Rédaction et plan

Cette réflexion est le résultat d’une journée de travail du collectif qui s’est tenue le 13 octobre 2016. Elle vient compléter et nuancer notre travail de l’année précédente autour de la première partie de la thèse.

FAIRE LE PLAN

La conception du plan de la thèse apparaît comme une étape incontournable dans l’avancée de la recherche. De nombreux directeurs de thèse demandent à leur doctorant un plan vers la fin de la première année. Néanmoins, certains n’en font jamais une demande explicite.

Dans l’expérience du collectif, tout plan de thèse est toujours prématuré, dans la mesure où il ne sera jamais définitif. Par définition, il est impossible de savoir à l’avance comment la pensée va avancer et évoluer. Seule l’écriture permet de donner un corps à la réflexion. En cela, le plan ne constitue qu’une prévision. Néanmoins, même si tout plan est voué à constamment se transformer, il est une manière de s’obliger à donner une forme à sa pensée.

Le plan ne sert pas tant à enfermer la pensée qu’à mettre au clair la masse des notes de lecture s’accumulant au fil des mois. Construire un plan, c’est aussi élaborer la bibliothèque de sa thèse : ressortir ses notes de lecture afin de savoir ce qui va pouvoir être utilisé et à quelle fin.

Nous avons le sentiment que le plan est indissociable du rapport entre la lecture et l’écriture. Le plan constitue une forme d’écrire avec. Les notes de lecture cessent d’être un objet textuel extrait d’un autre ouvrage : elles s’inscrivent peu à peu dans une transformation personnelle. De ce fait, il ne faut sans doute pas voir le plan comme un impératif de la fin de la première année de thèse. Que cela soit ou non sous la forme d’un plan, le principal demeure de proposer des formes écrites proposant une synthèse de sa propre recherche. En réalité, le plan est uniquement la forme conventionnelle de ce type de production synthétique.

De la même manière, le plan ne découle pas automatiquement de la problématique. Il est possible de problématiser à partir de son plan. Selon les sujets et les manières de faire de chacun, il peut être plus facile de déterminer d’abord ce que l’on veut dire, avant de remonter jusqu’au projet global de la thèse. A bien des égards, le plan est une mise en voix du propos personnel qui fonde la thèse.

A la suite de nos précédentes séances de méthodologie de la thèse, nous distinguons deux formes de plan :

  • Le plan « en tiroirs » : extrêmement détaillé et resserré, détaillant parties, chapitres et sous-parties. Il permet de se forcer à globaliser sa réflexion, à transformer la succession de détails en une architecture générale.

  • Le plan « en mouvements » : à partir d’idées générales (correspondant le plus souvent aux grandes parties de la thèse), ce plan trace des axes de réflexion et envisage la façon de les développer. D’une manière moins détaillée que pour le plan en « en tiroirs », ce type de plan fixe des points à démontrer sans détailler le fil de la démonstration.

LE CAS DE LA PREMIERE PARTIE

Pour la plupart des membres du collectif, la définition du contenu de la première partie de la thèse se révèle souvent problématique. Le doctorant en littérature comparée semble soumis à une double injonction :

  • Proposer une généalogie de son thème de recherche, laissant parfois de côté le corpus littéraire ;

  • Entrer directement dans le vif du sujet (à savoir le corpus littéraire), au risque que les pré-requis notionnels ne soient pas suffisamment présentés au lecteur.

Si, par souci pour la compréhension du lecteur, la réflexion historique ne peut être omise, quelle place lui donner exactement ? D’autant plus que le format actuel du doctorat tend à contraindre de plus en plus la durée de la thèse, ainsi que sa longueur. Par ailleurs, les longs développements historiques peuvent apparaître malvenus : ils ne sont pas toujours perçus comme « intéressants »…

Il peut donc être difficile de concilier souci de clarté conceptuelle et nécessité de l’analyse des œuvres. Dans la pratique du collectif, une première partie purement historique ne semble pas avoir sa place dans un travail de littérature comparée. Il semble plus pertinent de réserver un long chapitre introductif à l’archéologie – au sens foucaldien – de l’objet notionnel auquel se confronte le travail de thèse.

Néanmoins, dans certains cas, une première partie historique se révèle nécessaire. C’est notamment vrai pour les sujets axés sur une figure ou un motif artistique. Lorsque l’analyse historique prend directement appui sur un corpus littéraire et/ou artistique, elle prouve par là même sa légitimité. En revanche, lorsque la généalogie se confond avec l’exposé d’une épistémè conceptuelle, elle court toujours le risque de sembler trop éloignée du sujet de recherche premier.

COMMENCER A ECRIRE

Une fois les notes de lecture accumulées, se mettre à écrire sa thèse est une véritable étape à franchir. Ecrire est un geste de confiance en soi, qui va demander d’assumer le fait de ne pas tout justifier. Au fil des pages, il faut assumer le fait de tenir un propos personnel et original sur les œuvres.

En cela, la littérature critique peut être autant une aide qu’un obstacle. Etrangement, la masse critique sur tel ou tel auteur peut avoir des effets paradoxaux.

Lorsque l’on travaille sur un écrivain ayant été beaucoup commenté, il peut paraître difficile de trouver des idées originales. Néanmoins, l’avantage de la littérature comparée permet souvent de contourner cette difficulté. Dans sa conception même, le corpus de thèse est original. La simple mise en relation d’une œuvre avec celle d’un autre auteur garantit un regard neuf sur le texte. De plus, lorsque la critique est extrêmement dense, il n’y a pas vraiment de doxa sur l’œuvre. La multiplicité des interprétations permet d’assumer plus facilement ses propres positions.

En revanche, lorsque l’on étudie un auteur peu analysé par le milieu universitaire, on peut se sentir davantage contraint par les quelques ouvrages ou articles faisant, par défaut, référence sur le sujet. Face à un champ interprétatif pratiquement sans bornes, il faut être capable de se détacher des quelques modèles herméneutiques existants (et tellement rassurants).

Cette dimension dialectique du rapport entre corpus et littérature secondaire n’était encore jamais apparue lors des discussions du collectif. C’est pour cette raison que nous l’incluons à la fin de cette réflexion méthodologique, comme un point à considérer quant aux rapports entre le doctorant et sa bibliothèque de références critiques.

Pour citer cet article : Sébastien Wit, "Rédaction et plan" dans Collectif LIPOthétique [en ligne], 21/10/2016. Url : http://lgcdoc.hypotheses.org/methodologie-de-la-these/ecrire-la-these/redaction-et-plan (consulté le 23/05/2017).

Sébastien Wit

Au hasard de la fourchette.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn