Mondes possibles

mondes possibles

Françoise Lavocat (éd.), La Théorie littéraire des mondes possibles, Paris, CNRS Editions, 2010, 326 p.

Cet ouvrage collectif dirigé par Françoise Lavocat et publié en 2010 entend examiner la manière dont il est possible de faire un emploi de la théorie des mondes possibles propre à l’analyse littéraire. Initialement, le concept de monde possible provient de la logique modale de Kripke (1963). Ce dernier stipule l’existence de plusieurs mondes possibles en se fondant notamment sur une distinction entre le possible (ce qui est vrai dans au moins un monde) et le nécessaire (ce qui est vrai dans tous les mondes possibles)1. Ainsi, il est possible d’envisager un monde dans lequel les Nazis auraient gagné la seconde guerre mondiale. Mais, quel que soit le monde, il est nécessaire que 2 et 2 fassent quatre2. Cette question de la nécessité est formalisée d’après la notion d’accessibilité : il est impossible que Mactuel (où 2 et 2 font quatre) et Mpossible (où 2 et 2 font cinq) soient des mondes possibles de l’un et de l’autre dans la mesure où toute communication entre les deux entraînerait une contradiction logique (2 et 2 feraient en même temps quatre et cinq).

La théorie des mondes possibles a connu des utilisations en sciences physiques, en histoire ou en philosophie. Historiquement, on peut faire remonter l’idée de mondes possibles à Leibniz (même si Kripke ne le mentionne à aucun moment). Dans la Théodicée, le philosophe décrit les mondes possibles comme les chambres-bibliothèques d’une pyramide infinie qui contient toutes les versions possibles qu’aurait pu connaître la vie de Sextus Tarquinus. Le meilleur des mondes possibles (concept leibnizien par excellence!) se trouve, quant à lui, au sommet de la pyramide3.

D’entrée de jeu, l’ouvrage se place sous le patronage de deux figures qui ont renouvelé la théorie littéraire de la fiction ces dernières décennies : Thomas Pavel (Univers de la fiction, 1986) et Jean-Marie Schaeffer (Pourquoi la fiction ?, 1999)4. Le livre se clôt d’ailleurs sur une contribution de T. Pavel dans laquelle il revient sur la trajectoire de son travail critique et sur son rapport personnel à la fiction5.

Le lecteur traverse ensuite les usages envisageables de la théorie des mondes possibles en littérature via un parcours en trois sections :

  • La première partie fait un état des lieux des approches théoriques littéraires bâties à partir de la théorie des mondes possibles. La finalité est de proposer une typologie de ses usages pour le traitement de la fiction6.
  • La deuxième partie consiste surtout en une application de la théorie des mondes possibles au champ de la fiction moderne (XVIeXVIIe). En ce sens, elle intéressera particulièrement les spécialistes de cette période7.
  • Enfin, la troisième et dernière partie traite de la relation entre les mondes possibles générés par les textes et leur reconstruction au cours de la lecture8.

Néanmoins, sous cette tripartition de forme, l’ouvrage est principalement construit autour d’une tension entre les mondes possibles conçus du point de vue de l’auteur et ceux qui le sont du point de vue du lecteur.

MONDES POSSIBLES TEXTUELS DE L’AUTEUR

Appliquée à l’analyse de l’activité auctoriale, la théorie des mondes possibles vient compléter l’approche intertextuelle. Le texte n’est plus considéré uniquement comme pris dans un tissu de relation avec d’autres textes, mais il se pense aussi comme un univers ouvert sur un ensemble d’autres mondes (par exemple, l’Ulysse de Joyce crée lui-même un univers fictionnel mais convoque également l’univers de la mythologie grecque propre aux récits homériques, etc.). En utilisant ce modèle, on transforme l’œuvre littéraire en ce que F. Lavocat nomme une « constellation référentielle » : le texte ouvre à des renvois vers des univers pluriels9.

A partir de cette utilisation de la théorie littéraire des mondes possibles, F. Lavocat propose de distinguer trois grands genres de fiction10 :

  • La fiction alternative (récit contrefactuel, utopie) qui n’existe qu’en rapport avec un monde actuel propre au lecteur.
  • La fiction autonome dont l’univers propre peut se suffire à lui-même.
  • La transfiction dont l’univers est lié transtextuellement à un autre texte (continuation, adaptation, fiction métaleptique).

Cette première typologie se double ensuite d’une qualification du genre de la fiction selon la qualité de la relation entre les différents mondes : celle-ci peut être herméneutique comme en ce qui concerne l’allégorie, comparative pour le récit contrefactuel ou encore interactive dans le cas des mondes virtuels informatiques11.

MONDES POSSIBLES NON-TEXTUELS DU LECTEUR

Lorsque l’on passe du côté du lecteur, on se trouve dans une appréhension des mondes possibles selon la présentation qu’en a fait Umberto Eco dans Lector in fabula. Ces derniers ne sont plus d’ordre textuel mais correspondent à la représentation mentale du monde de l’œuvre que se construit le lecteur au fur et à mesure de la lecture, et qu’il réajuste constamment au cours de sa progression dans la diégèse12.

Marielle Macé insiste sur le fait que la pensée des mondes possibles implique une conception non-communicationnelle du récit. Ce ne sont pas des énoncés qui sont échangés mais bien des objets qui se trouvent projetés entre l’auteur et le lecteur : le lecteur reconstruit sous forme d’une image mentale le monde possible que l’auteur avait lui-même élaboré13. D’ailleurs, M. Macé postule dans l’acte de lecture l’attente d’un effet-monde : le plaisir du texte est en partie dans la possibilité laissée par celui-ci de permettre au lecteur de reconstruire mentalement le monde de l’œuvre. Autrement dit, la notion de mondes possibles peut alors devenir un outil pour la théorisation d’une phénoménologie de la lecture et de l’acte même d’imagination14.

Penser les mondes possibles depuis le point de vue du lecteur suppose également de se poser la question de la relation herméneutique et de son articulation à la théorie des mondes possibles. Marc Escola reprend à ce sujet la notion de saturation15 : un monde fictionnel n’est pas saturé lorsqu’il comporte des franges d’indétermination obligeant le lecteur à combler lui-même les manques par un processus d’inférence fictionnelle (opération mentale par laquelle les « blancs » du récit sont comblés par le lecteur)16.

L’exploitation des « blancs » est ce qui fait qu’un seul texte peut se décliner en plusieurs mondes possibles17. Il s’agit là de l’activité même du commentaire interprétatif auquel le critique se livre couramment sur les textes18. C’est pour cette même raison que Sophie Rabau fait du commentaire une réécriture de l’œuvre lue à la faveur d’une fusion entre des univers fictifs dans l’esprit du lecteur19.

MONDES POSSIBLES ET THEORIES DE LA FICTION POSTMODERNE

A la lecture de l’ouvrage, on est surpris de voir à quel point la théorie des mondes possibles semble particulièrement s’adapter à l’analyse des récits postmodernes (aussi mal aisé à l’emploi que peut être ce terme). Alexandre Gefen reprend la thèse de Brian McHale dans Postmodernist Fiction (1987) selon laquelle le passage de la fiction moderne à la fiction postmoderne se manifeste par un basculement de l’épistémologique vers l’ontologique20. Le postmodernisme aurait ainsi comme souci de réussir à habiter un monde fragmentaire dans lequel toute stabilité échappe à l’être humain. Dès lors, la valeur profondément ontologique de la notion de monde possible permettrait de penser la fiction postmoderne dans sa spécificité.

Cela recoupe ce que Marie-Laure Ryan nomme la « cosmologie anti-réaliste » qui généralise comme être au monde les découvertes de la physique quantique. Le monde devient le lieu où règne l’incertitude, et les mondes fictionnels miment ce nouveau rapport au réel21. Sur le plan littéraire, cela se traduit par l’usage d’un certain nombre de procédés qu’elle cite22 :

  • Commentaires métafictionnels (l’auteur refuse de donner une illusion de vrai).
  • Complémentarité (diverses versions d’un même fait sont présentées comme valables).
  • Incertitude (non cohérence de l’intrigue).
  • Possibilités incompatibles présentées conjointement.
  • Incomplétude (narration discontinue, forme fragmentaire).

Parmi ces procédés, l’usage de la métalepse est commenté à plusieurs reprise dans le livre. Lubomír Doležel voit en celle-ci un « court-circuit diégétisé »23. C’est-à-dire qu’elle ne permet pas d’accès entre les différents mondes possibles mais oblige le lecteur à construire lui-même des passerelles de manière indépendante. F. Lavocat aboutit à une conclusion similaire au terme de son analyse de la dimension métaleptique dans Si par une nuit d’hiver un voyageur de Calvino24. D’où le fait qu’elle conclut que la fiction postmoderne revient à une forme archaïque de la construction des mondes en créant sciemment des mondes impossibles (i.e. sans accessibilité entre eux)25. Cependant, reste encore ouverte la question des mérites cognitifs qu’il peut y avoir à reconstruire de tels mondes fragmentés26.

Cette perspective montre à elle seule les multiples axes de recherche que le modèle théorique des mondes possibles peut encore offrir à la critique en littérature.


 

1 Françoise Lavocat, « Les genres de la fiction. Etat des lieux et propositions », p. 15.

2 Id.

3 Id.

4 « Avant-propos », p. 7.

5 Thomas Pavel, « Univers de fiction : un parcours personnel », pp. 307-313.

6 « Avant-propos », pp. 8-9.

7 Ibid., p. 9.

8 Id.

9 F. Lavocat, « Les genres de la fiction. Etat des lieux et propositions », p. 28.

10 Ibid., p. 29.

11 Ibid., p. 31.

12 Ibid., p. 17.

13 Marielle Macé, « Le Total fabuleux » : les mondes possibles au profit du lecteur », pp. 205-206.

14 Ibid., p. 220.

15 Marc Escola, « Changer le monde : textes possibles, mondes possibles », p. 245.

16 Ibid., p. 245 et 247.

17 Ibid., p. 247.

18 Ibid., p. 257.

19 Sophie Rabau, « Les mondes possibles de la philologie classique », p. 240.

20 Alexandre Gefen, « L’usage des mondes », p. 304.

21 Marie-Laure Ryan, « Cosmologie du récit. Des mondes possibles aux univers parallèles », p. 67.

22 Ibid., p. 67-68.

23 Lubomír Doležel, « Récits contrefactuels du passé », p. 113.

24 F. Lavocat, « Les genres de la fiction. Etat des lieux et propositions », pp. 47-48.

25 Ibid., p. 49.

26 Id.

Pour citer cet article : Sébastien Wit, "Mondes possibles" dans Collectif LIPOthétique [en ligne], 02/04/2016. Url : http://lgcdoc.hypotheses.org/activites/le-lipolit/mondes (consulté le 22/10/2017).

Sébastien Wit

Au hasard de la fourchette.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn