Bibliographie et corpus

Les recherches bibliographiques : quoi chercher ? Dans quel ordre ? Tout chercher ? Comment classer ?

 

Cet article présente quelques pistes de réflexions sur les recherches bibliographiques de la thèse.

Partons d’un exemple. Sur un sujet de type thématique comme « La souffrance chez Baudelaire, Poe, et Dostoïevski », on a pu distinguer trois types de recherches bibliographiques :

-dans un premier temps, rechercher des ouvrages sur l’intégralité du sujet ; autrement dit, il s’agit de faire ce que l’on nomme généralement faire l’état de la recherche, voir si son sujet a déjà été traité de près ou de loin, dans quelle perspective le chercheur s’est placé, quelles approches il a privilégiées, quel corpus il a choisi, etc.

-dans un deuxième temps, on pourra s’intéresser à la notion clé du sujet, ici « la souffrance » et on pourra recenser les ouvrages qui abordent cette question, dans une perspective littéraire mais aussi pourquoi pas médicale, épistémologique, etc. ;

-dans un troisième temps, on pourra s’attaquer à une recherche ciblée sur les auteurs de son corpus, recherches biographiques, critiques, correspondances, etc. On pourra d’abord sélectionner des ouvrages sur un seul auteur et chercher ensuite des ouvrages qui se sont intéressés aux deux figures, voire aux trois.

Mais tous les sujets de recherche ne sont pas thématiques ni circonscrits à un corpus d’auteurs précis et prédéfinis. En effet, il apparaît que certains sujets nécessitent des recherches bibliographiques systématiques et beaucoup plus importantes. En fait, on a pu opérer une distinction entre les sujets qui préexistent, dont le corpus est déjà défini en amont du travail de recherche et ceux dont il faut prouver l’existence et, en quelque sorte, la légitimité. Un sujet de thèse sur la figure d’Orphée au XIXe siècle, par exemple, supposera une recherche bibliographique très importante afin de recenser un nombre suffisant de textes mettant en scène la figure et, par là même, de prouver la raison d’être de la thèse.

De plus, dans un sujet à forte tendance bibliographique, basée sur un corpus d’extraits, se pose la question de l’exhaustivité : doit-on essayer de recenser la totalité des œuvres qui font mention, même de manière anecdotique, de la figure étudiée, ou seulement viser la constitution d’un corpus emblématique ?

Dans le cas d’une thèse construite autour d’un corpus d’auteurs, d’autres problèmes pourront se poser comme l’intégration ou non des écrits « secondaires » comme la correspondance des auteurs en question ; un tel choix en tout cas n’orientera pas la thèse dans la même direction.

Les outils recensés

Construction de la bibliographie :

-Catalogue de la BNF

-SUDOC

-Google

Consultations en ligne :

-Gallica

-J STOR

-Persée

-Fabula

-Google/ Google Books

Outils de veille :

-Académia

-S’abonner à des Newsletter

La tentation de tout lire ?

Si l’on conçoit la recherche comme une communauté de chercheurs, il apparaît qu’il est bon de gagner du temps en s’appuyant sur les travaux de ses pairs. Aussi, nul besoin de tout lire et il convient de se rappeler souvent ce sur quoi porte le travail de recherche entrepris. Se rassurer par exemple en se rappelant que l’on ne fait pas une thèse sur tel ou tel sujet mais que ces thématiques croisent notre propre sujet de recherche et n’impliquent pas que nous en soyons spécialistes. Il vaut mieux peut-être, faute de temps, et aussi par souci de faire vivre des travaux de recherches périphériques et, en cela, leur donner un sens, aller consulter un ou deux ouvrages de référence sur la question qui nous intéresse et réutiliser les outils théoriques élaborés par d’autres chercheurs, en les citant dans le corps de la thèse. Nul besoin alors de lire tout Huysmans, Bloy, Barbey, alors même qu’ils ne constituent pas des auteurs de notre corpus, pour se faire une idée par soi même de ce qu’est le naturalisme mystique par exemple.

Que privilégier comme classement pour la présentation de la bibliographie ? :

-Classement général

-alphabétique: permet à tout chercheur qui consultera la thèse de retrouver facilement une référence.

-chronologique : permet de voir rapidement les jalons chronologiques de la thèse, d’en mesurer l’étendue.

-Classement détaillé

-Sources primaires : On pourra distinguer ainsi les sources in corpore (le corpus de travail à proprement di) et les sources ex corpore (liées au contexte des sources in corpore, à l’histoire des idées, etc.).

-Sources secondaires : les ouvrages critiques et théoriques.