Cognitivisme

interpretation-litteraire-et-sciences-cognitives

Françoise Lavocat (éd.), Interprétation littéraire et sciences cognitives, Paris, Hermann Éditeurs, 2016, 224 p.

Les sciences cognitives ne sont pas nouvelles. Dans le sillage de la psychologie et des débuts de l’informatique, elles apparaissent dès les années 1950-19601. Néanmoins, leur application à la littérature date seulement d’une vingtaine d’années. En effet, à bien des égards, la perspective cognitiviste s’avère problématique. Bien qu’elle ne nie pas le rôle de la culture sur le cerveau (déterminismes sociaux, historiques, etc.), elle laisse celui-ci de côté pour revenir à l’examen des processus biologiques qui sous-tendent l’activité cérébrale. Dans la perspective du cognitivisme, il existe des invariants naturels, des universaux propres à la structure du cerveau humain2. Dès lors, comment concilier une telle approche avec l’étude des objets culturels ? Comment penser naturellement la littérature ?

LITTERATURE HISTORIQUE, LITTERATURE ANTHROPOLOGIQUE

En vérité, dans son approche de la littérature, le cognitivisme distingue deux identités indépendantes : d’un côté, la littérature au sens historique, en tant qu’institution regroupant une classe d’ouvrages privilégiés3 ; de l’autre, la littérature au sens anthropologique. A la suite de Jean-Marie Schaeffer, on considère la littérature comme un art universel racontant et représentant le monde humain4. Anthropologisée, la littérature répond à un besoin propre à l’espèce, dont l’origine peut être trouvée dans les processus cérébraux. C’est à cette seconde identité que le cognitivisme littéraire se consacre.

COGNITIVISME ET OBJECTIVITE ?

Pourtant, aussi fascinante que paraisse l’idée d’observer le cerveau du lecteur en action, le chercheur littéraire n’est pas un neuroscientifique. Françoise Lavocat pose très justement le problème de l’accès aux résultats des expériences (IRM fonctionnel, électro-encéphalogramme, etc.)5. Sur quels fondements scientifiques le chercheur littéraire peut-il s’appuyer ? Doit-il céder sa place aux techniques d’imagerie cérébrale ? Heureusement pour les littéraires, il semblerait bien que non. Comme le notait déjà Marie-Laure Ryan dans un article de 2015, l’apport des neurosciences se révèle rarement intéressant pour notre compréhension de la littérature. Très souvent, les observations du cerveau ne servent qu’à confirmer ce que l’intuition saisissait déjà6.

COGNITIVISME ET RETOUR DU SUJET

Pour les études littéraires, le cognitivisme ne trouve pas son emploi dans le repérage des zones du cerveau activées lors de la lecture. Son intérêt n’est pas dans l’objectivité qu’il viendrait offrir aux théories de l’interprétation. Au contraire, il amène plutôt le critique littéraire à revenir sur la pure subjectivité : celle de la lecture vécue. Traditionnellement, l’expérience de lecture est réduite à la répétition phonique du texte. Au mieux, s’intéresse-t-on à la manière dont le lecteur imagine ce qu’il lit. Néanmoins, l’imagination ne consiste pas uniquement dans la construction d’images7. La lecture est également une expérience sensorimotrice (ou kinésique)8. Le lecteur ressent le récit dans son corps même. En cela, le cognitivisme littéraire se détache des théories de la linguistique cognitive. Il suppose l’existence de formes de pensée corporelle, relevant du pré-linguistique9.

TEXTE ET LECTEUR, OBJET ET SUJET DE COGNITION

S’intéressant à la dimension non-textuelle de l’acte de lecture, le cognitivisme a le mérite de renouveler la manière dont on envisage l’interprétation littéraire. Par exemple, Terence Cave propose d’analyser les textes sous l’angle du « foyer d’attention »10. L’écrivain n’est plus seulement celui qui construit un texte remarquable sur le plan de l’écriture, il est également celui qui ménage des faisceaux attentionnels. Cela ouvre la voie à de nouvelles modalités d’approche critique des œuvres. Au-delà du style, l’auteur façonne le traitement cognitif de son texte. Dès lors, la perspective cognitive permet de reconsidérer les mécanismes du suspense11 ou de l’immersion fictionnelle12.

Enfin, le cognitivisme bouscule le cadre épistémologique des études de réception. A leur apparition, ces dernières se sont focalisées sur la reconstruction du lecteur modèle, celui que l’auteur inscrit en creux dans son texte. Opposé du lecteur modèle, le lecteur empirique était résolument laissé en dehors du champ critique13. Cependant, par son approche expérimentale, le cognitivisme offre au chercheur en littérature les outils conceptuels afin d’observer et d’analyser les processus d’activation cognitive. Ziva Ben-Porat en donne un parfait exemple en proposant une modélisation du traitement cognitif de l’allusion dans les textes littéraires14.

Nouvelle psychologie de la lecture appliquée à la littérature, l’approche cognitive des textes démonte les mécanismes de l’interprétation. En ce sens, elle s’inscrit pleinement dans un renouveau critique de l’herméneutique des textes.


1 Voir Françoise Lavocat, « Introduction » dans Interprétation littéraire et sciences cognitives, Paris, Hermann Editeurs, 2016.

2 Voir ibid., p. 9.

3 Voir Terence Cave, « Penser la littérature : vers une approche cognitive » dans F. Lavocat (éd.), Interprétation littéraire et sciences cognitives, op. cit., p. 17.

4 Voir id.

5 Voir F. Lavocat, « Introduction », art. cit., p. 11.

6 Voir Marie-Laure Ryan, « Narratologie et sciences cognitives : une relation problématique » dans Cahiers de narratologie [en ligne], n°28, 2015, § 8 [lien].

7 Voir T. Cave, « Penser la littérature : vers une approche cognitive », art. cit., p. 25.

8 Voir id.

9 Voir Mary Crane, « Le cognitivisme historique est-il possible ? » dans F. Lavocat (éd.), Interprétation littéraire et sciences cognitives, op. cit., p. 62.

10 Voir T. Cave, « Penser la littérature : vers une approche cognitive », art. cit., p. 26.

11 Voir Guillemette Bolens, « Cognition et sensorimotricité, humour et timing chez Cervantès, Sterne et Proust » dans F. Lavocat (éd.), Interprétation littéraire et sciences cognitives, op. cit., p. 43.

12 Jérôme Pelletier, « Quand l’émotion rencontre la fiction » dans F. Lavocat (éd.), Interprétation littéraire et sciences cognitives, op. cit., p. 126-128.

13 Cf. Umberto Eco, Les Limites de l’interprétation, trad. Myriem Bouzaher, Paris, Grasset, 1992, p. 32.

14 Voir Ziva Ben-Porat, « Cognition, mémoire culturelle et lecture des textes littéraires allusifs » dans F. Lavocat (éd.), Interprétation littéraire et sciences cognitives, op. cit., p. 79-122.

Pour citer cet article : Sébastien Wit, "Cognitivisme" dans Collectif LIPOthétique [en ligne], 14/09/2016. Url : http://lgcdoc.hypotheses.org/activites/le-lipolit/cognitivisme (consulté le 28/06/2017).

Sébastien Wit

Au hasard de la fourchette.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn