La première partie de la thèse

Les propos ci-dessous sont à mettre en perspective avec ceux de cette page, plus récente.

Dans le cadre du collectif LIPOthétique, nous avons fait le choix de consacrer la première partie de nos thèses à une approche historique de nos sujets.

Nous présentons ici les problèmes que nous rencontrons dans cette entreprise, ainsi que les solutions que nous mettons au point.

Ce texte est le résultat d’une journée de réflexion du collectif qui s’est tenue le 17 décembre 2015.

Le sujet de thèse en littérature comparée

La littérature comparée se définit, avant toute chose, par sa capacité (son obligation?) à créer elle-même l’objet qu’elle va ensuite prétendre analyser. Ce « fait comparatiste », ce comparable est la première hypothèse de travail du doctorant qui s’apprête à entamer une thèse de littérature comparée.

Comme souvent dans la discipline, les implications de cette hypothèse initiale fluctuent selon le type de corpus retenu.

Cas du corpus d’œuvres

Nos problèmes

Qu’il porte sur la production littéraire de différents auteurs ou qu’il soit emblématique, le corpus d’œuvres possède comme point de départ une notion, qui constitue véritablement le sujet de la thèse. Dans le cadre du Collectif, on trouve ainsi : le sujet, la confession, le nomadisme, la marge, la souffrance, le hasard, etc.

Cet acte de définition est un parti pris capital, qui marque irrévocablement la perspective scientifique de la thèse. Il est donc compréhensible que le jeune doctorant se sente désarmé devant cette tâche, qu’il doit mener à bien rapidement (car sinon la réflexion ne peut pas progresser) sans forcément savoir comment procéder.

Il n’est pas rare que cette tentative de définition se transforme en redéfinition du projet de thèse initial. Ainsi, un projet portant sur les représentations de personnages de marginaux chez trois auteurs s’est-il transformé  en sujet sur la construction discursive et politique de régions se représentant comme en marge.

Pour faire face à ce premier défi de la recherche, il apparaît que les outils de l’analyse littéraire sont insuffisants, car ne pouvant être convoqués qu’une fois le sujet clairement posé.

En outre, le travail notionnel est rendu d’autant plus complexe par le caractère intrinsèquement plurilingue de la littérature comparée. Une fois que l’on a pensé la notion dans une langue (généralement sa langue maternelle), comment envisager les acceptions et connotations attachées aux « équivalents » du terme dans les autres langues du corpus ?

Nos solutions

  • Le refus de la définition : Face à la complexité de la tâche définitionnelle, la solution peut être simplement… de renoncer à toute définition, et d’accepter que la notion sera prise dans un sens très large. Dans ce cas, le recours à l’étymologie peut permettre de fixer un unique sème de départ à partir duquel se déploiera le travail de recherche.
  • La représentation spatiale : S’il est impossible de définir verbalement les notions, une schématisation peut donner la possibilité de rendre compte des fluctuations et des écarts qui les traversent.
  • Le parti pris « arbitraire » : Une thèse n’a pas pour vocation à donner un panorama global sur un sujet. Elle est surtout l’expression d’une pensée personnelle. Il est donc envisageable de définir la notion, et d’assumer cette perspective réductrice (sans laquelle aucune recherche ne serait possible).

Nos paradigmes méthodologiques

Dans le cadre du collectif, nous privilégions une approche historicisante des notions. Ce qui importe, ce sont les usages des notions à un moment donné de l’histoire.

Nous utilisons aussi bien :

  • les théories de Michel Foucault sur l’épistémè ;
  • des perspectives tirées de l’histoire culturelle ou de l’histoire des idées.

Cas du corpus d’extraits

Nos problèmes

Contrairement au corpus d’œuvres, le corpus d’extraits ne se construit pas à partir d’une notion, mais plus en s’attachant à l’analyse d’un motif, d’une figure. Ainsi d’un sujet portant sur la représentation de Sainte Cécile au XIXe siècle.

D’emblée, ces deux termes sont problématiques : qu’est-ce qui sépare le motif du thème ? quelle différence faire entre un motif et une figure ? le personnage peut-il constituer un motif ?

La première difficulté est donc de définir précisément ce que l’on va retenir comme relevant du motif et/ou de la figure considéré comme point de départ du travail de thèse. Et il faudra surtout prouver que ce motif/cette figure sont bel et bien présents, et que le sujet de la thèse est légitime !

En outre, la quantité d’exemples ne doit pas faire disparaître le fait que chaque occurrence n’a pas le même statut. Si le sujet semblait bien circonscrit au départ, ce n’est plus forcément le cas dans les extraits que l’on collecte. Des ramifications se font jour rapidement, et le doctorant doit gérer la complexification croissante du motif/de la figure.

Nos solutions

  • La recherche systématique : Le recours à des bases de données textuelles permet de trouver un grand nombre d’occurrences. Ce travail de recensement peut être accompagné d’analyses bibliométriques, de tableaux, de graphiques afin de rendre compte de la quantité d’informations disponibles sur le sujet.
  • La typologie : Elle sert à rendre compte des différents rôles et statuts énonciatifs occupés par le motif/la figure.

Nos paradigmes méthodologiques

Nous utilisons les perspectives tirées de l’histoire des idées et des mentalités, afin de donner à voir l’imaginaire qu’a une époque du motif/de la figure.

Pour citer cet article : Sébastien Wit, "La première partie de la thèse" dans Collectif LIPOthétique [en ligne], 18/12/2015. Url : http://lgcdoc.hypotheses.org/methodologie-de-la-these/ecrire-la-these/la-premiere-partie-de-la-these (consulté le 28/06/2017).

Sébastien Wit

Au hasard de la fourchette.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn