu comme une « herméneutique de la défamiliarisation » (Lavocat), cet exercice du soupçon ne permet-il pas de poser un regard critique sur le cas paradigmatique des lettres russes ? Après les travaux, devenus aujourd’hui classiques, de Michel Cadot, Jean-Pierre Morel ou encore Jean-Louis Backès, quels sont les nouveaux modèles théoriques qui s’imposent aux recherches comparatistes incluant cette littérature nationale ? Au-delà de l’exemple russe, quelle place peut encore occuper la réflexion sur fait national dans la construction des comparables

À titre indicatif, les communications pourront s’inscrire dans les axes suivants :

Les genres littéraires de la construction nationale

  • Roman moderne, communauté nationale et “temps simultané” (Anderson)
  • Métamorphoses du modèle épique (Le Dit de la troupe d’Igor, Tolstoï, le roman réaliste socialiste etc.)
  • Dénationaliser le mythe du “roman russe” (De Voguë)
  • Le roman historique en Europe et en Russie
  • L’histoire comme genre littéraire
  • Scène théâtrale, scène politique
  • Le rôle civique du poète

Plurilinguisme et traductions

  • Analyse des rapports de force linguistiques dans l’espace littéraire national
  • Place du russe dans l’espace littéraire international
  • Analyse des traductions et études de réception des œuvres russes en Europe et dans le monde
  • Le cas Nabokov dans les études comparatistes
  • Autres écrivains russophones plurilingues

Identités nationales, identités de genre et sexualités

  • Les femmes dans l’histoire littéraire russe
  • Littérature, féminisme et internationalisme
  • Imaginaire national et représentations de genre (Dorlin)
  • Homosexualités russo-soviétiques
  • La Russie et le sexe de l’étranger

Postcolonial, postmoderniste, postsoviétique

  • Littératures postsoviétiques et théorisation du postmodernisme
  • Littérature russe “classique” et approches postcoloniales
  • Orientalismes, exotismes russes

L’intégralité de l’appel est disponible sur fabula.

Modalités d’envoi des propositions 
Les propositions de communication, d’environ 400 mots, accompagnées d’une bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 15 février 2018 à amandio.manon@gmail.com et nicolas_aude@hotmail.fr. Les réponses seront communiquées fin février 2018.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.