Structurer sa bibliographie

Ce texte est le résultat d’une journée de réflexion du collectif qui s’est tenue le 11 février 2016.

Sources vs corpus

Généralement, la bibliographie d’un travail de recherche tend à dissocier les sources primaires des sources secondaires.

Les sources primaires rassemblent les textes analysés en tant que tels dans le cadre de l’étude. Quant à ce que l’on appelle communément sources secondaires, il s’agit surtout d’un moyen de mettre ensemble tout ce qui n’est pas « primaire », en particulier la littérature scientifique.

Dans le cadre de la littérature comparée, la notion de « sources » peut paraître problématique dans la mesure où elle entre en concurrence avec celle de corpus. Parce que le corpus est ce qui va constituer le coeur de la réflexion, le choix de ce qui est inscrit sous la mention « corpus » de la bibliographie n’est pas anodin. Construire un objet qui fait corpus est une partie intégrante du travail de recherche du comparatiste.

Dans le cadre du collectif, il nous paraît peu pertinent de considérer le corpus de thèse comme une « source » dans la mesure où ce terme ne fait pas justice à ce que représente le texte littéraire dans un travail de thèse. Ce dernier n’est pas seulement une référence que l’on cite, mais bien la chair de la réflexion. C’est-à-dire ce qui lui donne corps.

Nous préférons ainsi que le terme « source » soit réservé aux textes à usage documentaire.

Un corpus, des corpus

Cependant, dissocier la source du corpus n’est pas suffisant pour lever les problèmes que rencontre le comparatiste dans la structuration de sa bibliographie. En effet, un corpus est rarement homogène. Très souvent, un travail de thèse possède plusieurs niveaux de corpus.

Par analogie avec la distinction primaire / secondaire appliquée à la notion de source, il nous semble possible de différencier des corpus.

Le corpus primaire

Le corpus primaire peut revêtir plusieurs noms : « corpus principal », « corpus central », etc. Quoi qu’il en soit, il comprend les oeuvres littéraires qui font véritablement corpus, et qui sont au fondement de la thèse.

Le corpus secondaire

Le corpus secondaire, ou encore « complémentaire », correspond aux textes littéraires utilisés à des fins critiques, en sachant que ce que l’on considère comme « littéraire » variera selon le corpus de la thèse. Autrement dit, il s’agit de textes qui ne sont pas analysés pour eux-même, mais qui sont convoqués afin d’appuyer l’analyse des oeuvres du corpus primaire.

Le corpus documentaire

Le corpus documentaire, que l’on pourrait aussi nommer « corpus de sources », rassemble les textes dont l’analyse fait partie intégrante de la réflexion, mais dont la nature n’est pas d’ordre littéraire.

Bibliographie générale et critique

Par opposition aux corpus, on fera apparaître ce qui relève purement de la référence bibliographique. C’est-à-dire les textes qui sont utilisés simplement comme soutien à la réflexion.

La bibliographie critique

La bibliographie critique comprend l’ensemble des textes critiques utilisés dans l’analyse des auteurs du corpus primaire.

La plupart des bibliographies en littérature comparée privilégient un classement par auteurs : chaque auteur du corpus forme une rubrique dans laquelle sont inscrits les textes critiques correspondants.

Comme critère de sous-classement, il peut être intéressant de distinguer les ouvrages critiques généraux sur les auteurs, et ceux relevant spécifiquement du champ de la littérature comparée.

La bibliographie générale

La bibliographie générale représente en quelque sorte la bibliothèque de la thèse. Elle fait apparaître les multiples ouvrages utilisés au cours de l’étude, et appartenant à des champs disciplinaires souvent très disparates. Il est donc difficile de proposer a priori une forme de classement pour cette bibliographie générale.

Très souvent, en littérature comparée, on préférera utiliser un classement thématique, ou encore par champs disciplinaires. Ainsi, en littérature comparée, une bibliographie générale contiendra souvent des rubriques comme : « théorie littéraire », « histoire culturelle », etc.

Néanmoins, une telle partition peut parfois sembler trop arbitraire. Dans ce cas, pour éviter un classement trop thématique, il est possible de distinguer les ouvrages selon leur usage dans la réflexion, avec d’un côté ceux à usage théorique et, de l’autre, ceux à usage historique. Cependant, cette distinction n’est pas non plus totalement satisfaisante dans la mesure où des ouvrages appartenant au champ de l’histoire littéraire – par exemple – seront utilisés, la plupart du temps, à la fois selon un point de vue théorique et historique.

De ce fait, le classement de la bibliographie générale de la thèse ne semble pas pouvoir se départir d’une forme d’arbitraire. Chaque sujet appellera à faire des choix plus ou moins réfléchis quant aux critères de classement retenus.

Les outils

Dans une dernière partie de la bibliographie, peuvent être mentionnés les ouvrages techniques utilisés dans le cadre de la recherche, notamment les dictionnaires.

Cela est d’autant plus nécessaire en littérature comparée que le travail en langue étrangère est une part non négligeable de la recherche.

Pour citer cet article : Sébastien Wit, "Structurer sa bibliographie" dans Collectif LIPOthétique [en ligne], 06/03/2016. Url : https://lgcdoc.hypotheses.org/methodologie-de-la-these/recherches/structurer-sa-bibliographie (consulté le 21/10/2017).

Sébastien Wit

Au hasard de la fourchette.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn